Textes d'exécration

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les textes d'exécration sont des textes à vocation magique qui tentent d'attirer le malheur sur les ennemis de l'Égypte ; les noms de villes et de leurs dirigeants ont été inscrits accompagnés de malédictions sur des ostraca qui sont ensuite brisés et dont les fragments sont placés près des tombes ou des sites rituels. Cette pratique est plus fréquente en période de conflit avec les voisins asiatiques de l'Égypte.

Il existe trois ensembles de textes, découverts au XIXe siècle, datant de l'époque de la XIIe dynastie. Ces textes permettent d'avoir connaissance des noms de places et de dirigeants du Proche-Orient ancien entre le XXe siècle et le XVIIIe siècle avant notre ère.

La première publication de textes d'exécration (les textes de Berlin) a été faite par Kurt Sethe en 1926 ; Georges Posener en a publié un peu plus en 1957 (les textes de Bruxelles). Le groupe dit « Mirgissa texts » est publié par Yvan Koenig en 1990.

Notes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Posener, Princes et pays d'Asie et de Nubie. Textes hiératiques sur des figurines d'envoûtement du Moyen Empire, Bruxelles, 1940

Liens externes[modifier | modifier le code]