Théâtre de l'Ambigu-Comique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Théâtre de l’Ambigu-Comique

Description de cette image, également commentée ci-après

Le Théâtre de l’Ambigu-Comique au XIXe siècle

Surnom L’Ambigu-Comique
Lieu Boulevard du Temple, Paris
Coordonnées 48° 52′ 08″ Nord 2° 21′ 31″ Est / 48.86875, 2.358611 ()
Inauguration 9 juillet 1769
Anciens noms Les Comédiens de bois

Le théâtre de l’Ambigu-Comique est une ancienne salle de spectacle parisienne, fondée en 1769 sur le boulevard du Temple par Nicolas-Médard Audinot.

Histoire[modifier | modifier le code]

Audinot, ancien comédien de l’Opéra-Comique qu’il avait quitté pour devenir joueur de marionnettes aux foires, avait déjà réussi dans une des loges de la foire Saint-Germain, où ses grandes marionnettes dites « bamboches » eurent la vogue. Intitulé à sa fondation, les « Comédiens de bois », l’Opéra-Comique proposa des pantomimes et des féeries, puis son répertoire s’élargit pour inclure des marionnettes, des enfants, des acrobates ; on y joua des comédies, des vaudevilles, des opéras comiques, des drames, des pantomimes.

La variété et le mélange de ces moyens dramatiques justifièrent et expliquèrent le changement, au bout d’un an, du nom de ce théâtre, de « Comédiens de bois » à celui d’« Ambigu-Comique » lorsque Audinot substitua des enfants à ses marionnettes. Les bénéfices qu’il réalisa servirent à édifier l’Ambigu-Comique, où il transporta ses acteurs de bois. L’inauguration de cette salle eut lieu le 9 juillet 1769. En avril suivant, Audinot obtint de joindre à ses marionnettes quelques jeunes enfants qu’il formait à l’art du théâtre. Il fit peindre sur son rideau d’avant-scène cette devise : Sicut infantes audi nos (« Comme des enfants, écoute nous »). Son succès fit dire à Delille : « Chez Audinot, l’enfance attire la vieillesse. »

Le théâtre au XVIIIe siècle (dessin de Jean-Baptiste Lallemand)

Après un arrêt du Conseil en 1771 lui interdisant de chanter, de danser et d’avoir plus de quatre musiciens, Audinot reprit tous ses avantages lorsque l’émotion excitée par cette mesure exigée par l’Opéra la fit retirer quelques jours après. Jugeant, en 1772, le moment venu d’agrandir la salle, il supprima alors ses marionnettes pour leur substituer des enfants. N’ayant pas fini avec les ennuis que lui suscitaient les grands théâtres, il dut, à partir de 1780, payer à l’Opéra un droit par représentation et s’engager à n’utiliser, en fait de ballets ou de morceaux lyriques empruntés à cette scène, que des compositions ayant au moins dix années de publicité. La Comédie-Française et la Comédie-Italienne stipulèrent, de leur côté, que les pièces dialoguées du répertoire leur seraient soumises, pour y apporter tels changements qu’il leur plairait, avant d’être jouées.

Malgré ces tracasseries et ces charges, l’Ambigu put être reconstruit et agrandi en 1786. Audinot soutint sa vogue par des pantomimes historiques et romanesques comme La Belle au bois dormant, Le Masque de fer, La Forêt-Noire, Le Capitaine Cook, etc. Les comédies graveleuses de Plainchesne et Moline, fournisseurs attitrés de son théâtre, aidaient également à sa prospérité. Bachaumont a constaté, en 1771, que le théâtre d’Audinot était plus fréquenté que l’Opéra.

L’entrée du théâtre de l’Ambigu-Comique à une représentation gratis, Louis-Léopold Boilly (1819)

La proclamation de la liberté des théâtres, en 1791, suscita un grand nombre de scènes rivales à l’Ambigu, qui dut fermer en 1799. En 1801, il inaugura le mélodrame avec Guilbert de Pixérécourt, Caigniez et Victor Ducange.

L’Ambigu brûla en 1827 et fut reconstruit, sur les plans d’Hittorf et Lecointe, sur le boulevard Saint-Martin, au coin de la rue René-Boulanger. Le XIXe siècle vit le succès de l’Ambigu augmenter, à mesure que s’y donnaient des pièces à grand spectacle, des drames, des mélodrames, des pièces de boulevard et des vaudevilles, restant le représentant le plus fidèle des traditions dramatiques de ce qu’on appelle « le boulevard du crime ».

Dans les années 1920, le théâtre est passagèrement transformé en salle de cinéma. En 1954, le comédien Christian Casadesus rouvre l’Ambigu-Comique : on y joue à nouveau des pièces de théâtre, dont des auteurs contemporains comme François Billetdoux et Roger Vitrac. En 1966, le théâtre est, en dépit de nombreuses manifestations et d’un spectaculaire défilé de la profession tout entière, définitivement fermé et démoli. Les services du ministre de la Culture, André Malraux, promettent d’abord que la salle serait préservée, puis que le bâtiment le serait, alors que les travaux de démolition avaient déjà commencé. Le site est aujourd’hui un immeuble de bureaux, notamment occupé par le FONGECIF Ile de France.

Galerie d'affiches[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :