Terre de Sienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Échantillon de Terre de Sienne naturelle

La terre de Sienne est un pigment minéral naturel, de teinte ocre brune rougeâtre et utilisé en peinture.

Il provenait à l'origine de la région de la ville italienne éponyme, Sienne, mais on en trouve également en France dans les Ardennes, à Chypre, en Allemagne, en Angleterre, au Mexique, dans le sud de la Chine, etc.

Composition[modifier | modifier le code]

Ce pigment est composé d'oxyde de fer(III) Fe2O3 (de 40 à 50 %) et d'oxyde de manganèse (1,5 %) ainsi que d'argile.

Pigment Terre de Sienne brûlée

Il existe deux versions du pigment « terre de Sienne » :

  • naturelle
  • brûlée (terre naturelle calcinée), contenant 45 à 70 % d'oxyde de fer rouge et beaucoup plus d'oxyde de manganèse que la Sienne naturelle. Plus rouge et opaque, sa teinte varie selon le degré de calcination.

Le pigment naturel (PBr7), difficile à se procurer, est aujourd'hui remplacé par des oxydes de fer synthétiques (PY42 et PR101), moins subtils.

Emploi en peinture[modifier | modifier le code]

La terre de Sienne est utilisée dans toutes les techniques picturales :

  • pour la peinture à l'huile et a tempera : elle fait partie des couleurs de base. Elle est prisée par les peintres pour sa transparence et sa solidité. Elle fut employée par exemple par Rembrandt. Très absorbant, le pigment demande cependant une importante quantité d'huile de broyage au détriment de son pouvoir couvrant et de sa siccativité, en particulier pour la Sienne naturelle, ce qui amène à ajouter un agent siccatif à l'huile. L'artiste peut aussi la mélanger avec un médium ;
  • pour la réalisation de fresques, à l'intérieur ou à l'extérieur ;
  • en usage décoratif, comme patine pour altérer une couleur, la vieillir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 3, Puteaux, EREC,‎ 2005, p. 401

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]