Test neuropsychologique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un test neuropsychologique est un questionnaire, une échelle ou un paradigme permettant d'évaluer le bon fonctionnement des fonctions ou processus cognitifs comme la mémoire, le langage, la planification, l'attention, la prise de décision, etc. Ces fonctions étant sous-tendues biologiquement par une région cérébrale, ou plus généralement par un réseau de régions cérébrales, le test neuropsychologique est également utilisé pour évaluer l'intégrité de ces structures au sein du cerveau. Il permet donc indirectement l'évaluation du bon fonctionnement du cerveau Humain.

Ces tests, pratiqués essentiellement par les neuropsychologues (psychologues spécialisés en neuropsychologie), ou dans une moindre mesure par certains médecins ou orthophonistes, sont particulièrement importants pour évaluer la sévérité d'une maladie ou d'une affection neurologique et son impact sur le fonctionnement cognitif et intellectuel. Encore aujourd'hui, ils sont primordiaux pour le diagnostic de certaines maladies, comme la maladie d'Alzheimer, mais également pour juger des séquelles d'un accident vasculaire cérébral, d'un traumatisme crânien, ou, plus généralement, de toute maladie affectant le cerveau ou le fonctionnement cognitif.

Principe[modifier | modifier le code]

Le test est « une mesure objective et standardisée d'un échantillon de comportements »[1] et permet de comparer un sujet à un échantillon de sujets représentatif de sa population d'origine. Les tests sont "objectifs", donc indépendants de la plainte du sujet/patient (ou de son entourage), c'est-à-dire qu'ils évaluent directement le processus ou la fonction cognitive impliquée dans le comportement "défaillant". Les tests sont aussi "standards", c'est-à-dire qu'un même test doit être administré de la même façon par deux neuropsychologues différents, pour que la mesure puisse être reproductible et aisément comparable entre un point temporel A et un autre B. Enfin, le test doit être "validé", c'est-à-dire qu'il doit avoir été administré à un certain nombre de sujets en amont, généralement sans troubles cognitifs, ce qui permet de comparer les scores altérés (c'est-à-dire les scores de patients présentant des troubles cognitifs) à cet échantillon, qu'on appelle aussi "normes".

Exemples de tests évaluant le langage[modifier | modifier le code]

Exemples de tests évaluant les troubles praxiques ou visuo-constructifs[modifier | modifier le code]

Exemples de tests évaluant les troubles exécutifs[modifier | modifier le code]

Exemples de tests évaluant la cognition sociale[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Anastasi, A., Psychological testing: basic concepts and common misconceptions, American Psychological Association,‎ 1985, 87-120 p.