Théorie des cycles réels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La théorie des cycles réels est une théorie économique majeure (en anglais, Real Business Cycle Theory (RBC), parfois traduit littéralement par « Théorie des cycles économiques réels »[1]), qui a été développée par la Nouvelle économie classique.

Elle a été initiée par Finn E. Kydland et Edward C. Prescott en 1982, qui ont obtenu le Prix Nobel d'économie en 2004 pour leurs travaux.

Dans cette modélisation de l'économie, les cycles économiques sont liés à des fluctuations aléatoires du niveau de productivité. Les périodes de croissance économique et de récession économique ne sont alors que des réponses de l'économie à des chocs exogènes.

Son enjeu est de tenir compte de la critique de Lucas en intégrant dans les modèles des comportements micro-fondés pour les agents économiques.

Galí et Rabanal (2004) sont sceptiques concernant la pertinence empirique de cette approche à propos des États-Unis[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Agnès Bénassy-Quéré, Benoît Cœuré, Pierre Jacquet, Jean Pisani-Ferry, Politique économique, De Boeck, 3e édition, 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]