Terrier de Boston

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Terrier de Boston
{{#if:
Image illustrative de l'article Terrier de Boston

Espèce Chien (Canis lupus familiaris)
Caractéristiques
Silhouette poids maxi:25 poids mini:5 poids moyen:10
Taille (non précisé par le standard) environ 40 cm
Robe poil court et lisse
Nomenclature FCI
  • groupe 9
    • section 11
      • no 140

Le terrier de Boston (anglais : Boston Terrier, c'est également le nom le plus usité en France) est un chien molossoïde de petit format, originaire des États-Unis.

Histoire[modifier | modifier le code]

La race est surnommée « American gentleman » (« Gentilhomme américain ») en raison de ses origines purement américaines et de son caractère agréable.

Vers 1870, un certain William O'Brien, de Boston, vendit un chien importé appelé « Judge » à un nommé Robert C. Hooper, lui aussi bostonien. Ce chien, connu sous le nom de « Hooper's Judge », fut accouplé à une chienne de type Bull et de couleur blanche appartenant à Edward Burnett, et nommée « Gyp » (ou « Kate »). Ce croisement produisit, en particulier, un individu surnommé « Well's Elph », qui fut avec « Hooper's Judge » l'ancêtre de pratiquement tous les terriers de Boston modernes.

Les descendants des premiers spécimens furent sans doute croisés avec le bouledogue français, ce qui fit diminuer le gabarit de la race, dont le poids initial pouvait atteindre une vingtaine de kilos.

En 1889, une trentaine d'amateurs des environs de Boston organisèrent l'American Bull Terrier Club. Ils y exposaient des chiens connus sous le nom de « Round Heads » (têtes rondes), « Boston Bulls » ou, parfois, « Boston Bull Terriers ». L'usage du terme « Bull » et les confusions qu'il pouvait entraîner finirent par irriter les amateurs de bouledogues et de Bull Terriers, tandis que les instances officielles, qui doutaient de la stabilité de cette nouvelle race, hésitaient encore à la reconnaître officiellement. Les amateurs ne s'en formalisèrent pas et, en 1891, créèrent malgré tout le Boston Terrier Club of America. L'American Kennel Club (AKC) reconnût finalement la race en 1893. Ce fut de fait la première race autochtone reconnue par l'AKC.

À un certain point dans les années 1920, le terrier de Boston était tellement populaire aux États-Unis qu'il représentait de 20 à 30 % des chiens présentés en concours.

L'introduction du terrier de Boston en France remonte à 1927.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Poil et couleur[modifier | modifier le code]

Le poil est court, lisse, brillant et fin. La robe doit être bringée de couleur « phoque » (noir avec un reflet roux) ou noire panachée de blanc, au minimum sous la forme d'une bande autour du museau, d'une liste entre les yeux et d'un poitrail blancs.

Soins[modifier | modifier le code]

Il ne nécessite aucun toilettage spécifique. Pour participer aux concours canins, les chiens de cette race doivent, de préférence, avoir le museau blanc, une raie blanche sur le dessus de la tête, sur le cou et le poitrail, sur les pattes antérieures et au-dessous des coudes.

Le terrier de Boston réclame peu de soins. Un étrillage avec un gant doux de temps en temps, l'entretien des oreilles et des griffes ainsi que des replis faciaux avec une lotion spéciale, lui suffiront.

Caractère[modifier | modifier le code]

Intelligent et affectueux, il est joueur et remuant à l'occasion, et possède le sens de l'humour. Sûr de lui, il fait un bon chien de garde qui aboie peu. Il est facile à exciter mais aussi à calmer. Il est très fidèle et très prudent avec les enfants. Il est frileux et très collant les journées d'hiver.

Dressage[modifier | modifier le code]

Le Boston terrier est facile à dresser car il aime apprendre ; son esprit vif lui permet de comprendre vite. Il est très sensible à l'intonation de la voix. Les chiots peuvent être longs à éduquer à la propreté.

Comportement social[modifier | modifier le code]

Il est doux et s'entend généralement très bien avec ses semblables, les autres animaux et les enfants.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Esther J. J. Verhoef-Verhallen (texte et photographies), Les chiens, Gründ, 1997 (Adaptation française de Bruno Porlier)

Liens externes[modifier | modifier le code]