Thénac (Dordogne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thénac.
Thénac
L'église de Monbos.
L'église de Monbos.
Blason de Thénac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Canton Sigoulès
Intercommunalité Communauté de communes des Coteaux de Sigoulès
Maire
Mandat
Jean-Jacques Chapellet
2014-2020
Code postal 24240
Code commune 24549
Démographie
Gentilé Thénacais, Thénacaises
Population
municipale
372 hab. (2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 45′ 04″ N 0° 20′ 31″ E / 44.7511111111, 0.34194444444444° 45′ 04″ Nord 0° 20′ 31″ Est / 44.7511111111, 0.341944444444  
Altitude Min. 75 m – Max. 191 m
Superficie 20,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Thénac

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Thénac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thénac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thénac

Thénac est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune limitrophe avec le département de Lot-et-Garonne

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département de Lot-et-Garonne.

Communes limitrophes de Thénac
Monestier Cunèges
Loubès-Bernac
(Lot-et-Garonne)
Thénac Sigoulès
Sainte-Eulalie-d'Eymet Sainte-Innocence

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Tenac[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1973, les anciennes communes de Monbos et Puyguilhem fusionnent avec Thénac. Monbos et Puyguilhem conservent le statut de communes associées et, à ce titre, élisent chacune un maire délégué qui siège obligatoirement au conseil municipal de Thénac. Le 1er janvier 2011, cette fusion-association devient une fusion simple.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Thénac Blason Écartelé au 1) et au 4) de gueules aux trois têtes de chien courant d’argent, au chef cousu d’azur chargé de trois molettes d’éperon d’or, au 2) tiercé en bande d’or, de gueules et d’azur au 3) d’azur aux deux clefs d’or passées en sautoir.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1995[2] (réélu en mars 2014) en cours Jean-Jacques Chapellet SE Enseignant

Démographie[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1972, les communes de Monbos, Puyguilhem et Thénac étaient indépendantes[3].

Démographies de Monbos et de Puyguilhem[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Monbos et Puyguilhem.

Démographie de Thénac[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Thénac depuis 1793. Le 1er janvier 1973, Monbos et Puyguilhem s'associent avec Thénac[3].

À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Thénac[4]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2011, Thénac comptait 372 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
471 339 412 486 438 479 428 430 407
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
399 400 416 403 404 414 338 302 294
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
301 306 325 289 292 361 348 330 314
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
285 232 379 314 300 341 371 372 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La bastide de Puyguilhem[modifier | modifier le code]

Le château de Puyguilhem.

Puyguilhem signifie en occitan « colline de Guillaume ».

À l'origine, un château existait sur les lieux de ce petit village du Périgord pourpre (région autour de Bergerac). Le 15 mars 1265, trois seigneurs locaux - Hugues de Puychagut, Grimard de Picon et Hélie de Saint-Michel - cédèrent leurs droits sur la forteresse de Puyguilhem et les terres environnantes au roi d'Angleterre Henri III. En échange, une bastide devait être construite à l'extérieur du château. La fondation de la bastide a été confiée à Jean de Grailly. Elle eut lieu sous le nom de Sainte-Eulalie-de-Puyguilhem.

La bastide connut quelques périodes agitées au XIVe siècle et durant la guerre de Cent Ans. Malgré tout, son importance fut relativement réduite. Elle fut assiégée, en 1338 ou 1339 suivant les sources, par Pierre de la Paine, sénéchal de Toulouse. C'est au cours de ce siège que l’artillerie à poudre fut utilisée pour la première fois dans la région.

Au XVIIe siècle, elle devint la propriété du duc de Lauzun qui, à la cour de Versailles, se faisait appeler « Peguilhin », francisation de Puyguilhem.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

Festival de musique classique chaque été dans l'église du prieuré de Monbos[9]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 20 avril 2014.
  2. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 3 septembre 2014.
  3. a et b Code officiel géographique de Thénac sur le site de l'Insee, consulté le 12 juin 2013.
  4. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 20 avril 2014)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  7. « Château de Puyguilhem », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 23 septembre 2010.
  8. Émilie Delpeyrat, Le petit Lourdes du zen, Sud Ouest édition Dordogne du 27 février 2014, p. 20-21.
  9. Les amis de l'église de Monbos sur le site du Pays de Bergerac, consulté le 3 avril 2011.