Théophane de Poltava

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Archimandrite Théophane en 1909

Théophane de Poltava (né Vassili Dimitrievitch Bystrov, en russe : Василий Дмитриевич Быстров) est un archevêque et théologien russe de l'église orthodoxe, né le 12 janvier 1875[1] et mort le 19 février 1940[2]. Il avait la réputation d'être un ascète irréprochable d'une haute spiritualité. Sa dormition est commémorée le 19 février.

Naissance et éducation[modifier | modifier le code]

Vassili Bystrov nait en 1874 dans la famille d'un prêtre du village de Podmosh, du diocèse de Saint-Pétersbourg, district de Louga dans la province de Novgorod où il est l'élève des écoles religieuses locales. En 1892, après un passage au séminaire, il est reçu premier à l'académie théologique de Saint-Pétersbourg, rang qu'il occupe tout au long de ses études, achevée en 1896[3]. Il reste ensuite à l'académie pour enseigner, et devient hiéromoine au bout de deux années.

Prêtrise[modifier | modifier le code]

L'Évêque de Jamburg Théophane en 1910

En 1901 il est élevé au rang d'archimandrite et promu inspecteur temporaire à l'académie. En 1905 il reçoit le titre de maître en théologie pour sa thèse : « Le Tétragrammaton ou le Nom divin de Jéhova dans l'ancien testament ». Nommé recteur de l'académie théologique de Saint-Pétersbourg le 4 février 1909, il est consacré évêque de Yambourg dix-huit jour plus tard, le 22 février, et quatrième vicaire du diocèse de Saint-Pétersbourg. Le 25 juin 1912 il devient évêque d'Astrakhan et le 8 mars 1913, évêque de Poltava et Peresslavl. En 1918 il est élevé au rang d'archevêque.

Il est par ailleurs le confesseur de la Tsarine Alexandra Fedorovna, épouse du Tsar Nicolas II de Russie, qu'il encourage à demander la canonisation de Séraphin de Sarov[4]. C'est également lui qui contribue à introduire Raspoutine à la cour du Tsar en 1906 et à en écarter le Maître Philippe[5],[6].

Exil et fin de vie[modifier | modifier le code]

La révolution russe de 1917 l'oblige à quitter ses fonctions à la cour. En 1920, devant l'avancée de l'armée rouge, il est évacué en Crimée. Le 4 avril 1920[7], à la suite de la démission d'Anton Ivanovitch Dénikine, il soutient la candidature de Piotr Nikolaïevitch Wrangel au poste de général en chef de l'armée blanche en Russie méridionale.

En novembre 1920 il doit s'exiler à Constantinople[8], puis en 1925 en Bulgarie, d’abord à Varna, puis à Sofia. Il participe à la Haute Administration ecclésiale à l’étranger, puis au Synode des évêques russes hors-frontières qui lui fait suite. En désaccord avec le métropolite de Kiev Antoine (Khrapovitskiï), il se retire de la vie publique en 1926[9]. En 1931, il part pour la France et s'établit au bord de la Loire dans le village de Limeray près d'Amboise. Il y vit en ermite, retiré dans une habitation troglodytique, au lieu-dit « La cave aux Renards», où il meurt le 19 février 1940, assisté des deux femmes russes qui le servent et le soignent. Le père Théodore relate ainsi sa visite dans les lieux après son décès [10]:

Habitations troglodytiques à Limeray
Tombe de Théophane de Poltava
« Il y avait trois grottes plutôt longues et hautes, bien creusées. Peut-être cela lui rappelait-il la vie de saint Paul de Thèbes et saint Antoine le Grand. Dans l'une était l'ex-cellule de Monseigneur qui était aussi son oratoire. Dans l'autre vivaient douze chiens farouches, des dobermans agressifs, capables de déchiqueter un homme en une minute. Le jour, ils étaient attachés. Dans la troisième grotte vivaient des chèvres, des oies et des canards : c'était toute la ferme de Monseigneur. Dans une quatrième grotte, c'était le débarras, où nous vîmes sur le sol un sac de noix, des meubles entassés jusqu'au plafond, des lits, des tables, etc. C'est là que nous nous sommes réfugiés pour la nuit. Dans le jardin, il y avait un puits, quelques arbres fruitiers et sur la colline, une vigne. Il y avait du vin fruité et fort fait maison ainsi que du beurre bien baratté, du lait, du fromage, etc. qui étaient en vente. »
« Dans la cellule de Monseigneur, nous vîmes deux portraits photographiques de lui; une Bible avec des fleurs séchées dedans, fleurs cueillies près du canal de saint Séraphim à Diveyevo, et d'autres objets sacrés; une boîte avec des reliques, peut-être deux douzaines au moins dans de petits récipients en or; et beaucoup d'autres reliques sacrées…" Telle fut l'intimité de sa dernière demeure terrestre. »

L'archevêque est inhumé dans le cimetière urbain de Limeray, dans l'allée centrale, tombe № 432[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Une partie des informations est extraite de l'article Wikipédia en langue russe : ru:Феофан (Быстров)

  1. 31 décembre 1874 dans le calendrier julien, toujours en vigueur dans le rite religieux orthodoxe
  2. 6 février 1940 dans le calendrier julien.
  3. Alors qu'il était encore étudiant à l'académie de théologie, on l'appelait déjà "Abba", nom donné aux Pères du Désert.
  4. Les derniers moments des Romanov
  5. R.Fülop-Miler, Raspoutine, Editions Payot, J'ai Lu A194, 1952.
  6. (ru) Article en russe sur les relations entre l'archimandrite Théophane et Raspoutine
  7. 22 mars 1920 dans le calendrier julien.
  8. Renommée Istanbul en 1928.
  9. http://www.exarchat.org/IMG/pdf/Lomako-Assemblee-Pastorale-1945.pdf
  10. Bulletin des vrais chrétiens orthodoxes sous la juridiction de S.B. Mgr André archevêque d'Athènes et primat de toute la Grèce, N°73 décembre 1996, Hiéromoine Cassien.
  11. Les dates de naissance et de décès figurant sur sa tombe sont celles du calendrier julien et il y porte le titre de cardinal.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) René Fülop-Miler, Raspoutine, Éditions Payot, J'ai Lu A194, 1952.
  • Père Antony, Vie de Monseigneur Théophane, archevêque de Poltava et de Pereiaslav: 1874-1940, éd. Saint-Jean le Roumain, 1988
  • (ru) Richard Betts - Viacheslav Marchenko, Dukhovnik tsarskoi Semi Sviatitel Feofan Poltavskii (1873-1940), 1996 (ISBN 9785900443058)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]