Théophile Schuler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schuler.

Théophile Schuler

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Photographie

Nom de naissance Jules Théophile Schuler
Naissance 18 juin 1821
Strasbourg
Décès 26 janvier 1878
Strasbourg
Activités peintre, illustrateur, graveur

Jules Théophile Schuler, né à Strasbourg le 18 juin 1821 et mort dans la même ville le 26 janvier 1878, est un peintre romantique, un illustrateur et un graveur français, fortement ancré dans la tradition alsacienne. Ses illustrations de plusieurs œuvres de Jules Verne, Victor Hugo ou Erckmann-Chatrian, entre autres, ont contribué à sa notoriété bien au-delà de sa région natale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Daniel-Théophile Schuler, pasteur à l'Église Saint-Nicolas de Strasbourg et de Marguerite Salomé Hoh. Il a illustré de nombreux ouvrages de la collection Hetzel et a collaboré au Magasin pittoresque et à la Bibliothèque d'éducation et de récréation. En tant que peintre, il privilégia les sujets alsaciens.

Il a eu notamment pour élèves François-Émile Ehrmann et Émile Schweitzer.

Il est inhumé auprès de ses parents, au cimetière Saint-Gall de Strasbourg (Koenigshoffen)[1]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peinture
Illustrations
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Postérité[modifier | modifier le code]

À Strasbourg, sur la place Saint-Étienne, le piédestal de la statue en bronze du Meiselocker porte d'un côté une effigie de Théophile Schuler (voir ci-dessous) et de l'autre celle du juriste et homme de lettres Johann-Georg-Daniel Arnold. En 1929, la Société des amis des arts de Strasbourg fit apposer le médaillon en bronze réalisé par Bartholdi en 1853 sur la façade d'un immeuble strasbourgeois où Théophile Schuler vécut longtemps, au 1, quai Saint-Nicolas[2].

Une rue de Strasbourg porte également le nom du peintre.

Un Prix Théophile-Schuler est décerné chaque année à un jeune artiste local.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Strasbourg-Koenigshoffen. Cimetière Saint-Gall, Ville de Strasbourg, 2008, p. 51-52
  2. Serge Dufour, Les Statues de Strasbourg, Coprur, Strasbourg, 1992, p. 63

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Baechler, Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace, 1982, p. 3547
  • Marie-Hélène Bonnargent, Biographie de Jules-Théophile Schuler : 1821-1878, Université de Strasbourg 2, 1992, 109 p. (Mémoire de DEA)
  • Hans Haug, Un romantique alsacien : Théophile Schuler, 1821-1878, Impr. des Dernières nouvelles de Strasbourg, 1928, 48 p.
  • « Un Romantique alsacien : Théophile Schuler, 1821-1878 » (exposition à Strasbourg au Château des Rohan, 7 avril-5 juin 1979), 1979, 95 p. (catalogue)
  • Anselme Laugel, Biographies Alsaciennes : Théophile Schuler, J. Noiriel, Strasbourg, 1901?, 44 p. (extrait de la Revue alsacienne illustrée, vol. 3, n° 2)
  • Marcus Osterwalder (dir.), Dictionnaire des illustrateurs, 1800-1914, Éditions Ides et Calendes, 1989. p. 960 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :