Thérèse d'Avila

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte Thérèse et Ávila (homonymie).
Thérèse d'Avila
Image illustrative de l'article Thérèse d'Avila
Sainte Thérèse d'Avila. Anonyme espagnol du XVIIe
Sainte, docteur de l'Église
Naissance 28 mars 1515
Gotarrendura, Vieille-Castille, Espagne
Décès 4 octobre 1582  (67 ans)
Alba de Tormes, Vieille-Castille, Espagne
Nom de naissance Teresa Sánchez de Cepeda Dávila y Ahumada
Autres noms Teresa de Jesús
Nationalité Drapeau de l'Espagne Espagnole
Canonisation 12 mars 1622
par Grégoire XV
Docteur de l'Église 1970
par Paul VI
Vénéré par Église catholique, Église Anglicane, Église Luthérienne[1]
Fête 15 octobre
Attributs Habit des carmélites déchaussées
Livre et plume
Cœur percé d'une flèche
Sainte patronne de l'Espagne, des écrivains espagnols et des joueurs d'échec

Thérèse d'Ávila (en religion : Teresa de Jesús, baptisée : Teresa Sánchez de Cepeda Dávila y Ahumada[2]), née le 28 mars 1515 à Gotarrendura (Vieille-Castille) et morte la nuit du 4 au 15 octobre 1582 [3] à Alba de Tormes, est une sainte catholique et une réformatrice monastique du XVIe siècle. Elle est connue pour ses réformes des couvents carmélites et est considérée comme une figure majeure de la spiritualité chrétienne, en plus d'avoir été la première femme reconnue comme docteur de l'Église catholique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

L'idéal pieux et l'exemple édifiant de la vie des saints et martyrs lui furent instillés dès son enfance par ses parents, le chevalier Alonso Sánchez de Cepeda et Beatriz d'Ávila y Ahumada. Sa famille paternelle était issue de Juifs convertis séfarades de Tolède. La branche maternelle était de la petite noblesse castillane. Elle est la troisième enfant d'une famille qui en comptera douze.

Selon la description faite dans ses écrits destinés à son confesseur (recueillis dans une autobiographie, sa Vida de Santa Teresa de Jesús), Thérèse montra dès sa tendre enfance une nature passionnée et une imagination fertile. Son père, amateur de lecture, possédait quelques romans, dont l'étude suscita l'éveil de la sensibilité de la petite fille de six ans.

Statue de Thérèse à Ávila

Précocement instruite des histoires édifiantes de la vie des saints, elle souhaitait vivre le martyre en allant avec son frère Rodrigue dans les « terres des infidèles ». Convaincus que leur projet était irréalisable, le frère et la sœur décidèrent de se faire ermites. Thérèse écrit : « Je faisais l'aumône comme je pouvais, et je pouvais peu. J'essayais la solitude pour prier mes dévotions, qui étaient nombreuses, et particulièrement le rosaire… J'aimais beaucoup faire comme si nous étions des nonnes dans des monastères, quand je jouais avec d'autres petites filles, et je pense que je souhaitais l'être. »

En 1527, à l'âge de douze ans, Thérèse perdit sa mère. Passionnée de romans de chevalerie (elle en écrivit en 1529), elle oublia ses jeux d'enfance. Voici ses paroles : « J'ai commencé à porter de beaux habits, et à vouloir paraître élégante, je soignais mes mains, ma coiffure et mes parfums, et toutes les vanités de cet âge, car j'étais très curieuse… J'avais quelques cousins germains… Ils étaient à peu près de mon âge, un peu plus vieux que moi ; nous étions toujours ensemble, ils m'aimaient beaucoup et chaque fois que quelque chose les rendait heureux, nous discutions et j'écoutais leurs joies et leurs enfantillages… Tout le mal me vint d'une parente (une cousine semble-t-il) qui venait souvent chez nous. Je me trouvais fréquemment en sa compagnie pour bavarder, car elle m'aidait dans toutes les idées de passe-temps qui me venaient à l'esprit, et m'en proposait même d'autres ; elle me faisait également part de ses fréquentations et de ses futilités. Il me semble que ce fut lorsque je me mis à la fréquenter, à l'âge de quatorze ans, que le péché mortel m'éloigna de Dieu. »

Pendant trois mois, et avec la complicité des domestiques, elle succomba aux passe-temps des agréables compagnies, faisant ainsi courir un danger à elle-même et à l'honneur de son père et de ses frères. Elle avait aussi pris le goût de la parure avec le désir de plaire. Cependant elle-même déclare « qu'elle détestait les choses malhonnêtes ». Son père décida alors d'envoyer Thérèse au couvent de Santa María de Gracia à Ávila en 1531. Thérèse supporta difficilement son manque de liberté. Elle ne voulait pas devenir sœur, et ses adorateurs lui envoyaient des billets, mais comme selon ses propres mots « il n'y avait pas place pour tout cela, la chose cessa promptement ». Thérèse y resta jusqu'à l'automne 1532, sans se décider à embrasser la vie religieuse.

