Terre de Feu, Antarctique et Îles de l'Atlantique Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Terre de Feu (homonymie).
Terre de Feu, Antarctique et Îles de l'Atlantique Sud
Provincia de Tierra del Fuego, Antártida e Islas del Atlántico Sur
Blason de Terre de Feu, Antarctique et Îles de l'Atlantique Sud
Héraldique
Drapeau de Terre de Feu, Antarctique et Îles de l'Atlantique Sud
Drapeau
Localisation de la terre de Feu, Antarctique et Îles de l'Atlantique Sud
Localisation de la terre de Feu, Antarctique et Îles de l'Atlantique Sud
Administration
Pays Drapeau de l’Argentine Argentine
Capitale Ushuaïa
Gouverneur Fabiana Ríos
ISO 3166-2 AR-V
Démographie
Gentilé Fueguino/a
Population 127 205 hab. (2010)
Densité 6 hab./km2
Géographie
Superficie 21 263 km2
Liens
Site web tierradelfuego.gov.ar

La province de Terre de Feu, Antarctique et Îles de l’Atlantique Sud (en espagnol : Provincia de Tierra del Fuego, Antártida e Islas del Atlántico Sur) est une région administrative de l'Argentine située sur la Grande Île de Terre de Feu en Patagonie argentine. Le détroit de Magellan sépare la province du continent sud-américain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En plus de la partie argentine de la Grande Île de Terre de Feu, la province est aussi celle des revendications territoriales sur un secteur de l’Antarctique (dont l'essentiel est aussi revendiqué à la fois par le Chili et le Royaume-Uni dont les deux secteurs se recouvrent largement, le reste étant revendiqué par l’un des deux), ainsi que sur les îles Malouines, la Géorgie du Sud-et-les Îles Sandwich du Sud, deux territoires administrés par le Royaume-Uni. Le nom « Terre de Feu » (en espagnol : Tierra del Fuego) est davantage privilégié dans l’usage.

Histoire[modifier | modifier le code]

La province était habitée depuis près de 10 000 ans, par différents groupes d’aborigènes : les Selknams (ou Shelknams) ou Onas, les Yagans ou Yámanas, les Alakalufs ou Kaweskars et les Haushs ou Mánekenks. Parmi eux, les Selknams et les Mánekenks faisaient partie du groupe complexe des Tehuelches. La souveraineté argentine sur la moitié orientale de la grande île fut établie progressivement tout au long du XIXe siècle. À partir de 1880, l'île fut le théâtre d'un des faits les plus atroces de l'histoire argentine. Des milliers d'indigènes amérindiens furent massacrés par des bandes de tueurs à la solde d'immigrants anglais et croates, propriétaires d'estancias. Cinq livres sterling étaient payés pour chaque indien mort, qu'il soit homme, femme ou enfant[1],[2].

Un aventurier richissime d'origine roumaine, Julius Popper, qui avait établi sa propre loi sur l'île et formé ses propres bandes de tueurs, se vantait alors d'être un « chasseur d'Onas » et exhiba ses propres photos à ce propos[3]. Bien que les pères salésiens aient dénoncé ces horreurs et que leurs rapports soient arrivés au Congrès National à Buenos Aires, rien ne fut fait pour les empêcher, ni pour punir les coupables. Il est vrai qu'à l'époque le président argentin n'était autre que l'ex-général Julio Argentino Roca, celui-là même qui avait conçu et mené la campagne génocidaire anti-indienne dite « Conquête du Désert » en Patagonie. La purification ethnique se poursuivit jusque dans les années 1920.

Administration[modifier | modifier le code]

Vue d'Ushuaïa au pied des Andes fuégiennes.

Ushuaïa est la capitale de la province. La province est divisée en quatre départements, dont deux seulement sont sous la souveraineté réelle de l'Argentine.

Départements[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Lors du recensement argentin de 1980, la région comptait un total de 27 358 habitants[6]. En 1991, la région compte 69 369 habitants, soit 67 303 habitants en milieu urbain et 2 066 en milieu rural[7]. En 2004, la région recense 123 838 habitants[8]. En 2012, elle compte un total de 127 205 habitants[9].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le glacier Romanche donnant sur le canal Beagle.

