Terrier japonais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Terrier japonais
{{#if:
Terrier japonais
Terrier japonais

Espèce Chien (Canis lupus familiaris)
Région d’origine
Région Drapeau du Japon Japon
Caractéristiques
Silhouette Chien de terrier de petite taille, d'aspect élégant.
Taille 30 à 33 cm.
Poil Ras, lisse et droit.
Robe Blanche avec la tête noire et feu, taches de couleur noir ou fauve sur le corps.
Tête Crâne plat, stop peu marqué, chanfrein droit.
Yeux De taille moyenne, de forme ovale, de couleur foncée.
Oreilles Attachées haut, assez petites, en forme de V, tombant vers l'avant.
Queue Modérément fine, coupée entre la troisième et la quatrième vertèbre.
Caractère Vif.
Autre
Utilisation Chien de compagnie.
Nomenclature FCI
  • groupe 3
    • section 2
      • no 259

Le terrier japonais (日本テリア (Nihon teria?)[1]) est une race de chiens originaire du Japon. La race s'est créée à partir de croisements entre des terriers européens apportés au XVIIe siècle au Japon tel le fox-terrier à poil lisse et des chiens autochtones. Il est alors utilisé comme un « chien de dames ». La sélection commence au début du XXe siècle mais la race reste cependant très rare, même au Japon.

Le terrier japonais est un chien de terrier de petite taille d'allure élégante et bien dessinée. Le corps s'inscrit dans un carré. La queue est coupée entre la troisième et la quatrième vertèbre. Le chanfrein est droit et se termine par une truffe noire. Les oreilles assez petites sont en forme de « V ». Le poil est ras, à dominance blanche avec la tête noire et feu et éventuellement des taches noires ou fauves sur le corps.

Vive et enjouée comme un terrier, la race est un chien de compagnie depuis le commencement de la sélection.

Historique[modifier | modifier le code]

Le terrier japonais est issu de croisements entre des fox-terriers à poil lisse importés à Nagasaki depuis les Pays-Bas durant le XVIIe siècle[2], des terriers d'agrément anglais noir et feu et l'english white terrier, une race disparue[3], et des chiens d'arrêt et des chiens de petite taille autochtones. Le terrier japonais est alors apprécié comme « chien de dames », notamment dans les villes portuaires comme Kobe ou Yokohama. La sélection commence qu'à partir des années 1920, ce qui permit de fixer le type une dizaine d'années plus tard[2].

Avec aucune inscription au livre des origines français (LOF) en 2012, la race est très peu représentée en France[4]. En 2013, seuls 63 inscriptions sont comptabilisées par le Kennel Club japonais, ce qui en fait la 72e race en termes de popularité dans son pays d'origine[5].

Standard[modifier | modifier le code]

Portrait d'un terrier japonais.

Le terrier japonais est un chien de terrier de petite taille d'allure élégante et compacte. Le corps s'inscrit dans un carré. La queue est modérément fine : elle est coupée entre la troisième et la quatrième vertèbre[6].

La tête présente un crâne plat et modérément étroit, avec stop très peu marqué. Le chanfrein et le crâne sont de même longueur. Le chanfrein droit se termine par une truffe noire. De taille moyenne, les yeux sont de forme ovale et de couleur foncée. Attachées haut, les oreilles assez petites sont en forme de V et tombent vers l'avant[6].

Le poil est ras : il ne mesure qu'environ deux millimètres de longueur. Il est lisse, dense et brillant. La robe est à dominance blanche avec la tête noire et feu et éventuellement des taches noires ou fauves sur le corps[6].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Caractère[modifier | modifier le code]

Le standard FCI décrit la race comme vif et enjoué[6]. Le terrier japonais est moins agressif que les autres terriers et il est décrit comme docile, intelligent et facile à éduquer[3].

Utilité[modifier | modifier le code]

Le terrier japonais est un chien de compagnie depuis le commencement de la sélection de la race[3].

Santé[modifier | modifier le code]

Le club français d'élevage de la race recommande de tester les terriers japonais pour la dysplasie de la hanche, une malformation très douloureuse et héréditaire[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ja) « 日本テリア - JAPANESE TERRIER », Kennel Club japonais (consulté le 16 mars 2014)
  2. a et b « Terrier japonais », sur http://www.scc.asso.fr, Société centrale canine (consulté le 16 mars 2014)
  3. a, b et c Isabelle Collin, Marie-Paule Daniels-Moulin, Florence Desachy, Claire Dupuis, Giovanni Falsina et Valetta Rossi, L'encyclopédie mondiale des chiens, De Vecchi,‎ 2008 (ISBN 978-2-7328-9223-8), « Irish Terrier à poil doux »
  4. Livre des origines français, « Statistiques d’inscription au L.O.F. pour l’année 2012 », Société centrale canine,‎ 2012 (consulté le 16 mars 2014)
  5. (ja) « 2013年(1月~12月) », Kennel Club japonais (consulté le 16 mars 2014)
  6. a, b, c et d « Standard n°259 de la FCI », Fédération cynologique internationale,‎ 5 juin 1995 (consulté le 16 mars 2014)
  7. « Rubrique Santé », Club Français de l’Airedale terrier et de Divers Terriers (consulté le 16 mars 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]