Vocation religieuse[modifier | modifier le code]

Santa Teresa de Jesús. Peinture à l'huile d'Alonso del Arco, XVIIe

Tombée gravement malade, elle dut rentrer chez son père. Après sa convalescence, il la confia à sa sœur Marie de Cepeda qui vivait à Castellanos de la Cañada avec son mari, don Martín de Guzmán y Barrientos. Luttant contre elle-même, elle parvint à dire à son père qu'elle souhaitait entrer dans les ordres, tout en sachant qu'elle ne reviendrait pas sur sa décision. Son père lui répondit qu'il ne l'accepterait jamais de son vivant. Thérèse fugua du domicile familial le 2 novembre 1533 pour le couvent de l'Incarnation d'Ávila. Celui-ci était un monastère non cloîtré permettant aux religieuses de sortir et de recevoir des visites. Elle y fit ses vœux le 3 novembre 1534. Thérèse passa vingt-sept ans dans cette communauté très nombreuse, de style encore médiéval. Ces premières années au Carmel se passèrent sans événements notables. Mais, très critique vis-à-vis des pratiques religieuses de l'ordre, elle souhaitait le réformer.

Après être entrée au couvent, sa santé se détériora. Elle souffrit très probablement de crises d'épilepsie, d'évanouissements, d'une cardiomyopathie non définie et d'autres troubles ; ainsi se passa la première année. Pour la guérir, son père l'emmena en 1535 à Castellanos de la Cañada avec sa sœur. Thérèse resta dans ce village — où elle réussit à convertir un prêtre vivant en concubinage — jusqu'au printemps 1536, puis s'en fut à Becedos. De retour à Ávila (le dimanche des Rameaux de l'année 1537), elle subit en juillet une rechute de quatre jours chez son père. Elle resta paralysée pendant plus de deux ans. Aussi bien avant qu'après sa rechute, ses souffrances physiques furent extraordinaires.

Vers le milieu de l'année 1539, Thérèse recouvra la santé, selon elle grâce à saint Joseph. Avec la santé revinrent les goûts mondains, faciles à satisfaire, car la vie cloîtrée ne fut imposée à toutes les religieuses qu'en 1563. Thérèse vivait à nouveau au couvent, où elle recevait de fréquentes visites.

Selon elle, son esprit s'alanguissait, au point de lui faire abandonner la prière (1541). Elle affirme qu'en 1542, Jésus-Christ lui apparut dans le parloir, le visage courroucé, et lui reprocha ses relations familières avec les personnes vivant dans le siècle. Thérèse conserva pourtant ce comportement pendant plusieurs années, jusqu'à ce qu'elle cesse de fréquenter ces personnes après avoir vu une image de Jésus sur la croix.

Les derniers mots de son père (mort en 1541) l'avaient profondément impressionnée. Le prêtre qui lui avait donné les derniers sacrements (le dominicain Vicente Barón) devint le directeur de conscience de Thérèse, qui jusque là, connaissant ses fautes, ne voulait pas s'en corriger. La lecture des Confessions de saint Augustin l'encouragea dans sa conversion. En 1555, les jésuites Juan de Padranos et Baltasar Alvarez fondèrent un collège à Avila. Padranos devint le confesseur de Thérèse ; l'année suivante (1556), celle-ci commença à ressentir des faveurs spirituelles intenses, et peu après (1557) elle se vit encouragée par saint François Borgia[4]. En 1558 elle eut sa première apparition ainsi que la vision de l'enfer ; en 1559 elle prit pour confesseur Baltasar Alvarez, qui dirigea sa conscience pendant six ans, et reçut, dit-elle, de grandes faveurs célestes, parmi lesquelles la vision de Jésus ressuscité. En 1560, elle fit le vœu de toujours aspirer à la plus grande perfection ; saint Pierre d'Alcántara approuva cet état d'esprit, et San Luis Beltrán l'encouragea à mettre en œuvre son projet de réforme de l'ordre du Carmel, qu'elle avait conçu vers cette date : elle voulait fonder à Ávila un monastère observant strictement la règle de l'Ordre, qui incluait l'obligation de la pauvreté, de la solitude et du silence. Son confesseur, le dominicain Pedro Ibáñez, lui ordonna d'écrire sa vie, travail qui allait durer de 1561 à juin 1562 ; enfin, conseillée par Soto, elle réécrivit sa vie en 1566.

Selon le biographe Pierre Boudot :

« Dans toutes les pages [du livre de sa vie] se voient les marques d'une passion vive, d'une franchise absolue et d'un illuminisme de la foi des fidèles. Toutes ses révélations témoignent de sa croyance profonde en une union spirituelle entre elle et le Christ. Elle voyait Dieu, la Vierge, les saints et les anges dans toute leur splendeur et elle recevait d'en-haut des inspirations mises à profit pour discipliner sa vie intérieure. Dans sa jeunesse, ses aspirations furent peu nombreuses et semblent confuses ; ce fut seulement en plein âge mûr qu'elles devinrent plus précises, plus fréquentes et aussi plus extraordinaires. Elle avait plus de quarante trois ans quand elle vécut sa première extase. Ses visions se succédèrent sans interruption pendant deux ans et demi (1559-1561). Soit par méfiance, soit pour la mettre à l'épreuve, ses supérieurs lui interdirent de s'abandonner à cet ardent penchant pour les dévotions mystiques, qui étaient pour elle comme une seconde vie, et lui ordonnèrent de résister à ces extases, dans lesquelles se consumait sa santé. Elle obéit, mais en dépit de ses efforts, sa prière était si continue que même le sommeil ne parvenait à en arrêter le cours. Simultanément, embrasée d'un violent désir de voir Dieu, elle se sentait mourir. Cet état singulier déclencha à plusieurs reprises la vision qui serait à l'origine d'une fête particulière dans l'ordre du Carmel. »

Vue d'ensemble de la chapelle Cornaro et de la Transverbération de sainte Thérèse.

