Teuillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Teuillac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Arrondissement de Blaye
Canton Canton de Bourg
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Bourg
Maire
Mandat
Jean-Franck Blanc
2014-2020
Code postal 33710
Code commune 33530
Démographie
Population
municipale
827 hab. (2011)
Densité 116 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 36″ N 0° 32′ 48″ O / 45.0933333333, -0.54666666666745° 05′ 36″ Nord 0° 32′ 48″ Ouest / 45.0933333333, -0.546666666667  
Altitude Min. 22 m – Max. 86 m
Superficie 7,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Teuillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Teuillac

Teuillac est une commune du sud-ouest de la France, dans le département de la Gironde (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Teuillac
Berson Saint-Christoly-de-Blaye
Saint-Trojan Teuillac Saint-Vivien-de-Blaye
Mombrier Pugnac

Histoire[modifier | modifier le code]

La découverte de divers outils sur la colline de Puybarbe permet de situer les premiers occupants du territoire de la commune à la préhistoire.

Le nom de Teuillac évoque l'existence d'un site gallo-romain, la période médiévale est mieux représentée sur la commune avec l'ancienne seigneurie de Peychaud et l'église, dont les plus anciennes fondations sont romanes. Le XIXe siècle voit naître à Teuillac un homme nommé Lombart, propriétaire du château de Launay, devenu l'ami de Napoléon III. De cette brève amitié, l'église de Teuillac garde un ostensoir offert en 1866 par Napoléon III.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Jean-Franck Blanc UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 827 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
593 629 544 640 666 687 641 660 612
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
627 614 650 599 636 624 556 606 624
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
668 669 619 614 610 583 543 517 584
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
495 480 485 705 689 665 710 716 827
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre, époque romane et XVe siècle : bien que le christianisme soit attesté depuis le VIIe siècle, l’église Saint-Pierre de Teuillac, dans ses parties les plus anciennes, est du XIe ou XIIe siècle. En effet, l'abside, construite en petits moellons réguliers et voûtée en cul-de-four, est romane. Le chevet au nord a été modifié. Seule dans le mur, la trace d'un arc en plein cintre de grande dimension permet d'imaginer l'absidiole qui y était érigée. Le clocher du XVe siècle est soutenu par d'imposants contreforts et orné d'une élégante baie gothique dont le soufflet est remplacé par cœur. Un bas-côté est également créé et la façade occidentale est remaniée en empiétant sur l'ancien cimetière. On devine, sous les marches occidentales, des cuves de sarcophages en pierre. À l'époque romane, l'église devait posséder un chevet à trois absides, ainsi qu'un transept avec une nef vraisemblablement charpentée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011