Marie-Thérèse de Portugal (1793-1874)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Thérèse de Portugal)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie-Thérèse de Portugal.

Marie-Thérèse de Portugal

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Peinture de Marie-Thérèse de Portugal.

Titre

Princesse de Beira

21 mars 179511 juin 1801
(6 ans, 2 mois et 21 jours)

Prédécesseur Joseph de Portugal
Successeur François-Antoine de Portugal
Biographie
Titulature Infante de Portugal
Princesse de Beira
Comtesse de Molina
Dynastie Maison de Bragance
Nom de naissance Maria Teresa Francisca de Assis Antónia Carlota Joana Josefa Xavier de Paula Micaela Rafaela Isabel Gonzaga de Bragança
Naissance 29 avril 1793
Lisbonne (Portugal)
Décès 17 juin 1874 (à 81 ans)
Trieste (Autriche-Hongrie)
Père Jean VI de Portugal
Mère Charlotte-Joachime d’Espagne
Conjoints Pierre-Charles d’Espagne
(1810-1812)
Charles d’Espagne
(1838-1855)
Enfant Sébastien-Gabriel d’Espagne
(du premier lit)
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Princes et princesses de Beira

Marie-Thérèse de Portugal (en portugais : Maria Teresa de Portugal ; en espagnol : María Teresa de Portugal[1]), infante de Portugal, princesse de Beira et, par ses mariages, infante d’Espagne et comtesse de Molina, est née le 29 avril 1793 à Ajuda (royaume de Portugal) et décédée le 17 juin 1874 à Trieste (Empire austro-hongrois).

Avec son second époux, l’infant Charles d’Espagne (1788-1855), Marie-Thérèse est l’une des figures centrales du mouvement carliste, qui la proclame « reine consort d’Espagne » après leur mariage.

Famille[modifier | modifier le code]

L’infante Marie-Thérèse est la fille aînée du roi Jean VI de Portugal (1767-1726) et de son épouse l’infante Charlotte-Joachime d’Espagne (1775-1830). Par son père, la princesse est la petite-fille de Pierre III et de Marie Ire de Portugal. Charles IV d’Espagne et Marie-Louise de Parme sont ses grands-parents du côté maternel. Marie-Thérèse de Portugal appartient ainsi, par sa naissance, aux maisons royales espagnole et portugaise : la maison de Bourbon et celle de Bragance.

Aînée de sa fratrie, Marie-Thérèse ne compte pas moins de neuf frères et sœurs parmi lesquels François-Antoine (1795-1801), Marie-Isabelle (1797-1818), Pierre (1798-1834), Marie-Françoise (1800-1834), Isabelle-Marie (1801-1876), Michel (1802-1866).

Le 13 mai 1810, Marie-Thérèse épouse, à Rio, son cousin l’infant Pierre-Charles d’Espagne (1790-1812), fils de Gabriel-Antoine d’Espagne (1752-1788) et de Marie-Anne Victoire de Portugal (1768-1788). De ce mariage naît un enfant :

  • Sébastien-Gabriel d’Espagne (1811-1875), qui se marie à la princesse Marie-Amélie des Deux-Siciles, puis, en seconde noce, à l’infante Marie-Christine d’Espagne.

En octobre 1837, Marie-Thérèse se remarie à son beau-frère l'infant Charles d’Espagne (1838-1855), comte de Molina et prétendant au trône d'Espagne. De ce second mariage ne naît aucun enfant.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

À sa naissance, l’infante Marie-Thérèse est titrée princesse de Beira, ce qui fait d’elle l’héritière présomptive de la couronne portugaise. Elle perd toutefois ce titre à la naissance de son frère François-Antoine en 1795.

Exil au Brésil[modifier | modifier le code]

Après l’invasion du Portugal par les troupes de Napoléon Ier en 1807, la famille royale est contrainte de quitter la métropole. À bord du Príncipe Real (en portugais « prince royal »), les Bragance — dont la reine Marie Ire et le régent Jean — embarquent en novembre pour le Brésil, qui est à l’époque une colonie portugaise.

