Théâtre antique de Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Théâtre antique de Fourvière
Le théâtre antique
Le théâtre antique

Lieu de construction Lyon
Date de construction c.-15 - IIe siècle
Type de bâtiment théâtre
Coordonnées 45° 45′ 35″ N 4° 49′ 11″ E / 45.759722, 4.819722 ()45° 45′ 35″ Nord 4° 49′ 11″ Est / 45.759722, 4.819722 ()  

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Théâtre antique de Fourvière

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Théâtre antique de Fourvière
Liste des monuments de la Rome antique

Le théâtre antique romain de Lugdunum (Lyon) est adossé à la colline de Fourvière, près de son sommet, ce qui le plaçait au centre de la ville romaine. Il forme avec l'Odéon antique un site archéologique remarquable.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Le théâtre a été construit en deux étapes :

  • Sous Auguste, et probablement vers -15, un théâtre de 90 m de diamètre est construit contre le flanc de la colline, selon un plan classique : gradins en demi-cercle bâtis sur une sous-structure rayonnante (25 secteurs voûtés, en éventail), orchestre dallé de marbres polychromes, mur de scène à trois exèdres, deux entrées latérales voûtées. Les archéologues ont identifié parmi les matériaux de construction des pierres provenant des carrières de Glanum, ce qui est un indice du soin apporté à cet ouvrage et de l'ampleur probable de l'investissement.
  • au début du IIe siècle, sous Trajan (98-117) et Hadrien(117-138), une troisième série de gradins est ajoutée en haut de la structure, portant son diamètre à 108 m, et donnant une capacité estimée à 10 000 places.

Les représentations consistaient majoritairement en des comédies musicales. Le mur de scène permettait, ainsi, comme à Orange, de réverbérer le son de la musique vers les gradins. Les spectacles avaient lieu du printemps à octobre.

La fosse en avant de la scène permettait la manœuvre d'un rideau montant. L'examen des traces d'usure sur les cassettes de pierres faisant saillie a permis de proposer une reconstitution du mécanisme de manœuvre du rideau, exposé dans le musée de la civilisation gallo-romaine qui se trouve à proximité.

Autour de la structure, de petites cases indiquent qu'il devait y avoir des petits commerces, qui devaient certainement vendre de la boisson, ou des confiseries. Il devait certainement y avoir un restaurant, et peut-être un hôtel plus haut,sur les hauteurs, pour recevoir des spectateurs plus ou moins prestigieux. De plus, sur place, le site avait un système sanitaire, avec des toilettes, comme souvent dans de tels édifices de cette époque. Des conduites d'évacuations sont encore visibles de nos jours. Les invités de marques, ou les hauts notables, avaient autour de la fosse, au plus prés des comédiens, des sièges réservés. Les très hauts dignitaires, souvent de passages, devaient avoir une loge, en retrait, et aménagée.

Outre la comédie et le spectacle sous ses diverses formes, l'édifice devait aussi avoir une vocation sociale, et vu le prestige du lieu, lors du passage de hauts-dignitaires, des discours et rencontres à caractère politique y furent sans doute organisés. On ignore si ces rencontres étaient publiques, ou si le public qui assistait à de telles audiences était constitué de dignitaires, ou tout simplement de l'élite. Les grands empereurs comme Auguste et Trajan sont passés en ce lieu, qui était l'occasion de montrer la pourpre impériale.

Aussi, l'Amphithéâtre est au centre urbain de la colonie Romaine: il fut sans doute l'un des premiers édifices construits de Lugdunum. Des colons originaires de la péninsule Italienne s'installent autour de l'édifice, ainsi que les services administratifs. C'est aussi de ce centre que va se propager la langue Latine. à celà, il faut ajouter des quartiers périphériques ou des étrangers s'installent : Coptes Egyptiens,Ibéres, Juifs de Palestine (et plus tard, des Chrétiens), Maures, Germains, Daces, Illyriens, Bretons, etc.