Cette allusion est évoquée dans sa biographie en français de 1559 :

« Je vis un ange proche de moi du côté gauche… Il n'était pas grand mais plutôt petit, très beau, avec un visage si empourpré, qu'il ressemblait à ces anges aux couleurs si vives qu'ils semblent s'enflammer … Je voyais dans ses mains une lame d'or, et au bout, il semblait y avoir une flamme. Il me semblait l'enfoncer plusieurs fois dans mon cœur et atteindre mes entrailles : lorsqu'il le retirait, il me semblait les emporter avec lui, et me laissait toute embrasée d'un grand amour de Dieu. La douleur était si grande qu'elle m'arrachait des soupirs, et la suavité que me donnait cette très grande douleur, était si excessive qu'on ne pouvait que désirer qu'elle se poursuive, et que l'âme ne se contente de moins que Dieu. Ce n'est pas une douleur corporelle, mais spirituelle, même si le corps y participe un peu, et même très fort. C'est un échange d'amour si suave qui se passe entre l'âme et Dieu, que moi je supplie sa bonté de le révéler à ceux qui penseraient que je mens… Les jours où je vivais cela, j'allais comme abasourdie, je souhaitais ni voir ni parler avec personne, mais m'embraser dans ma peine, qui pour moi était une des plus grandes gloires, de celles qu'ont connues ses serviteurs. »

— Vie de sainte Thérèse, chap. XXIX

Pour perpétuer la mémoire de cette mystérieuse blessure, le pape Benoît XIII, à la demande des carmélites d'Espagne et d'Italie, établit en 1726 la fête de la transverbération du cœur de Sainte Thérèse. Le biographe français ajoute : « Jusqu'à son dernier soupir, Thérèse eut le privilège de converser avec les personnes divines, qui la consolaient ou lui révélaient certains secrets du ciel, celui d'être transportée en enfer ou au purgatoire, et encore celui de prévoir l'avenir. »

Explication scientifique proposée[modifier | modifier le code]

Le neurologue Gilles Huberfeld, spécialiste en épileptologie, est d'avis que les extases de sainte Thérèse d'Avila s'apparentaient en réalité à des crises épileptiques impliquant le lobe temporal droit[5]. Cependant, cette hypothèse n'explique pas la blessure observée au cœur lors de son autopsie (réalisée selon les procédures médicales en vigueur au XVIe siècle) à la suite de son décès, et alors identifiée comme étant liée à sa transverbération[6],[7].

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

Francisco de Rivera, le confesseur de la sainte la décrivait ainsi : « Elle était de bonne stature, et au temps de sa jeunesse, belle, et encore au temps de sa vieillesse, elle supportait bien sa fatigue, le corps épais et très blanc, le visage rond et plein, de bonne taille et proportion ; le teint de couleur blanche et incarné, et lorsqu'elle était en prière, il s'enflammait et elle devenait très belle, tout ce teint clair et paisible ; la chevelure, noire et crépue, le front large, égal et beau ; les sourcils de couleur claire et tirant un peu sur le noir, grands et un peu épais, non en arc, mais un peu plats[8] ».

Des couvents fondés dans toute l'Espagne[modifier | modifier le code]

Dès 1560, Pierre d'Alcantara inspira Thérèse dans sa détermination à mettre en pratique sa foi et son appel mystique. Il devint son maître spirituel et son conseiller. Ce support moral lui permit d'entreprendre la création d'un carmel différent du laxisme qui l'avait choquée dans de nombreux cloîtres dont celui de l'Incarnation. L'entreprise fut financée par Guimara de Ullon, une riche donatrice et amie de la sainte.

Fin 1561, Thérèse reçut une somme d'argent envoyée par l'un de ses frères depuis le Pérou. Elle finança son projet de fondation du couvent Saint-Joseph. Pour ce projet, elle reçut l'aide de sa sœur Jeanne, dont le fils aurait été ressuscité par la sainte. Au début de l'année 1562, Thérèse partit à Tolède chez Doña Luisa de la Cerda, chez qui elle resta jusqu'en juin. La même année, elle fit connaissance du père Báñez, qui devint ensuite son principal directeur, et du frère García de Toledo, tous deux Dominicains.

Mécontente du « relâchement » des règles, qui avaient été assouplies en 1432 par Eugène IV, Thérèse décida de réformer l'ordre pour revenir à l'austérité, la pauvreté et l'isolement qui faisaient partie pour elle de l'esprit carmélite authentique. Elle demanda conseil à Francisco de Borja et à Pedro de Alcántara qui approuvèrent sa ligne de pensée et sa doctrine.

