Théâtre municipal de Tunis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Théâtre municipal de Tunis

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Façade du Théâtre municipal

Type Salle de spectacle
Lieu Tunis
Coordonnées 36° 47′ 57″ Nord 10° 10′ 51″ Est / 36.799202, 10.180815
Architecte(s) Jean-Émile Resplandy
Inauguration 20 novembre 1902
Capacité 1 350
Anciens noms Casino municipal de Tunis
Direction Najet Fakhfakh
Site web Site officiel

Résidence

2, rue de Grèce
1000 Tunis

Le Théâtre municipal de Tunis (المسرح البلدي بتونس) est le principal théâtre de Tunis (Tunisie) et le plus célèbre des théâtres de la Tunisie moderne.

Construit dans le style Art nouveau sur l'avenue Jules-Ferry (actuelle avenue Habib-Bourguiba), il est inauguré le 20 novembre 1902. Il est alors appelé Casino municipal de Tunis[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'édifice, appelé familièrement « bonbonnière » au vu de sa forme, est conçu par l'architecte Jean-Émile Resplandy, auteur de nombreux autres bâtiments de Tunis et architecte de la famille beylicale. Le haut-relief de la façade, représentant Apollon Phébus sur son char, aux chevaux fougueux, encadré par les muses du Drame et de la Poésie est du sculpteur français Jean-Baptiste Belloc. La construction est financée par la municipalité de Tunis.

La première version du théâtre, dont la capacité d'accueil ne dépasse pas 856 places, est démolie en 1909. Le théâtre est transformé et agrandi pour accueillir 1 350 sièges sur quatre niveaux (orchestre, balcon, mezzanine et galerie). La nouvelle salle, dont seule la façade extérieure est laissée intacte, est inaugurée à nouveau le 4 janvier 1911[2]. Une rénovation totale du théâtre est effectuée en 2001 en vue de son centenaire.

En plus d'un siècle, le Théâtre municipal de Tunis a accueilli sur ses planches les plus grands noms de la scène tunisienne et internationale : Sarah Bernhardt, Salama Hegazi, Gérard Philipe, Jean Marais, Aly Ben Ayed et bien d'autres. Le 27 mars 1970, le chanteur Ali Riahi succombe à une crise cardiaque sur la scène du théâtre.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Moncef Charfeddine, Deux siècles de théâtre en Tunisie, éd. Ibn Charaf, Tunis, 2000, p. 71
  2. (fr) Moncef Charfeddine, op. cit., p. 291

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]