Le navire accoste à Salvador de Bahia le 2 janvier 1808, mais Marie-Thérèse s’installe avec ses frères et sœurs au Paço da Cidade (futur palais impérial) à Rio de Janeiro.

Durant l’exil brésilien, loin du protocole de la cour, la princesse est courtisée par son cousin l’infant Pierre-Charles d’Espagne. Alors que l’on pensait offrir la main de cette dernière à Ferdinand VII d’Espagne, Pierre et Thérèse se marient finalement le 13 mai 1810 à Rio.

Durant deux ans, le couple vit une Idylle amoureuse même si la santé délicate de l’infant a des effets néfastes sur la vie sexuelle du couple. Cependant, Marie-Thérèse et Pierre-Charles ont un enfant qui naît en 1811 : Sébastien-Gabriel.

Le 4 juillet 1812 à Boa Vista, Pierre-Charles meurt sans être jamais rentré en métropole, rendant Thérèse veuve à l’âge de 19 ans.

Retour en Europe[modifier | modifier le code]

D’un tempérament plutôt conservateur, la princesse Marie-Thérèse donne un soutien indéfectible à son frère, le « roi légitime » Michel Ier de Portugal pendant la guerre civile portugaise (de 1826 à 1834). De la même manière, avec en arrière-plan la question du conservatisme de la monarchie, la princesse Thérèse soutient la cause de son beau-frère, Charles de Bourbon, qui revendique quant à lui le trône d’Espagne en tant que « prétendant des carlistes ».

La princesse Thérèse de Portugal, à la fin de sa vie.

Les dernières années du règne de Ferdinand VII, Marie-Thérèse vit à Madrid avec son fils. Mais, après la mort du souverain (en 1833) et celle de sa sœur Marie-Françoise (en 1834), l’infante s’éloigne de la famille royale pour devenir une figure importante du carlisme, notamment dans sa participation à la première guerre carliste (1833-1846) où elle prend parti contre sa cousine Isabelle II d’Espagne.

Princesse carliste[modifier | modifier le code]

Le 15 janvier 1837, les Cortès excluent Marie-Thérèse de la succession au trône d’Espagne. Ses droits à la Couronne, qui lui étaient transmis en tant que descendante de Charlotte-Joachime d’Espagne (sa mère), se voient annulés en raison du comportement rebelle qu’elle a eu en soutenant don Carlos pendant la première guerre carliste. Son fils Sébastien-Gabriel et son frère Michel Ier de Portugal sont eux aussi exclus de la succession. En 1859, les droits de Sébastien-Gabriel sont rétablis à condition qu’il renonce à la cause carliste.

En 1838, Thérèse se marie en secondes noces avec son beau-frère et oncle Charles, veuf depuis 1834, et prétendant carliste sous le nom de « Charles V » (en espagnol, Carlos V). Le couple n’a pas d’enfant ensemble mais leurs progénitures respectives sont élevées au sein du même foyer.

Second exil et mort[modifier | modifier le code]

Très tôt, la famille « recomposée » quitte l’Espagne à cause de l’échec du parti carliste. En 1845, Charles finit par renoncer à ses droits au trône en faveur de son fils aîné, Charles-Louis, qui prend le nom cde « Charles VI ». Dix ans plus tard, l’époux de Thérèse meurt à Trieste (actuelle Italie). Au même endroit, la princesse Marie-Thérèse s’éteint le 17 juin 1874, après dix-neuf années de veuvage, à l’âge de 81 ans.

Ancêtres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Tomás Domínguez Omínguez Arévalo Romera y Fernández de Navarreta, La Princesa de Beira y los Hijos de Don Carlos, Voluntad, Madrid, 1928 (ASIN B000X74AOM)

Fiction[modifier | modifier le code]

  • (it) Luigi Previti, I diamanti della principessa di Beira, o Il volontario di Zumalacarreguy, Tipografia dell'Immacolata Concezione, 1875

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans les pays hispanophones, Marie-Thérèse porte le nom de « María Teresa de Braganza », de la même manière qu’elle est connue dans la lusophonie comme « Maria Teresa de Bragança ». Dans ces cas, la dynastie prime sur le pays de naissance.

Sources[modifier | modifier le code]