Théoule-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Théoule-sur-Mer
Vue du chef-lieu de Théoule-sur-Mer.
Vue du chef-lieu de Théoule-sur-Mer.
Blason de Théoule-sur-Mer
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Grasse
Canton Mandelieu-Cannes-Ouest
Intercommunalité Pays de Lérins
Maire
Mandat
Georges Botella
2014-2020
Code postal 06590
Code commune 06138
Démographie
Gentilé Théouliens
Population
municipale
1 538 hab. (2011)
Densité 147 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 30′ 28″ N 6° 56′ 27″ E / 43.5078, 6.9408 ()43° 30′ 28″ Nord 6° 56′ 27″ Est / 43.5078, 6.9408 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 440 m
Superficie 10,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte administrative des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Théoule-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Théoule-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Théoule-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Théoule-sur-Mer

Théoule-sur-Mer est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

La commune se situe à l’est du massif de l'Esterel et ses habitants sont appelés les Théouliens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du village entre mer Méditerranée et massif de l'Esterel.

Théoule-sur-Mer est la première commune des Alpes-Maritimes par la côte du Var vers les Alpes-Maritimes. Elle est située à une dizaine de kilomètres de Cannes et à 40 kilomètres de Nice. Elle est également à quelques milles nautiques des Îles de Lérins (Sainte-Marguerite et Saint-Honorat). Théoule-sur-Mer est proche de Mandelieu-la-Napoule où l'on peut trouver un aérodrome.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Ve siècle, Eucher Gaulois, seigneur de Mandelieu-La-Napoule était l'heureux propriétaire de Théoule. Dans l'antiquité, Théoule était un des ports les plus importants de Toulon à Antibes. À l'origine Théoule ne comptait qu'une trentaine d'habitations et abritait un port de pêche auquel on pouvait accéder par un petit chemin dit “Trayas”.

Vue générale du village en 1903.

C'est en 1898 qu'un syndicat de propriétaires se forma afin de défendre les intérêts de cette bourgade. Monsieur Hourlier, à l'époque propriétaire du château de Théoule (une ancienne savonnerie du XVIIIe siècle) et directeur du Journal de Lyon Républicain, poursuivit cette idée et la concrétisa avec l'aide de monsieur de Latenhière. Abel Balif, président du Touring club de France permit qu'en 1902 on inaugure la Corniche d'Or, nom donné à cette route nationale.

En 1929, Théoule devient une commune grâce à Charles Dahon. En 1930, la municipalité fit l'acquisition de la villa Jeanne pour y aménager la mairie. À partir de 1934, les travaux d'électricité et d'eau furent entrepris, puis c'est en 1938 que la route nationale fut élargie pour permettre d'améliorer la circulation.

Une partie de la population fut évacuée le 28 février 1944 car les Allemands craignaient une opération des Alliés. Le 16 août 1944, les Américains et les Français arrivèrent à Théoule.

La Corniche d'Or

La Corniche d'Or est une route qui offre les plus beaux paysages de la Côte d'Azur. C'est grâce au Touring Club que cette route fut créée, car il s'adonnait au développement du tourisme. Le 2 juin 1901, cette route est nommée boulevard. Elle fut inaugurée le 11 avril 1903 par un convoi de près de 200 automobiles suivies par des cyclistes. Route nationale 7 pendant quelques années, elle est classée RN 98 en 1938 et se trouve être une des plus belles routes d'Europe longeant la mer Méditerranée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
05 mai 1929   Charles Dahon   1er maire de le nouvelle commune créée le 12 mars 1929
1949   Émile Carbon    
1951   Raymond Herment    
1953   Général Gustave Bertrand   Héros du renseignement 1939-1945[1].Grand officier de la Légion d'honneur le 18 février 1967
1971 réélu en 1977 André Pradayrol    
1981   Joannes Gourgout   Maire par intérim après le décés d'André Pradayrol
mars 1983 réélu en 1989 et 1995 André-Charles Blanc RPR Conseiller général du canton de Mandelieu-Cannes-Ouest
1999   Henri Durand    
mars 2001[2] en cours Daniel Mansanti UMP  

Une élection municipale partielle eut lieu en 1999, le maire André-Charles Blanc s'étant suicidé le 1er novembre 1998.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 538 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1931. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
616 619 367 703 755 733 798 1 010 1 216
1999 2006 2008 2011 - - - - -
1 296 1 499 1 556 1 538 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Caryatide Res. Aurelia. Jean Yves Lechevallier.
  • Les Caryatides de la Résidence Aurélia, sont elles aussi signées de l'artiste Jean-Yves Lechevallier.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Germaine, 1927

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

À partir de Théoule on peut faire une jolie randonnée qui permet de découvrir la forêt du massif de l’Estérel en passant par le carrefour des Monges, le col du Trayas, le col de la Cadière et le col des Trois termes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Christian Chabanis : écrivain provençal né à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) le 9 août 1936, mort à Paris le 25 avril 1989, il repose au cimetière de Théoule-sur-Mer où sa belle-famille résidait.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Théoule-sur-Mer

Son blasonnement est : D’azur au pal d’or chargé de trois vergettes de gueules, au tau aussi d’or brochant sur les vergettes, accompagné en chef à dextre d’un rameau de mimosa du même et à senestre de Sainte-Germaine d’argent auréolée, chevelée et habillée d’une robe aussi d’or chargée d’une croisette d’argent, en pointe à dextre d’une tour posée sur une onde isolée d’or et à senestre d’une rascasse du même.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Site de la préfecture des Alpes-Maritimes, consulté le 20 juin 2008
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011