Thairé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thairé
Église fortifiée Notre-Dame de l'Assomption.
Église fortifiée Notre-Dame de l'Assomption.
Blason de Thairé
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Arrondissement Arrondissement de Rochefort
Canton Aigrefeuille-d'Aunis
Intercommunalité Communauté d'agglomération de La Rochelle
Maire
Mandat
Marie-Gabrielle Chupeau
2014-2020
Code postal 17290
Code commune 17443
Démographie
Gentilé Thairésiens
Population
municipale
1 517 hab. (2011)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 04′ 29″ N 1° 00′ 07″ O / 46.0747222222, -1.0019444444446° 04′ 29″ Nord 1° 00′ 07″ Ouest / 46.0747222222, -1.00194444444  
Altitude Min. 1 m – Max. 47 m
Superficie 18,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Thairé

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Thairé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thairé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thairé
Liens
Site web www.thaire.fr

Thairé est une commune française, située dans le département de la Charente-Maritime (région Poitou-Charentes).

Ses habitants sont appelés les Thairésiens et les Thairésiennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Thairé[2]
Salles-sur-Mer Croix-Chapeau
Saint-Vivien Thairé[2] Le Thou
Yves Ballon

Histoire[modifier | modifier le code]

Par ordonnance du 6 décembre 1827, réunion de l'ancienne commune de Mortagne-la-Vieille à Thairé.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé au 1) et au 4) d’argent à la croix de gueules, au 2) et 3) d’azur à l’aigle surmontée à dextre d’une croisette et à senestre d’une fleurs de lys le tout d’or[3].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1793 1794 Jean Chastin    
1800 1801 Jean Cudorge    
1801 1807 Augustin Roy    
1807 1815 Antoine Ledoux    
1815 1818 Rullier Saulnier    
1818 1831 Guillaume Merigon    
1831 1848 André Turgné    
1848 1873 Pierre Musset    
1873 1873 Adolphe Gouineau    
1873 1879 Georges Musset    
1879 1897 Joseph Heydenreich    
1897 1925 Henry Roy    
1925 1958 Eugène Chaussat    
1958 1971 Albert Négret    
1971 1986 Jean Chaussat    
1986 1989 Claude Demaille    
1989 1995 Marcel Barbin    
1995 2001 Jacques Bouhier    
2001 2008 Alain Levasseur    
2008 2014 Françoise Arel    
2008 en cours
(au 30 avril 2014)
Marie-Gabrielle Chupeau    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 517 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
854 801 910 787 1 302 1 331 1 209 1 248 1 260
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 299 1 384 1 369 1 306 1 307 1 261 1 208 1 020 998
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
934 938 915 818 792 762 727 690 781
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
769 774 724 886 951 1 053 1 280 1 383 1 469
2011 - - - - - - - -
1 517 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Cinéma[modifier | modifier le code]

En 2013, a été tourné dans la commune le téléfilm Les François de Jérôme Foulon. Vive la colo!, série télévisée française créée par Didier Le Pêcheur et Dominique Ladoge a été tournés en Charente-Maritime et à Thairé.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • le jurisconsulte Jean Imbert serait né vers 1490 à Thairé[8]. Il fut l'auteur des Institutions forenses, traité de procédure civile et criminelle qui fit longtemps référence dans la France d'ancien régime ;
  • Jean Coyttar, médecin, est né à Thairé en 1512 ou 1513. Il était protestant et vivait dans une maison située dans la rue qui porte son nom. C'est dans cette maison de Jean Coyttar que fut signée en 1574 la trêve de La Rochelle entre les représentants de Catherine de Médicis et les négociateurs protestants.
  • Georges Paul Louis Musset est né le 26 novembre 1844 à Thairé. Archiviste paléographe, il fut d’abord notaire à Thairé puis avocat à La Rochelle et enfin, conservateur de la bibliothèque, des archives municipales et du musée de 1883 à 1927. Il fut aussi conservateur des antiquités et objets d'art du département de la Charente-Maritime et également membre du conseil d'arrondissement de Rochefort. Membre de l’Académie de Belles-Lettres, Sciences et Arts de La Rochelle, il en fut le secrétaire général en 1881 et le président en 1906. Il mourut le 18 mai 1928 à la Rochelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Gaso.fr
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  6. « L'église Notre-Dame de l'Assomption », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. L'architecture gothique en Saintonge et en Aunis, Yves Blomme, éditions Bordessoules, ISBN 2-903504-33-4
  8. P. Boissonnade, Notes sur quelques étudiants de l’Université de Poitiers in Histoire de l’Université de Poitiers, passé et présent (1432-1932), Poitiers, 1932, p. 92 ; A. de la Bouralière, Bibliographie poitevine, Poitiers, 1908, reprod. Slatkine Reprints, Genève, 1972, p. 295

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Norbert Estève, Thairé d'Aunis : Histoire d'une commanderie hospitalière,‎ 2001

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]