Théophylacte d'Ohrid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Théophylacte.
Icône de Théophylacte

Théophylacte d'Ohrid (ou d'Achrida) (grec: Θεοφύλακτος), de son nom entier Théophylacte Héphaistos, est un archevêque d'Ohrid (à partir de 1088/1089) de l'époque byzantine, né en Eubée vers 1050, mort après 1126.

Élève de Michel Psellos, il a servi comme diacre de Sainte-Sophie. Comme professeur de Constantin Doukas, le fils de Michel VII, Théophylacte rédige vers 1085/1086, un Miroir des Princes adressé à son élève, dans lequel il fait l'éloge de l'origine noble et du caractère martial comme des qualités nécessaires à la réussite d'un empereur. En 1088, il compose un panégyrique d'Alexis Ier Comnène, bien que ses sympathies aillent plutôt du côté de Maria, la veuve de Michel VII, que des Comnène.

Ses lettres d'Ohrid sont une source de valeur pour l'histoire économique, sociale et politique de la Bulgarie aussi bien que pour la prosopographie byzantine. Elles sont remplies de plaintes sur l'environnement « barbare » de l'auteur, alors qu'en réalité il est très impliqué dans le développement culturel local, rédigeant un enkômion des 15 martyrs de Tibérioupolis, et une vie de Clément d'Ohrid. Sa production exégétique est prolifique : il a rédigé des commentaires des Psaumes, Prophètes, Évangiles, épîtres de saint Paul et d'autres. Il est relativement tolérant dans ses écrits polémiques contre les Latins, bien qu'il rejette le filioque : il s'oppose à l'idée du schisme et défend les Latins contre les accusations infondées.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • P. Gautier (trad.), Théophylacte d’Achrida, Lettres, CFHB 16, 2, Thessalonique 1986 ;
  • P. Gautier (trad.), Discours, Traités, Poésies, CFHB 16, 1, Thessalonique, 1980 ;
  • (en) M. Mullett, Theophylact of Ochrid : reading the letters of a Byzantine archbishop, Birmingham, 1996 (commentaire des lettres).

Bibliographie[modifier | modifier le code]