Théorème de Krull

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec d'autres théorèmes de Krull.

En algèbre commutative, le théorème de Krull est un résultat fondamental établissant l'existence d'idéaux maximaux pour les anneaux commutatifs. Il a été démontré en 1929 par le mathématicien allemand Wolfgang Krull[1]. Relativement à la théorie de Zermelo-Fraenkel, le théorème de Krull équivaut à l'axiome du choix.

Énoncé[modifier | modifier le code]

Pour tout idéal propre[2] I d'un anneau commutatif unifère A, il existe au moins un idéal maximal de A contenant I.

(Lorsque l'anneau quotient A/I est fini, cette existence est immédiate.)

Un énoncé équivalent est que tout anneau commutatif unifère non nul possède au moins un idéal maximal (a fortiori au moins un idéal premier).

Krull avait démontré ce résultat en utilisant le théorème du bon ordre[3], équivalent à l'axiome du choix. Max Zorn, alors qu'il ignorait l'article de Krull[3] en donne une autre démonstration publiée en 1935 utilisant ce que l'on appelle maintenant le lemme de Zorn, autre équivalent de l'axiome du choix, dans l'article où il introduit ce dernier et en donne de nombreuses applications à l'algèbre[4].

Répondant à une question posée par Dana Scott, Wilfrid Hodges (de) démontre en 1978 que le théorème de Krull équivaut à l'axiome du choix, dans la théorie de Zermelo-Fraenkel[3],[5]

Conséquences[modifier | modifier le code]

Soit A un anneau commutatif non réduit à 0.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) W. Krull, « Die Idealtheorie in Ringen ohne Endlicheitsbedingungen », dans Mathematische Annalen, vol. 101, 1929, p. 729–744
  2. C'est-à-dire distinct de l'anneau.
  3. a, b et c (en) Henry E. Heatherly, « Some ring theoretic equivalents to the axiom of choice », dans LA/MS Math. Assoc. Amer. Conf. Proc., 2004
  4. (en) Max Zorn, « A remark on method in transfinite algebra », Bull. Amer. Math. Soc., vol. 41,‎ 1935, p. 667-670
  5. (en) Wilfrid Hodges, « Krull Implies Zorn », dans J. London Math. Soc., vol. s2-19, 2, 1978, p. 285-287, accès restreint
  6. (en) Serge Lang, Algebra [détail des éditions], 1965, p. 62.
  7. Voir par exemple Zorn 1935.
  8. Selon Zorn 1935
  9. Par exemple (en) Nathan Jacobson, Lectures In Abstract Algebra, vol. 3, Springer, 1964, 1975