Thérèse Lemoine-Lagron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Signature de Thérèse Lemoine-Lagron, 1922

Thérèse Lemoine-Lagron, née le 23 août 1891 à Gournay-sur-Marne et morte le 30 mars 1949 à Neuilly-sur-Seine, est une artiste peintre aquarelliste française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Thérèse Lemoine est issue d'une famille nombreuse. Son père, Jules Lemoine, est professeur agrégé de sciences physiques et devient Officier de la Légion d'Honneur en 1931.

À 22 ans, le 15 octobre 1913, elle épouse Laurent Lagron, dessinateur de bijoux, et complète son nom d'artiste pour devenir Thérèse Lemoine-Lagron, qui deviendra sa signature.

Elle fait ses études à l'École nationale supérieure des arts décoratifs dans les années 1909-1911. Élève d'Eugénie Faux-Froidure, elle est fortement inspirée par ses œuvres et s'inscrit dans sa lignée avec des thèmes floraux. Sa production est importante et variée, tant par les formats que les thèmes.Pour réaliser ses tableaux, vivant à Paris, elle achète ses fleurs chez le fleuriste et ses pots chez les antiquaires.

Elle vit pendant de nombreuses années rue Boursault, Paris 17e et à Neuilly-sur-Seine, rue Théophile Gautier où elle meurt le 30 mars 1949.

Style[modifier | modifier le code]

Une grande partie des œuvres de Thérèse Lemoine-Lagron représente des bouquets de fleurs avec une luminosité et une instantanéité qui rendent ses tableaux vivants.

La variété des formats, les tons chauds judicieusement assortis et la situation des sujets, avec les vases et les nappes plissées comme étant fraîchement posées exaltent un heureux relief avec bonheur et douceur.[interprétation personnelle]

Expositions[modifier | modifier le code]

Elle expose ses œuvres entre 1921 et 1949 :

  • Elle expose régulièrement au Salon d'hiver de 1923 à 1947
  • Salon d'hiver 1947[1], au musée des beaux-arts de la Ville de Paris
  • VIIe Salon de l'orientine en mars 1934
  • Salon d'hiver 1930, au Grand Palais[2]
  • Galerie E. Clair en décembre 1929
  • Galerie Georges Petit en octobre 1924, janvier 1926 et en mai 1928[3]

Des aquarelles représentant les destructions de la bataille de Normandie sont conservées au musée d'Histoire contemporaine à Paris.[réf. nécessaire]

Paris - Salon d'hiver[modifier | modifier le code]

(Titres des tableaux exposés, par année, avec numéro du catalogue)

Année Titre de l'œuvre Observations
1930 Oranges et Citrons 1183 Aquarelle
1930 Roses Blanches 1184 Aquarelle
1930 Capucines à contre-jour 1185 Aquarelle
1930 Roses rouges 1186 Aquarelle
1930 Roses 1187 Aquarelle
1930 Dahlias rouges 1188 Aquarelle
1947 Fleurs 1268 Aquarelle
1947 Paysage 1269 Aquarelle
1947 Dahlias 1270 Aquarelle
1947 Zinnias 1271 Aquarelle

Sources[modifier | modifier le code]

  • La Revue des Beaux-Arts[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Catalogue du Salon d'hiver 1947
  2. Catalogue du Salon d'hiver 1930
  3. Expositions Mai 1928 à Paris
  4. La revue des Beaux-Arts

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, éditions Gründ

Lien externe[modifier | modifier le code]