Après deux années de combat, la bulle de Pie IV pour la construction du couvent Saint-Joseph lui fut remise par ordre de frère García de Toledo à Ávila. Il fut inauguré le 24 août 1562, créant un type nouveau de communauté, mieux adapté à l'époque et plus fidèle à la tradition du Carme : selon elle, les religieux doivent vivre dans la pauvreté. Ils abandonnent les chaussures et sont ainsi rebaptisés les Carmes déchaussés ou les Carmes déchaux. Quatre novices du nouvel ordre des carmélites déchaussées de Saint-Joseph y emménagèrent.

Le dépouillement absolu du couvent Saint-Joseph suscita critiques et hostilité chez les Avilans de tous bords et les édiles de la cité. Rapidement la nouvelle institution fut menacée de fermeture. Mais l'appui de puissants prescripteurs, dont l'évêque, et les succès de subsistance déjouèrent l'animosité. Peu à peu, l'expérience devint un modèle.

En mars 1563, elle reçut la sanction papale pour ses principes de pauvreté absolue et de renoncement à la propriété formulés dans une « Constitution ». Son but était le retour aux règles monastiques strictes telles que :

  • trois disciplines de cérémonie (flagellation) pour les messes hebdomadaires
  • le déchaussement des carmes
  • ou la substitution des chaussures par des sandales.

Les cinq premières années, Thérèse resta recluse, engagée dans son projet d'écriture.

Une réformatrice[modifier | modifier le code]

Rubeo de Ravenna, principal des carmes, publia une lettre patente en 1567, autorisant la création d'autres couvents. Cet essaimage dans toutes les provinces d'Espagne généra de nombreux voyages pour la sainte qui fonda 17 couvents [9]. De 1567 à 1571, des couvents réformés furent ainsi établis à Medina del Campo, Malagón, Valladolid, Tolède, Pastrana, Salamanque et Alba de Tormes. Elle suscite le même élan chez les carmes, dont l'un des premiers fut Jean de la Croix.

Des émeutes à Ávila obligèrent la sainte à retourner au couvent de l'Incarnation, et, une fois les esprits calmés, Thérèse vécut quatre ans au couvent de Saint-Joseph dans une grande austérité. Les religieuses fidèles à sa réforme dormaient sur une paillasse, portaient des sandales de cuir ou de bois ; elles consacraient huit mois par an aux rigueurs du jeûne et s'abstenaient totalement de manger de la viande. Thérèse ne désira aucune distinction pour elle-même et vécut de la même manière que les autres religieuses.

La réforme progressa rapidement, malgré les faibles moyens dont disposait son instigatrice. Le père Rossie, supérieur général du Carmel, visita en 1567 le couvent de San José, et donna à Thérèse la permission de fonder d'autres couvents de femmes et deux couvents d'homme. Elle se rendit à Madrid et Alcalá de Henares (fondé par son amie Marie de Jésus) pour réformer de nouveaux couvents. Puis la réforme prit de l'ampleur dans les couvents d'hommes : un nouveau monastère fut fondé à Malagón. Thérèse se rendit ensuite à Tolède, où elle tomba malade, et passant par Escalona, elle revint à Ávila, avant de repartir pour Valladolid où elle fonda un nouveau couvent[10].

Elle vint ensuite à Alba (1574) avant d'aller, malgré son état de santé, déplorable à Medina del Campo, Ávila et Ségovie. Dans cette ville, elle créa un nouveau couvent qui servit aux religieuses chassées de leur cloître par Ana de Mendoza de la Cerda, princesse d'Eboli, ayant décidé de se convertir en religieuse sous le nom de sœur Ana de la Madre de Dios, sous un ordre différent de celui des Carmes.

Suivant son exemple et son esprit, Jean de la Croix initia un mouvement de réforme monastique analogue. Les fondations de couvents de Ségovie (1571), Beas de Segura (1575), Séville (1575), et de Caravaca de la Cruz (Murcie, 1576) furent appuyées par Jérôme Gratien, visiteur de l'ancienne observance carmélite et vicaire apostolique. Mais, le charismatique et mystique Jean usa de son pouvoir de prédication et d'enseignement pour donner son âme au mouvement.

La même année fut soumise à l'Inquisition, pour la première fois, l'autobiographie de Thérèse, qui de retour à Ávila, après avoir terminé son prieuré à l'Incarnation le (6 octobre) était retournée à son couvent de Saint-Joseph. Puis elle alla à Valladolid en fin d'année. Début janvier 1575 elle vint à Avila en passant par Medina. Après une courte halte, elle repartit pour Beas de Segura, Tolède, Malagón et Almodóvar. Dans cette dernière localité, elle fit les prophéties élégiaques du bienheureux Juan Bautista de la Concepción, réformateur des Trinitaires. Après la fondation du dixième carmel à Veas le 24 février, et celui d'Almodóvar del Campo, elle continua le 7 mars, malade et éprouvée par le voyage, vers Séville. Elle y subit de nombreuses contradictions, mais parvint à ouvrir un couvent, son dernier, dans cette ville.

