Théâtre des Délassements-Comiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Plusieurs salles de spectacle parisiennes ont porté successivement le nom de théâtre des Délassements-Comiques entre 1785 et 1890.

Premier théâtre (boulevard du Temple, 1785–1799)[modifier | modifier le code]

Le premier Délassements-Comiques était un petit théâtre situé boulevard du Temple, entre l'Hôtel Foulon (site plus tard du Théâtre Historique) et l'emplacement du futur Cirque Olympique. Ouvert en 1785 par l'auteur, directeur et acteur Plancher Valcour (Aristide Valcour, 1751-1815)[1], il brûla le 2 février 1787. Reconstruit, il rouvrit en 1788 et continua jusqu'en 1799[2].

Il eut un moment de vogue qui excita la jalousie des grands théâtres et qui provoqua de leur part la défense au directeur de faire jouer autre chose que des pantomimes et d'avoir sur la scène plus de trois acteurs à la fois, qui devaient être séparés du public par un rideau de gaze. Le 14 juillet 1789, jour de la prise de la Bastille, Plancher Valcour creva la gaze en poussant le cri de « Vive la liberté ! »

En 1792, le théâtre fut repris par Colon[3].

En 1801, la salle prit le nom de Théâtre Lyri-Comique, mais elle ferma définitivement l'année suivante. (En 1803, elle devint le troisième Théâtre des Variétés-Amusantes, puis les Nouveaux Troubadours en 1805[4]. Ce dernier fut fermé en 1807 par le Décret sur les théâtres de Napoléon Ier. Le bâtiment fut presque entièrement détruit, à l'exception du hall d'entrée, utilisé pour l'exhibition de chiens et de singes savants[5].)

Deuxième théâtre (boulevard du Temple, 1804–1806)[modifier | modifier le code]

Un second théâtre nommé Délassements-Comiques, également situé boulevard du Temple, fonctionna de 1804 à 1806[2].

Troisième théâtre (boulevard du Temple, 1841–1864)[modifier | modifier le code]

Le 12 décembre 1816, la danseuse et acrobate Madame Saqui acquit le Café d'Apollon, ancienne salle du théâtre des Associés située au 52 boulevard du Temple[6], entre le théâtre des Funambules et le théâtre du Petit-Lazari. Elle le rebaptisa Spectacle des Acrobates de Madame Saqui. Il ferma en 1832, laissant la place au Théâtre du Temple de Dorsay.

Après rénovation complète, le théâtre rouvrit en 1841 sous le nom de Délassements-Comiques[7]. La danseuse de French cancan Rigolboche s'y produisit de 1858 à 1860 avec beaucoup de succès.

Ce théâtre fut déplacé en 1862 par les transformations d'Haussmann : Rouvert au 26 rue de Provence le 30 mai 1862, il ferma définitivement en janvier 1864[2].

Quatrième théâtre (boulevard du Prince Eugène, 1866–1871)[modifier | modifier le code]

Le 15 février 1866, un quatrième théâtre portant le nom de Délassements-Comiques ouvrit 23 boulevard du Prince Eugène (actuel boulevard Voltaire). Quelques mois plus tard, il changea son nom en Théâtre du Prince Eugène, puis reprit celui de Délassements-Comiques en 1867[2]. Les Contes de fées d'Hervé y furent créés le 5 mars 1871[8]. Ce théâtre fut détruit par le feu en 1871, dans les derniers jours de la Commune[2].

Cinquième théâtre (rue du Faubourg-Saint-Martin, 1873–1878)[modifier | modifier le code]

Sa troupe s'installa en 1873 dans le bâtiment du deuxième théâtre des Nouveautés (rue du Faubourg-Saint-Martin) et continuà à s'y produire jusqu'en 1878[2]. Robert Planquette y présenta le 12 mars 1874 son opérette en un acte [9], et Hervé La Noce à Briochet le 26 avril 1874[8].

Sixième théâtre (1886–1890)[modifier | modifier le code]

Les sixièmes Délassements-Comiques durèrent de 1886 à 1890[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Brazier 1838, p. 65.
  2. a, b, c, d, e et f Lecomte 1905, p. 23.
  3. Brazier 1838, p. 65.
  4. See Lecomte 1905.
  5. Hemmings 1994, p. 122.
  6. Adresse en 1861.
  7. McCormick 1993, p. 37 ; Lecomte 1905, pp. 23, 38.
  8. a et b Gänzl 2001, p. 916.
  9. Gänzl 2001, p. 1624.
  10. Lecomte 1905, p. 24.
Sources
  • Nicholas Brazier, Histoire des petits théâtres de Paris, 1838, p.63 [1]
  • (en) Kurt Gänzl, The Encyclopedia of the Musical Theatre, seconde édition, New York, Schirmer Books, 2001. ISBN 978-0-02-864970-2.
  • (en) F. W. J. Hemmings, Theatre and State in France, 1760–1905, New York, Cambridge University Press, 1994. ISBN 978-0-511-00042-3. ISBN 978-0-521-03472-2 (2006 paperback reprint).
  • Louis-Henry Lecomte, Histoire des théâtres 1402–1904, Paris, Daragon, 1905. View at Google Books.
  • (en) John McCormick, Popular Theatres of Nineteenth Century France, New York, Routledge, 1993. ISBN 978-0-415-08854-1.

Lien externe[modifier | modifier le code]