Théorie des cycles réels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

,

La Théorie des cycles réels est une théorie économique majeure (en anglais, Real Business Cycle Theory (RBC), parfois traduit littéralement par « Théorie des cycles économiques réels »[1]), qui a été développée par la Nouvelle économie classique.

Elle a été initiée par Finn E. Kydland et Edward C. Prescott en 1982, qui ont obtenu le« Prix Nobel » d'économie 2004 pour leurs travaux.

Dans cette modélisation de l'économie, les cycles économiques sont liés à des fluctuations aléatoires du niveau de productivité. Les périodes de croissance économique et de récession économique ne sont alors que des réponses de l'économie à des chocs exogènes.

Son enjeu est de tenir compte de la critique de Lucas en intégrant dans les modèles des comportements micro-fondés pour les agents économiques.

Galí et Rabanal (2004) sont sceptiques concernant la pertinence empirique de cette approche à propos des États-Unis[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Agnès Bénassy-Quéré, Benoît Cœuré, Pierre Jacquet, Jean Pisani-Ferry, Politique économique, De Boeck, 3e édition, 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]