Théâtre de Pompée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Théâtre de Pompée
Théâtre de Pompée (restitution)
Théâtre de Pompée (restitution)

Lieu de construction Champ de Mars
Date de construction -61 - -55
Ordonné par Pompée
Type de bâtiment Théâtre romain
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome2b.png
Théâtre de Pompée

Situation du théâtre et du portique de Pompée

Coordonnées 41° 53′ 42″ N 12° 28′ 26″ E / 41.895, 12.47441° 53′ 42″ Nord 12° 28′ 26″ Est / 41.895, 12.474  
Liste des monuments de la Rome antique

Le théâtre de Pompée est un théâtre romain situé au Champ de Mars, à Rome, dans le quartier du Parione, construit par le consul romain Pompée entre -61 et -55. Il est à Rome le premier théâtre construit en maçonnerie de façon durable et de dimensions monumentales.

Il n'en subsiste, au début du XXIe siècle, que de maigres vestiges visibles sous les immeubles du quartier, qui ont parfois conservé la forme caractéristique en hémicycle du grand bâtiment de l'époque républicaine.

Maquette du Champ de Mars de l'E.U.R. : le théâtre de Pompée est à droite, prolongé par le portique de Pompée qui entoure la Curie de Pompée

Histoire[modifier | modifier le code]

Intérieur reconstitué du théâtre de Pompée, donnant accès au temple de Vénus Victrix

Le théâtre fut construit par Pompée entre -61, année de son troisième triomphe et -55, année de son second consulat. Il était alors au sommet d'une gloire procurée par ses nombreuses victoires, notamment sur Mithridate.

Ce fut à Rome le premier théâtre bâti en maçonnerie (theatrum marmoreum), au lieu des constructions provisoires en bois dont on avait dû jusqu'alors se contenter. Une loi interdisait en effet la construction de théâtres permanents à Rome  : on avait toujours maintenu, jusque par la loi, l'idée que le théâtre, en accord avec les conceptions grecques, devait conserver son caractère de spectacle sacré, donné dans des constructions provisoires associées à des cultes religieux.

Vue du complexe dans son quartier sur le plan de Rome de l'université de Caen, avec l'arrière du temple de Vénus Victrix

Pour contourner cette loi, Pompée fit édifier au sommet des gradins un temple à Vénus Victrix : on pouvait alors considérer la cavea du théâtre comme une sorte d'exèdre donnant accès au temple[1].

L'inauguration du théâtre a probablement eu lieu en -55, tandis que le temple a été consacré le 12 août -52, selon Filippo Coarelli[1].

Description[modifier | modifier le code]

Via di Grottapinta : immeubles construits sur la cavea du théâtre
Théâtre et portique de Pompée, avec le temple de Vénus, sur la Forma Urbis

D'une capacité d'environ 20 000 places, le théâtre mesurait 150 mètres de diamètre, pour une hauteur de 36 mètres. La cavea était complétée par un espace scénique fermé par un mur monumental richement décoré de plusieurs étages de colonnades, long d'environ 90 mètres, universellement repris, ainsi que le plan général, dans les toutes constructions de théâtres de la période impériale romaine.

La cavea se prolongeait au-delà de la scène par un portique monumental aux colonnes de granite (portique de Pompée), qui s'étendait jusqu'à l'aire sacrée du Largo di Torre Argentina. Au milieu du portique se dressait la Curie de Pompée, où se tenaient les séances du Sénat. César y fut poignardé aux Ides de mars -44, au pied même de la statue monumentale de son ancien adversaire. La statue, découverte au XVIe siècle, est aujourd'hui exposée au Palais Spada.

Auguste, en -32, fit murer la Curie comme locus sceleratus, mais il restaura le théâtre et fit réériger la statue de Pompée sur la scène même[1]. Le théâtre fut entretenu et resta en usage tout au long de l'Empire, et jusqu'au Ve siècle par le roi goth Théodoric, dont un des chanceliers ne tarit pas d'éloges pour le théâtre de Pompée, ses marbres, ses sculptures, ses fresques et ses grottes à pendentifs du plus bel effet.

Le Moyen Âge en fit une inépuisable carrière de matériaux de construction, dont sont faites, entre autres, les maisons des Orsini et l'église de Santa Barbara dei Librai.

Aujourd'hui, le théâtre a complètement disparu, mais on peut encore évaluer ses proportions imposantes à la forme incurvée des façades d'immeubles construits sur les gradins, dans la via di Grottapinta pour la partie interne, et dans la via del Biscione et la via dei Giubbonari pour les parties extérieures[1].

Les vestiges des maçonneries en opus reticulatum et des voûtes du théâtre apparaissent çà et là dans les caves et soubassements des édifices voisins, comme le restaurant « Pancrazio ». Le palais Righetti occupe quant à lui l'exact emplacement du temple[1].

L'extrémité est du portique de Pompée est visible à l'arrière des temples de l'area sacra du Largo di Torre Argentina[1].

Les quatre théâtres de Rome, groupés sur le Champ de Mars : de haut en bas : théâtre de Marcellus, théâtre de Balbus, théâtre de Pompée et odéon de Domitien

Le premier d'une longue lignée[modifier | modifier le code]

Ce premier théâtre romain en dur fut bientôt suivi d'édifices conçus sur le même modèle : un hémicycle sur voûtes et murs rayonnants. À Rome même, ce fut d'abord le théâtre de Marcellus (-30 à -13), suivi de celui de Balbus (-13), tous groupés dans le même quartier et à peu de distance.

On n'eut à construire sous l'Empire que l'odéon de Domitien (fin Ier siècle), ainsi qu'un éphémère théâtre de Trajan, également sur le Champ de Mars (début IIe siècle), démoli après quelques années, sous le règne d'Hadrien[2].

Le théâtre de Pompée fut aussi le modèle de tous les théâtres édifiés dans les villes de province, jusqu'aux confins de l'Empire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Coarelli, Guide archéologique de Rome, 1991, p. 201-202
  2. Léon Homo, Rome impériale et l'urbanisme dans l'Antiquité, Albin Michel, 1971, p. 294-295

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]