En 1576 une série de persécutions fut lancée par l'ordre carmélite de l'ancienne observance contre les réformateurs, Thérèse et ses disciples[11]. En suivant des décrets adoptés lors de la réunion générale du chapitre à Plaisance, les « définisseurs » de l'ordre gelèrent toute nouvelle ouverture de couvents. Thérèse fut assignée à rester dans l'un de ses couvents. Elle obéit et choisit Saint-Joseph à Tolède. Ses amis et disciples furent soumis à des décisions encore plus sévères.

Dernières fondations[modifier | modifier le code]

Thérèse d'Ávila par Rubens.

Après (1582), elle fut à Medina del campo, Valladolid, Palencia et Burgos, presque toujours malade. Elle sut que le seizième couvent carmélite avait été créé à Grenade et un de déchaussées à Lisbonne. Le dix-septième carmel fut créé à Burgos. Après Burgos, elle continua sa route en passant par Palencia, Valladolid, Medina del Campo et Peñaranda.

Décès et reliques[modifier | modifier le code]

À son arrivée à Alba de Tormes (le 20 septembre) son état empira. Elle mourut d'une métrorragie (peut-être consécutive à un cancer de l'utérus ou à un carcinome utérin[12]) le 4 octobre 1582, quand l'Espagne et le monde catholique basculèrent du calendrier julien au calendrier grégorien (c'était donc la nuit du jeudi 4 au vendredi 15 octobre 1582). Elle est fêtée le 15 octobre[13]. Inhumée sans embaumement, sa dépouille fut murée dans une niche d'une chapelle du couvent de l'Annonciation de la ville.

À son exhumation le 25 novembre 1585, découverte incorrompue et en odeur de sainteté (son acétonémie diabétique pouvant expliquer ce phénomène[14]) alors que les vêtements avaient pourri, le père Gratien, provincial des Carmes, sectionna une main destinée au reliquaire d'Avila des religieuses du couvent d'Alba de Tormes et coupa le petit doigt qu'il garda pour lui. Le reste du corps fut envoyé à Avila, dans la salle du chapitre du couvent de Saint-Joseph. Quand le duc d'Alba se rendit compte du transfert qui se fit presque en secret, il se plaignit à Rome et entama des négociations pour le récupérer. Le corps fut renvoyé à nouveau à Alba de Tormes, par ordre papal (1586)[15]. À chaque fois que sa dépouille fut exhumée à l’occasion d’un examen canonique ou pour satisfaire la dévotion de dignitaires religieux ou de monarques espagnols (1592, 1604, 1616, 1750, 1760), des reliques furent prélevées. Elles sont désormais dans plusieurs endroits :

  • Son pied droit et une partie de la mandibule supérieure à Rome
  • Sa main gauche à Lisbonne
  • Son œil gauche et sa main droite à Ronda (Espagne)
  • Son bras gauche et son cœur dans des reliquaires du musée de l'église de l'Annonciation d'Alba de Tormes
  • Ses doigts et plusieurs fragments de chair sont conservés dans divers endroits d'Espagne.
Le sépulcre de Thérèse d'Avila au niveau du retable du couvent carmélite d'Alba de Tormes.

En 1598, un sépulcre fut édifié. On y transféra son corps, toujours intact, dans une nouvelle chapelle en 1616, puis en 1670, dans une châsse d'argent. La dernière translation de ses restes eut lieu le 13 octobre 1760 dans un tombeau en marbre sculpté par Jacques Marquet et placé au-dessus du maître-autel de l'église de l'Annonciation d'Alba de Tormes[16].

Influence et titres posthumes[modifier | modifier le code]

Béatification et Canonisation[modifier | modifier le code]

Thérèse fut béatifiée en 1614 par Paul V. Lors de sa béatification en 1614, trente courses de taureaux sont organisées, au cours desquelles 100 taureaux sont combattus et mis à mort[17]. Elle est canonisée par Grégoire XV le 12 mars 1622 puis désignée en 1627 comme patronne d'Espagne par Urbain VIII.

Le pape Paul VI la proclame, avec Catherine de Sienne, docteur de l'Église en 1970.

Dans l'Église, sa fête le 15 octobre a rang de mémoire[18], mais dans l'Ordre du Carmel, sa fête est une solennité[19].

Influence religieuse[modifier | modifier le code]

Le mysticisme de son œuvre influença durablement les théologiens des siècles suivants, notamment saint François de Sales, Fénelon, et les jansénistes de Port-Royal.

Thérèse est la sainte patronne de l’Espagne, des écrivains espagnols et des joueurs d'échecs[20].

Influences dans les arts et autres titres[modifier | modifier le code]

Elle a profondément inspiré Paul Verlaine dans son travail de conversion, et notamment pour le recueil Sagesse (« Ô mon Dieu vous m'avez blessé d'amour »). Elle était pour lui l'exemple même de « la femme de génie » (Voyage en France par un Français).

Elle est nommée docteur de l'Université de Salamanque et porte le titre honorifique de mairesse d'Alba de Tormes depuis 1963.