Si le théâtre ne fut plus utilisé pour des spectacles bien avant 410, en revanche, il va garder une fonction sociale (ex: discours politiques) jusqu'en 410 au moins. Ensuite, le déclin et l'abandon vont intervenir du fait d'une diminution démographique au bénéfice de la campagne, d'épidémies (voir la peste dite de Justinien). Mais surtout, c'est l'apparition d'un nouveau lieu de rencontre sociale qui va contribuer à son oubli : la création et construction des églises chrétiennes, avec plus tard, l'édification de cathédrales, dont celles du vieux Lyon, la cathédrale Saint-Jean, qui va reprendre des matériaux de constructions romains, pour son édification.

Abandonné à la fin de l'Empire, probablement vers 410 après J.-C. (ce qui correspond à la date du sac de Rome par les Wisigoths),il fut identifié à tort au XIXe siècle comme l'amphithéâtre des trois Gaules. L'existence du site fut longtemps sujet à caution, et pour certains, une légende. Mais Lugdunum était un centre très important, où la propagande de l'empire devait être particulièrement visible. Il est probable que le site fut abandonné bien avant cette date de 410, probablement entre les dates qui correspondent à 260 à 410, où la région connaissait de graves troubles, qui commencèrent avec le règne de l'usurpateur Postume qui créa l'empire des Gaules vers 260, ce qui conduisit à l'une des grandes crises majeures de l'empire romain, avec une sédition importante. On ignore la date précise de l'abandon du site, mais les historiens modernes s'accordent à le situer au moins au IVe siècle. Aussi, la fin de l'empire romain n'était pas reluisant pour les lettres et la culture, et l'analphabétisme était massif, signe évident de la décadence culturelle, sociale, et économique. Avec l'apogée du christianisme, à la fin du IVe siècle, et avec l'interdiction des jeux du cirque, la comédie était souvent perçue par des Chrétiens fanatiques comme de l'idolâtrie, du paganisme. Les pièces de théâtre de Sophocle ou Eschylle furent pendant de longues décennies plus ou moins proscrites. Au Haut Moyen Âge, le site dut un moment servir de carrière, car les ruines retrouvées ne sont pas complètes, mais comme le mortier romain était très dur à casser, pour récupérer les pierres, la carrière fut vite abandonnée, d'autant plus que au Haut Moyen Âge, la ville se dépeuple au bénéfice de la campagne. Son dégagement complet et sa restauration ont commencé en 1933. Au Moyen Âge, les gradins servirent à faire des vignes en coteaux, ou cultures en terrasses, ce qui cachait complètement le monument, et ce qui empêcha à la renaissance de retrouver le lieu. Ce n'est que vers 1933, alors que Lyon, en expansion, qui est devenue une grande ville industrielle, cherchait à lancer des plans et projets urbains vers Fourvière. à l'époque, il y avait des jardins ouvriers et des vignes en terrasses. Mais des découvertes fortuites de restes de structures antiques, confirmés par la présence du mortier caractéristique utilisé sous l'empire romain entre le Ier et le IVe siècle, firent en sortes que le site fut fouillé, confirmant ainsi la présence du théâtre antique. Cependant, il y avait longtemps que des doutes étaient émis pour situer le site en cet endroit précis. Le maire de Lyon de l'époque, Édouard Herriot lança ensuite les pourparlers pour faire en sortes de négocier les démarches pour sauver le site, et surtout, le fouiller et le préserver.

Sources documentaires[modifier | modifier le code]

  • Histoire et Archéologie de la France ancienne, Rhône Alpes, André Pelletier, André Blanc, Pierre Broise, Jean Prieur, éditions Horvath, 1988
  • La France gallo-romaine, Pierre Gros, éditions Nathan, 1991

Actualités[modifier | modifier le code]

Le Théâtre est un haut lieu du tourisme lyonnais et accueille chaque été le festival musical des Nuits de Fourvière.

Lyon tcl logo-metro-full.svg
Ce site est desservi par la station de métro : Minimes - Théâtres Romains.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]