Théorie de la dépendance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La théorie de la dépendance est une théorie du champ des sciences sociales (sociologie, histoire, économie et science politique) qui soutient que la pauvreté, l'instabilité politique et le sous-développement des pays du Sud est la conséquence de processus historiques mis en place par les pays du Nord ayant comme résultat la dépendance économique des pays du Sud.

L’impossibilité pour les pays du Sud de se développer a été contredite temporairement par le décollage économique des 4 dragons dans les années 60 qui a été suivi plus tard par la crise économique asiatique. Un apparent contre exemple est aussi celui de la Chine et l’Inde depuis les années 80, cependant, ces pays sont encore loin du peloton de tête en termes d'indice de développement humain (IDH), et le fait que ces pays se soient développés ne signifie pas l'absence d'entrave. Le cas des pays d'Afrique noire est beaucoup moins heureux, accumulant à peu de choses près l'ensemble des IDH les plus bas de la planète.

Cette théorie a une certaine proximité avec la notion de néocolonialisme.

Vision globale et holiste[modifier | modifier le code]

Très influente dans les années 1960 à 1970, la théorie de la dépendance soutient une vision globale et holiste de l'histoire sociale, politique et économique mondiale. Cette théorie avance que les pays les plus riches ont besoin des plus pauvres afin de s'assurer de la continuité de leur croissance.

Conçue dans les années 1950, lors d'une phase de radicalisation de la compréhension des rapports internationaux et du développement, cette théorie s'oppose alors à la théorie de la modernisation ou de l'industrialisation qui prétend que les pays sont à un stade inférieur de leur développement ou que ces pays ne sont pas intégrés dans l'économie globale. Pour la théorie de la dépendance, ces pays sont intégrés mais sont structurellement mis en état de dépendance continue en appliquant, par exemple, l'interdiction de la production nationale de produits devant être achetés auprès des compagnies coloniales.

Pour André Gunder Frank, la dépendance des pays du Sud s'explique historiquement par la colonisation (Asie, Afrique, Amérique latine par exemple) et par les échanges commerciaux inégaux (par les compagnies comme la Compagnie néerlandaise des Indes orientales ou encore la Compagnie anglaise des Indes orientales). Pour l'économiste argentin Raúl Prebisch, l'enrichissement des pays riches est inversement proportionnel à celui des pays pauvres. Pour les théoriciens de la dépendance, il est actuellement impossible que les pays du Sud se développent sans se libérer des liens de dépendance entretenus avec le Nord puisque le développement des pays du Nord repose sur le sous-développement de ceux du Sud.

Dynamiques centrales[modifier | modifier le code]

Bien qu'il existe cependant de nombreuses divergences entre les théoriciens de la dépendance, tous ont en commun les dynamiques suivantes :

  1. Les pays les plus pauvres sont dans l'obligation de fournir des ressources naturelles ou de la main d'œuvre bon marché aux pays les plus riches. Ces obligations sont le résultat de l'histoire de la colonisation.
  2. Les pays les plus riches ont mis en place un ensemble de contraintes (légales, financières techniques et autres) qui ont rendu les pays les plus pauvres dépendants. Ces contraintes sont, entre autres, le résultat d'un transfert technologique déficient entre les pays riches exportateurs de la technologie et les pays pauvres du Sud qui en sont dépourvus.

Critiques de la théorie de la dépendance[modifier | modifier le code]

Les critiques de la théories de la dépendance affirment que celle-ci sous-évalue le rôle joué par les élites et économies locales dans le sous-développement chronique de ces pays. Ces critiques montrent par exemple le rôle joué par la corruption ou l'absence de culture de compétition commerciale. Cela dit, certains auteurs dépendantistes ont mis en avant cette dimension, Fernando Henrique Cardoso principalement.

D'autres critiques affirment que la théorie de la dépendance est trop générale et celle-ci n'a pas suffisamment analysé les disparités du développement entre les pays du Sud.

