Test d'aptitude en japonais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aperçu du certificat de réussite au niveau N1

Le Test d'aptitude en japonais (日本語能力試験, Nihongo nōryoku shiken?), plus connu sous l'abréviation "JLPT" ou encore comme le Japanese Language Proficiency Test, est un examen officiel organisé chaque année en juillet et en décembre, visant à certifier le niveau en langue japonaise de locuteurs non-natifs. Il est organisé par la Fondation du Japon ainsi que par l'association Japan Educational Exchanges and Services (日本国際教育支援協会, Nihon Kokusai Kyôiku Shien Kyôkai?).

Historique[modifier | modifier le code]

Le premier examen a eu lieu en 1984 dans 15 pays différents, pour un nombre total de 7000 candidats environ[1]. Premier examen de langue japonaise organisé à cette échelle, son attractivité s'est développée pour atteindre le nombre d'environ 610.000 candidats répartis entre 62 pays en 2011[1]. Le test a connu deux évolutions importantes ces dernières années :

  • tenue d'une deuxième session en juillet à partir de 2009 (contre seulement décembre jusqu'alors)[2]
  • révision du contenu du programme "en insistant sur les compétences communicationnelles en conséquence de la diversification du profil des apprenants"[1] et ajout d'un niveau supplémentaire.

En France, le test avait lieu jusqu'en 2005 au centre culturel public japonais (Maison de la culture du Japon à Paris). Depuis, son organisation revient à l'INALCO pour les deux centres d'examen (un au sud de Paris, l'autre à l'INSA de Lyon).

Contenu[modifier | modifier le code]

Présentation générale[modifier | modifier le code]

L'examen se présente sous forme de QCM et comportant 5 niveaux de difficultés (N5 pour le plus facile à N1 pour le plus complexe). La Fondation du Japon considère que le niveau N5 correspond à un apprentissage de 200~400h, et le niveau N1 à un apprentissage de 1,800~4,500h, mais il peut y avoir des variations importantes suivant l'environnement (présence ou non au Japon) et la langue maternelle. Un niveau N3 a été intégré aux anciens niveau 4 à 1 en 2010[3].

Pour offrir un bref aperçu de sa reconnaissance, les universités et entreprises japonaises requièrent généralement le niveau N2 de ce test aux candidats étrangers, et fréquemment le niveau N1, en particulier aux personnes d'origine chinoise ou coréenne. Enfin, bien qu'il se retrouve en concurrence avec le Test pour échange académique au Japon (日本留学試験, Nihon ryûgaku shiken?), les universités japonaises exigent régulièrement le niveau N1 pour intégrer un programme de Master.

Forme[modifier | modifier le code]

Le test se décompose en trois épreuves valant chacune 60 points, entrecoupées d'une pause ou non selon les niveaux :

  • connaissances linguistiques
  • compréhension écrite (fusionnée avec l'épreuve de connaissances linguistiques pour les niveau N5 et N4)
  • compréhension orale

Il est noté sur 180 points. Le seuil de réussite variant selon les niveaux :

  • N1 : 100/180
  • N2 : 90/180
  • N3 : 95/180
  • N4 : 90/180
  • N5 : 80/180

Un score inférieur à 19/60 (ou 38/120 pour les épreuves fusionnées des niveaux N5 et N4) est éliminatoire.

Compétences linguistiques par niveau[4][modifier | modifier le code]

Niveau Résumé synthétique des compétences CECRL
N1 Capacité à lire des écrits d'une logique complexe et des écrits faisant preuve d'abstraction sur un niveau étendu de sujets, et à saisir à la fois leur structure et leur contenu. Capacité également à saisir pleinement les intentions d'un auteur sur un nombre étendu de sujets. Enfin, capacité à comprendre des conversations cohérentes, des actualités, des séminaires et des conférences. C1~C2
N2 Capacité à lire des supports écrits clairement sur un nombre étendu de sujets, tels que des articles ou des commentaires dans des journaux et magazines. Capacité également à comprendre des supports écrits sur des sujets généraux, de suivre leur trame et de comprendre l'intention de l'auteur. Enfin, capacité à comprendre des supports oraux, tels que des actualités, énoncés à une fluidité presque naturelle ainsi que dans des situations quotidiennes. B2~C1
N3 Capacité à comprendre des supports écrits avec des contenus spécifiques liés à la vie quotidienne, des titres de journaux, ainsi que des écrits relativement difficiles rencontrés dans une situation quotidienne. Enfin, capacité à comprendre des conversations cohérentes dans des situations quotidiennes, énoncées à un débit proche de la réalité des natifs, et à saisir en général la relation entre les personnes impliquées. B1~B2
N4 Capacité à lire et à comprendre des passages écrits sur des sujets familiers et quotidiens, écrits avec un vocabulaire et des kanjis de base. Enfin, capacité à comprendre des conversations rencontrées dans une situation quotidienne et d'en suivre de manière générale leur contenu tant qu'énoncées à une vitesse lente. A2~B1
N5 Capacité à comprendre des expressions et des phrases courantes écrites en alphabets phonétiques hiragana et katakana ainsi qu'en kanjis basiques. Enfin, capacité à comprendre des conversations sur des sujets rencontrés dans la vie quotidienne, en classe, et de saisir les informations nécessaires de conversations courtes énoncées lentement. A1~A2

Taux de réussite (2005)[modifier | modifier le code]

Les tableaux suivants indiquent le pourcentage de réussite pour l'année 2005[5] :

Au Japon
Niveau Candidats Reçus  % de réussite
1 32 605 12 999 39,9 %
2 17 496 7 432 42,5 %
3 8 652 5 495 63,5 %
4 2 704 1 984 73,4 %
A l'étranger
Niveau Candidats Reçus  % de réussite
1 80 620 23 888 29,6 %
2 93 864 28 498 30,4 %
3 73 976 35 187 47,6 %
4 46 327 23 833 51,4 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (ja) "主催者あいさつ", Site officiel du JLPT [1]
  2. « http://www.jees.or.jp/jlpt/pdf/20080525_jlpt_kaitei_report_pre01_0718.pdf » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-06 第2回 日本語能力試験改定 中間報告. Juin 2008
  3. (en) "Comparison with Old Tests", Site internet officiel du JLPT [2]
  4. (en) "Summary of Linguistic Competence Required for Each Level" [3]
  5. JEES Lv 1&2, 2005, page 124

Liens externes[modifier | modifier le code]

Annales[modifier | modifier le code]