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Œuvres mystiques à portée didactique[modifier | modifier le code]

Elle a laissé plusieurs écrits traitant de spiritualité, en particulier :

Œuvres d'organisation et de prière[modifier | modifier le code]

  • Apuntaciones [« Annotations »]
  • Avisos [« Avis »]
  • Desafío espiritual [« Défi spirituel »]
  • Exclamaciones del alma a su Dios [« Exclamations de l'âme à son Dieu »]
  • Libro de las constituciones [« Les Constitutions »] (1563)
  • Libro de las fundaciones [« Les Fondations »] (1573-1582)
  • Libro de las relaciones [« Relations spirituelles »]
  • Meditaciones sobre los cantares [« Méditations sur les cantiques »]
  • Modo de visitar los conventos de religiosas [« Manière de visiter les couvents de religieuses »]
  • Ordenanzas de una cofradía [« Ordonnances d'une confrérie »]
  • Vejamen [« Humiliation »]
  • Vida de Santa Teresa de Jesús [« Vie de Sainte Thérèse de Jésus »] (1562-1565). Autobiographie dont le manuscrit original se trouve au Monastère Saint-Laurent de l'Escorial.
  • Visita de descalzas [« Visite de déchaussées »]

Autres contributions[modifier | modifier le code]

Thérèse écrivit aussi de nombreux poèmes et entretint une importante correspondance, dont plus de 400 lettres ont été conservées. Ses écrits ont fait l'objet de traductions dans beaucoup de langues. Son nom figure parmi le Catalogue des autorités de la langue (espagnole) publié par la Real Academia Española.

Citations[modifier | modifier le code]

  • Un court fragment poétique :
« Nada te turbe,
nada te espante,
todo se pasa,
Dios no se muda
La paciencia todo lo alcanza
quien a Dios tiene nada le falta
solo Dios basta[21]. »
« Que rien ne te trouble,
Que rien ne t'effraie ;
Tout passe
Dieu ne change pas,
La patience obtient tout ;
Celui qui a Dieu ne manque de rien.
Dieu seul suffit[22]. »
« Heureux le coeur énamouré
Qui met en Dieu sa pensée.
Pour Lui, il renonce à tout le créé ;
Il trouve en Lui sa gloire et son contentement ;
Il vit sans souci, oublieux de lui-même,
Tout son vouloir est en Dieu,
Ainsi, dans la joie, il traverse
Les tempêtes de cette mer[23]. »

Iconographie[modifier | modifier le code]