Théoriciens de la dépendance[modifier | modifier le code]

Par ordre alphabétique, non exhaustif :

Andre Gunder Frank, Samir Amin, Giovanni Arrighi, Sergio Bagú, Fernando Henrique Cardoso, Celso Furtado, Raúl Prebisch, Dieter Senghaas, Hans Singer, Immanuel Wallerstein, Theotonio dos Santos.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Amin S, Unequal Development: An Essay on the Social Formations of Peripheral Capitalism, New York: Monthly Review Press (1976)
  • Amin S, Re-reading the postwar period: an intellectual itinerary, translated by Michael Wolfers, New York: Monthly Review Press (1994c)
  • Amin S, Die Zukunft des Weltsystems. Herausforderungen der Globalisierung. Herausgegeben und aus dem Franzoesischen uebersetzt von Joachim Wilke, Hamburg: VSA (1997b)
  • Bornschier V, Wachstum, Konzentration und Multinationalisierung von Industrieunternehmen, Frauenfeld and Stuttgart: Huber (1976)
  • Bornschier V, Western society in transition, New Brunswick, N.J.: Transaction Publishers (1996)
  • Bornschier V. and Chase - Dunn Ch. K, Transnational Corporations and Underdevelopment, New York: Praeger (1985)
  • Köhler G. and Tausch A, Global Keynesianism: Unequal exchange and global exploitation, Huntington NY, Nova Science (2002)
  • Sunkel O, The Structural Background of Development Problems in Latin America, Weltwirtschaftliches Archiv, 97, 1: pp. 22 ff (1966)
  • Sunkel O, El subdesarrollo latinoamericano y la teoria del desarrollo, Mexico: Siglo Veintiuno Editores, 6a edicion (1973)
  • Arno Tausch et Philippe Jourdon, Trois essais pour une économie politique du 21e siècle, L'Harmattan, 202 pages (2011) (ISBN 9782296544000-0[à vérifier : isbn invalide])
  • Yotopoulos P. A. (1966), ‘Economic analysis and economic policy’. Edited by Pan A. Yotopoulos. Contributors: Arthur S. Goldberger [and others]. Athens [Center of Planning and Economic Research] (Center of Planning and Economic Research. Training seminar series, 6).
  • Yotopoulos P. A. (1967), ‘Allocative efficiency in economic development; a cross section analysis of Epirus farming’ Athens [Center of Planning and Economic Research] (Center of Planning and Economic Research. Research monograph series, 18).
  • Yotopoulos P. A. (1977), ‘The population problem and the development solution’ Stanford, Calif.: Food Research Institute, Stanford University, (Food Research Institute studies; v. 16, no. 1).
  • Yotopoulos P. A. (1984), ‘Middle income classes and food crises’ Athens: Centre of Planning and Economic Research, (Papers / Centre of Planning and Economic Research; 5).
  • Yotopoulos P. A. (1989a), ‘Distributions of real income: Within countries and by world income classes’. The Review of income and wealth, no. 4, pp. 357 ff. .
  • Yotopoulos P. A. (1989b), ‘The (Rip) Tide of Privatization: Lessons from Chile.’ World development, vol. 17, no. 5, pp. 683 ff. .
  • Yotopoulos P. A. (1989c), ‘The meta-production function approach to technological change in world agriculture.’ Journal of development economics, vol. 31, no. 2, pp. 241 ff. .
  • Yotopoulos P. A. (1996), ‘Exchange rate parity for trade and development: theory, tests, and case studies’ Cambridge [England]; New York: Cambridge University Press.
  • Yotopoulos P. A. (1997a), ‘Financial crises and the benefits of mildly repressed exchange rates’ Stockholm: Stockholm School of Economics, Economic Research Institute, (Working paper series in economics and finance; no. 202, October 1997).
  • Yotopoulos P. A. (1997b), ‘Food security, gender and population’ New York, NY: United Nations Population Fund, ‘E/850/1997’.
  • Yotopoulos P. A. (2004), ‘The Success of the Euro, Globalization, and the EU Enlargement’ University of Florence, [lire en ligne].
  • Yotopoulos P. A. and Floro S. L. (1992), ‘Income distribution, transaction costs and market fragmentation in informal credit markets.’ Cambridge journal of economics, 1992, vol. 16, no. 3, pp. 303 ff.
  • Yotopoulos P. A. and Lin J. Y. (1993), ‘Purchasing Power Parities for Taiwan: The Basic Data for 1985 and International Comparisons.’ Journal of economic development, 1993, vol. 18, no. 1, pp. 7 ff.
  • Yotopoulos P. A., Nugent J. B. (1976), ‘Economics of development: empirical investigations’ New York: Harper & Row.
  • Yotopoulos P. and Sawada Y. (2005), ‘Exchange Rate Misalignment: A New test of Long-Run PPP Based on Cross-Country Data’ CIRJE Discussion Paper CIRJE-F-318, February 2005, Faculty of Economics, University of Tokyo, [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]