Théorie de la pertinence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La théorie de la pertinence a été introduite par l'une des maximes gricéennes, selon laquelle il y aurait à l'œuvre un principe d'économie dans le langage, visant à ne dire que ce qui est pertinent. Le philosophe Paul Grice est connu pour sa distinction entre deux formes de communication : le sens naturel et le sens non-naturel. Un signe signifie de lui même lorsque sa seule production a du sens (comme le rougissement définit la honte), et de façon non-naturelle lorsque le sens de celui-ci est le résultat d'une convention. Également, il est un des premiers à développer la théorie inférentielle, qui définit la communication comme régulée par le principe d'inférence : un signe signifie lorsque, combiné avec le contexte, un interlocuteur peut déduire/inférer le sens de ce dernier.

En France, à peu près à la même époque, Oswald Ducrot (Dire et ne pas dire, 1972) développait des idées comparables.

Dan Sperber, philosophe et anthropologue français, et Deirdre Wilson, linguiste britannique, ont développé à partir de ces idées une théorie pragmatique générale, connue sous le nom de théorie de la pertinence. Ces derniers partagent les présupposés communs de la linguistique pragmatique, dont la notion d'implicature conversationnelle et d'inférence, qui se réfère au sens signifié ou implicite dans une proposition.

La théorie de la pertinence telle qu'elle est développée par Sperber et Wilson reprend le point central de la théorie de Grice, qui est que le but central de la communication humaine est de reconnaître, grâce à un effort coopératif, l'intention communicative de l'interlocuteur. Cette théorie est basée sur le modèle d'inférence, modèle selon lequel un locuteur va fournir à son interlocuteur un certain nombre d'indices qui, mis en parallèle avec le contexte, vont lui permettre d'inférer l'intention de communication. Devant les multiples sens accessibles d'un énoncé, un locuteur va sélectionner celui qui engendrera un maximum d'effets face à un minimum d'effort. Tout nouvel effort cognitif doit être justifié par un effet plus grand. En d'autres termes, un énoncé est pertinent lorsque, en contexte, l'effort cognitif est justifié par l'effet cognitif.

Références[modifier | modifier le code]

Sperber, D. and Wilson, D. La Pertinence : Communication Et Cognition (Paris: Les Editions de Minuit, 1989)

Sperber, D. & Wilson D. (2004). Relevance Theory. In Horn, L.R. & Ward, G. (eds.) 2004 The Handbook of Pragmatics. Oxford: Blackwell, 607-632. http://www.dan.sperber.fr/?p=93

Sperber,D. & Wilson, D. 2002. Pragmatics, modularity and mind-reading. Mind and Language 17, 3-23. http://www.dan.sperber.fr/wp-content/uploads/2009/09/PragmaticsModularityMindReading.pdf

Fay, Colin. 2012. Approche systémique des jeux pragmatiques communicationnels. Mémoire de Master 2. Université de Rennes 2. Notamment : Chapitre A.2. La pragmatique et la pertinence. Disponible en ligne : http://fr.slideshare.net/colinbielinski/m2-analyse-systmique-des-jeux-pragmatiques-communicationnels ou http://services.univ-rennes2.fr/memorable/fichiers/FIC33773.pdf

Voir aussi[modifier | modifier le code]