Adaptations de sa vie ou ses œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Grand Livre de Saints, Le pré aux clercs, 2011, page 262
  2. (en) « Saint Teresa of Avila », sur http://saints.sqpn.com, Saints.SQPN.com,‎ 26 octobre 2010 (consulté le 9 novembre 2010). Voir aussi l'article espagnol de Wikipédia.
  3. (en) Article « Saint Teresa of Ávila » dans l'Encyclopædia Britannica, version en ligne disponible au 02/11/2010.
  4. Voir sur missel.free.fr.
  5. Voir Sandrine Cabut, « Une recette qui vient de très loin », Le Monde,‎ 31 juillet 2013 (consulté le 5 août 2013). Voir également (en) Sandrine Cabut, « St Theresa's dart and a case of religious ecstatic epilepsy. », University of Miami, FL, USA.,‎ septembre 2011 (consulté le 16 septembre 2013).
  6. Nicolas Mattei, « Conférence de Nicolas Mattei sur L'art Baroque: Sainte Thérèse d' Avila par Le Bernin »,‎ décembre 2009 (consulté le 5 août 2013)
  7. Le biographe écrit qu'il a vu, touché et examiné la blessure dans le cœur et décrit la plaie de cette façon : « Les lèvres de la plaie sont durs et poêlé, tout comme c'est le cas lorsque le cautère est utilisé, pour nous rappeler, nul doute que celle-ci a été faite avec une flèche enflammée. »
  8. « los ojos negros y redondos y un poco carnosos; no grandes, pero muy bien puestos, vivos y graciosos, que en riéndose se reían todos y mostraban alegría, y por otra parte muy graves, cuando ella quería mostrar en el rostro gravedad; la nariz pequeña y no muy levantada de en medio, tenía la punta redonda y un poco inclinada para abajo; las ventanas de ella arqueadas y pequeñas; la boca ni grande ni pequeña; el labio de arriba delgado y derecho; y el de abajo grueso y un poco caído, de muy buena gracia y color; los dientes muy buenos; la barba bien hecha; las orejas ni chicas ni grandes; la garganta ancha y no alta, sino antes metida un poco; las manos pequeñas y muy lindas. En la cara tenía tres lunares pequeños al lado izquierdo, que le daban mucha gracia, uno más abajo de la mitad de la nariz, otro entre la nariz y la boca, y el tercero debajo de la boca. Toda junta parecía muy bien y de muy buen aire en el andar, y era tan amable y apacible, que a todas las personas que la miraban comúnmente aplacía mucho. »
  9. Le Livre des fondations (publié, Madrid, 1880)) ou dans les Oeuvres complètes de Thérèse d'Avila, Ed Cerf, juin 2006, Pg 433 à 664
  10. Pasó a Toledo y Madrid; de aquí otra vez a Toledo, ciudad en la que experimentó muchas dificultades para la fundación de un convento, la cual quedó hecha a 13 de mayo, y vencidos otros obstáculos, tomó posesión del monasterio de Pastrana (9 de julio). De vuelta en Toledo, allí permaneció un año, durante el cual hizo algunas breves excursiones a Medina, Valladolid y Pastrana. En Duruelo se había fundado el primer convento de hombres (1568). Se afirma que vio Teresa milagrosamente el martirio del Padre Acevedo y otros 40 Jesuitas asesinados (1570) por el pirata protestante Jacobo Soria. Tras una visita a Pastrana, de donde regresó a Toledo, entró en Ávila (agosto). Poco después se fundaba en Alcalá el tercer convento de Descalzos, y en Salamanca, ciudad en que estuvo la santa, el séptimo de Descalzas, al que siguió otro de mujeres en Alba de Tormes (25 de enero de 1571). De Alba volvió Teresa a Salamanca, siendo hospedada en el palacio de los condes de Monterrey; pasó a Medina, y de vuelta en Ávila, aceptó el priorato del convento de la Encarnación, cuya reforma consiguió. El priorato duró tres años. Se fundaron varios conventos más de Descalzos; algunos en Andalucía abrazaron la reforma, y comenzó la discordia entre Calzados y Descalzos, todo ello en 1572, año en que Teresa recibió muchos favores espirituales en el convento de la Encarnación: tales fueron su desposorio místico con Jesucristo y un éxtasis en el locutorio cuando conversaba con San Juan de la Cruz. Teresa, que en el transcurso de su vida escribió muchas cartas, estuvo en Salamanca en 1573. Allí, obedeciendo a su director, el Jesuíta Ripalda, redactó el libro de sus fundaciones.
  11. Estalló la discordia entre Carmelitas Calzados y Descalzos en el capítulo general celebrado por aquellos en Plasencia; en virtud de las bulas pontificias se acordó tratar con rigor a los Descalzos, que se habían extralimitado en sus fundaciones, y como fuera el Padre Gracián (21 de noviembre), por comisión del nuncio, a visitar los Carmelitas Calzados de Sevilla, estos resistieron la visita con gran alboroto. El padre Salazar, provincial de Castilla, intimó a Teresa que no hiciera más fundaciones y que se retirase a un convento sin salir de él. Trató la santa de retirarse a Valladolid, pero se opuso Gracián. En Sevilla estaba Teresa al fundarse en Caravaca (1 de enero de 1576) el duodécimo convento de Descalzas. Delatada a la Inquisición por una religiosa salida del convento, eligió para su residencia el convento de Toledo. Dejó Sevilla (4 de junio), llegó a Malagón (11 de junio), y de allí a Toledo, donde ya estaba a principios de julio. Antes de establecerse, marchó al convento de Ávila para arreglar varios asuntos; pero regresó rápidamente a Toledo en compañía de Ana de San Bartolomé, a la que había tomado por secretaria. Allí concluyó el libro de las fundaciones, las cuales se suspendieron en los cuatro años que duraron las persecuciones y conflictos entre Calzados y Descalzos. Eligió en Toledo por confesor a Velázquez. Propaladas muchas calumnias contra Teresa, se trató de enviarla a un convento Americano. Hizo la santa un viaje de Toledo a Ávila (julio de 1577), para someter a la Orden del Carmen el convento