Théorie du matelas d'eau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La théorie du matelas d'eau (en anglais, Waterbed theory) est l'observation, décrite par Larry Wall que quelques systèmes ont une complexité minimale, et que tenter de réduire cette complexité à un endroit ne fera que l'augmenter à un autre endroit.

Ce comportement est assimilé à celui d'un matelas d'eau sur lequel lorsque l'on fait pression à un endroit, l'eau se répartit sur le reste du matelas, parce que l'eau est incompressible.

La théorie du matelas d'eau a été citée comme partie significative de la philosophie de design du Perl 6[1].

Exemples[modifier | modifier le code]

  • Les langages informatiques : plus le langage est de haut niveau (donc agréable pour le développeur), plus le compilateur/interpréteur est complexe.
  • Les boites de vitesses automatiques, qui enlèvent de la complexité au conducteur pour l'ajouter à la voiture.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Waterbed theory » (voir la liste des auteurs)