Tetsurō Watsuji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tetsurō Watsuji (dans l'ordre japonais Watsuji Tetsurō 和辻 哲郎, né le , mort le ) est un philosophe et penseur japonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Himeji dans la préfecture de Hyōgo, il fait ses études au Premier lycée de Tokyo dont il sort diplômé en 1909. Il entre ensuite à l’Université impériale de Tokyo, dans le département de philosophie. Élève de Raphael von Koeber et Inoue Tetsujirō, il rédige son mémoire de fin d’études sur Schopenhauer. Il s’intéresse parallèlement à Nietzsche auquel il consacre son premier livre en 1913.

En 1915, il s’installe à Kugenuma, près de Kamakura, où se forme une petite communauté d’intellectuels et artistes, comprenant Abe Jirō, Abe Yoshishige ou encore le peintre Kishida Ryūsei.

Nommé lecteur à l’Université Tōyō en 1920, il devient professeur assistant à l’Université impériale de Kyoto en 1925. Il est promu professeur six ans plus tard. Parmi ses collègues, se trouvent les philosophes Nishida Kitarō et Tanabe Hajime. Entre 1927 et 1928, il séjourne en Allemagne où il découvre Heidegger.

Les principaux travaux de Watsuji portent sur l’éthique, la société et les arts au Japon. Il tenta d’intégrer les apports de la philosophie occidentale au sein d’une éthique japonaise moderne. En français, le seul livre de Watsuji disponible est Fūdo, le milieu humain (CNRS, 2011), traduit et commenté par Augustin Berque.

Article connexe[modifier | modifier le code]