de San José, antes sujeto al ordinario. Miguel de la Columna y Baltasar de Jesús, desertores de la reforma, extendieron las calumnias contra los Descalzos, a los que con tal motivo persiguió el nuncio Felipe Sega. Acudió Teresa al rey, que tomó mano en el asunto. Las monjas de la Encarnación, en Ávila, la eligieron priora, a pesar de las censuras del Padre Valdemoro (octubre de 1577). La santa escribió (julio a noviembre) el libro De Las moradas. Sostuvo luego (1578) una polémica con el Padre Suárez, provincial de los Jesuítas, y el nuncio redobló sus persecuciones hasta el punto de pretender destruir la reforma, desterrando a los principales Descalzos y confinando a Toledo a Teresa, por él calificada de fémina inquieta y andariega. En Sevilla un confesor delató a la Inquisición las supuestas faltas de la priora de las Descalzas y de Teresa misma, sobre lo cual se formó un ruidoso expediente que puso en claro la inocencia de ambas.
  12. (en) Tessa Bielecki, Teresa of Avila. An Introduction to Her Life and Writings, Burns & Oates,‎ 1994, p. 25
  13. Sainte Thérèse d'Avila. Nominis.cef.fr.
  14. Annick Le Guérer, Les Pouvoirs de l'odeur, Odile Jacob,‎ 2002, p. 139
  15. Hubert Larcher, La mémoire du soleil, aux frontières de la mort, Édition désIris,‎ 1990, p. 27-29
  16. (es) Fernando Araújo, Guía histórico-descriptiva de Alba de Tormes, Editorial Maxtor,‎ 2009, p. 72
  17. Que Sais-je / La Corrida d'Eric BARATAY, mars 1995, Presses Universitaires de France, Page 7, disponible sur site de l'université de Lyon, ne donne pas le nombre de taureaux tués. Le Discours de bienvenue de Monsieur Charly-Sam JALLATTE Président de l'Académie pour la Réception à l'Académie de Nîmes de Mr Henri HUGUES (ici) donne en page 22 le chiffre de 200 taureaux.
  18. Livre des heures : Prière du temps présent, Cerf,‎ 1994, 1590 p. (ISBN 2-204-04853-4), p1355
  19. Les heures du Carmel, Lavaur, Éditions du Carmel,‎ 2005, 347 p. (ISBN 2-84713-042-X), p229
  20. Le carmel en France, chronologie de sainte Thérèse d'Avila
  21. Poème original, publié dans les Oeuvres complètes de Thérèse d'Avila, Ed. Cerf, p.1242, Poésies.
  22. traduction en français du poème précédent, dans les Oeuvres complètes de Thérèse d'Avila, Ed. Cerf, p.1243, Poésies.
  23. Poème 5, publié dans les Œuvres complètes de Thérèse d'Avila, Ed. Cerf, p.1233,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Boudot (préface de Xavier Tilliette), La Jouissance de Dieu ou le Roman courtois de Thérèse d'Avila, A contrario, coll. « La sœur de l'ange. Les classiques méconnus », Cluny, 2005, 281 p., 21 cm (ISBN 2-7534-0032-6)
  • Jad Hatem, Extase cruciale et théophorie chez Thérèse d'Avila, Paris, L'Harmattan, 2002
  • Jad Hatem, Théologie de l'œuvre d'art mystique et messianique. Thérèse d'Avila, Andreï Roublev, Michel Henry, Bruxelles, Lessius, 2006
  • Jad Hatem, L’Âme et l’Abîme dans la mystique féminine carmélitaine. Thérèse d’Avila, Thérèse de l’Enfant-Jésus, Élisabeth de la Trinité, Gertrude von Lefort, Édith Stein, Paris, L’Harmattan, 2011
  • Marcelle Auclair, La vie de sainte Thérèse d'Avila, éditions du Seuil 1950
  • René Pommier, Thérèse d'Avila, très sainte ou cintrée? Etude d'une folie très aboutie, Kimé, 2011, 163 p.
  • (es) Xabier Etxeberri, Vida y obra de Santa Teresa de Ávila [« Vie et œuvre de Sainte Thérèse d'Avila »], Editorial Cartes, Barcelona, 1955
  • (es) Olvido García Valdés, Santa Teresa de Jesús [« Sainte Thérèse de Jésus »], Ediciones Omega S.A., Barcelona, 2001 (ISBN 842821235X)
  • Julia Kristeva, Thérèse, mon amour, Fayard, 2008
  • (es) Félix Lope de Vega, Santa Teresa de Jesús [« Sainte Thérèse de Jésus »], Linkgua ediciones, Barcelona, 2005 (ISBN 8496428915)
  • (es) Vicente Martínez-Blat, La Andariega: Biografía íntima de Santa Teresa de Jesús [« La vagabonde : Biographie intime de Sainte Thérèse de Jésus »], Biblioteca de autores cristianos, Madrid, 2005 (ISBN 8479147792)
  • (es) Francisco Ribera, La vida de la madre Teresa de Jesús: Fundadora de las descalzas y descalzos carmelitas [« La vie de la mère Thérèse de Jésus : Fondatrice des déchaussées et déchaussés carmélites »], Editorial Edibesa, Madrid, 2005 (ISBN 8484074277)
  • (en) Vita Sackville-West, The Eagle and the Dove: A Study in Contrasts. Saint Teresa of Avila and Saint Thérèse of Lisieux [« L'aigle et la colombe : une étude de contrastes. Sainte Thérèse d'Avila et Sainte Thérèse de Lisieux »], Michael Joseph LTD, London, 1943
  • (es) Santa Teresa de Jesús, Castillo Interior, o Las Moradas [« Le Château intérieur, ou les Demeures »], Editorial Aguilar, Madrid, 1957
  • (es) Santa Teresa de Jesús, Exclamaciones del alma a su Dios [« Exclamations de l'âme à son Dieu »], Editorial Aguilar, coll. « Crisol », Madrid, 1957
  • (es) Santa Teresa de Jesús, Poesías [« Poèmes »], Editorial Aguilar, coll. « Crisol », Madrid, 1957
  • Sainte Thérèse d'Avila (préface de Pierre Sérouet), Œuvres complètes, Tome 1. Ma vie. Relations spirituelles, Éditions du Cerf, Paris, 1982 (ISBN 2-204-01861-9)
  • Sainte Thérèse d'Avila, Œuvres complètes, Tome 2. Les Fondations. Actes et Mémoires, Éditions du Cerf, Paris, 1982 (ISBN 2-204-01862-7)
  • Sainte Thérèse d'Avila, Œuvres complètes, Tome 3. Le Chemin de la Perfection. Les Exclamations. Avis. Les Pensées sur le Cantique des Cantiques, Éditions du Cerf, Paris, 1982
  • Sainte Thérèse d'Avila, Œuvres complètes, Tome 4. Le Château intérieur. Poésies, Éditions du Cerf, Paris, 1982
  • Sainte Thérèse d'Avila, Œuvres, Éditions Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2012

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]