Le secteur fuégien de la province est formé par la partie orientale de la Grande Île de Terre de Feu (Isla Grande de Tierra del Fuego) et l'île des États. La Terre de Feu est séparée du continent par le détroit de Magellan qui fait communiquer les deux océans et qui avant la construction du canal de Panama, était, avec le passage de Drake les seuls passages entre l'Atlantique et le Pacifique. Bien des navigateurs, à l'époque des grandes découvertes, ont essayé de les franchir, affrontant leurs eaux furieuses, mais peu réussirent sans dommage. Dans cet archipel, découvert par Magellan en 1520, se trouve la ville la plus méridionale du monde, Ushuaïa, sur la rive nord du canal de Beagle.

Ses côtes sont baignées par la mer d'Argentine, partie de l'océan Atlantique sud. Dans le nord de la grande île, il y a de douces collines morainiques qui sont un témoignage de la glaciation quaternaire. Les côtes y sont basses et sableuses, mais elles s'élèvent de plus en plus vers le sud. La partie sud de l'île est parcourue d'ouest en est par la section fuégienne de la cordillère des Andes. Le mont Cornú en est le sommet avec ses 1 490 m.

La région souveraine couvre une superficie de 21 571 km²[10]. La région, y compris les territoires contestés et revendiqués, couvre une superficie totale 1 002 352 km ², comprenant l'Antarctique argentine et les îles en Atlantique Sud.

Ressources hydriques[modifier | modifier le code]

Les cordons montagneux sont séparés par des vallées et des lacs glaciaires, comme le lac Fagnano (ou Lac Kami), le lac Chepelmut, le lac Yehuin, le lac Escondido et le lac Roca. Ces lacs créent de superbes paysages entourés par des bois et des cordillères toujours enneigées. Il y a aussi de denses tourbières entourées de bois tout aussi denses. Les castors ont construit des digues formant un grand nombre de petites lagunes.

Milieu naturel et flore[modifier | modifier le code]

Dans la Grande Île de Terre de Feu on trouve deux types de biomes très imbriqués: les espaces planes du nord sont fort semblables aux régions de steppe de la Patagonie Orientale Extraandine et aux paysages des îles Malouines. Ce sont: des steppes de graminées dures et des tussacs ou fachinals. Là, le climat froid et des vents importants ont entrainé l'absence d'arbres, le développement de petits arbustes et de larges étendues herbacées.

Par contre, la région de type andin et préandin de l'archipel fuégien (les îles de l'An Nouveau incluses et parmi elles l'île des Etats) sont extrêmement humides et on y trouve le biome de forêts denses antiboréales dans lesquelles prédominent le lenga (Nothofagus pumilio), le ñire (Nothofagus antarctica), le coihue (Nothofagus dombeyi), le canelo (Drimys winteri), et le leña dura, ou des espèces allochtones comme les sapins et les érables (pendant l'automne et une bonne partie de l'été la zone boisée de la Terre de Feu se couvre d'un feuillage dans lequel prédominent les teintes rouges et orangées). Sous les arbres, un dense sous-bois prospère, fait de calafates (Berberis buxifolia), de michay (Berberis darwini), de notro (ou Embothrium coccineum), de chaura, de bruyère arborescente (Erica arborea ou localement « brezo »), de mousses etc. Au sol il y a des setas ou des champignons comme le comestible appelé « pan de indio » (Cyttaria), des lichens comme la « barba de viejo ».

Dans la région andine de l'archipel fuégien (ou Austrandie), le climat froid favorise en outre le développement de toundras et de glaciers qui descendent jusqu'à la côte du canal de Beagle et de courtes rivières (Grande, Moneta, Ona, Lasifashaj, Pipo, etc.) mais aux débits élevés.

Faune[modifier | modifier le code]

Gaviote, ou Goéland en Patagonie.

Il existe dans l'île et sur ses côtes des habitats adaptés pour de multiples espèces variées d'animaux. Parmi ceux-ci : les guanacos (dans les steppes du nord de l'île), des chiens culpeo, des condors, et parfois des pumas, des huillíns ou loutre de mer, diverses espèces de manchots, albatros, cormorans, lions marins (appelés en Argentine lobo marino, littéralement « loup de mer »), cétacés, goélands (ou gaviotes en langage commun local), pétrels, colombes antarctiques. Il existe aussi des animaux allochtones très adaptés : castors, rennes en Géorgie du Sud et dans l'archipel fuégien.

Économie[modifier | modifier le code]

Élevage[modifier | modifier le code]

L'élevage est à la base de l'économie de la province. Le bétail constitue la principale richesse de la Terre de Feu, ce qui est notamment vrai pour les ovins. La population y élève des races productrices de laine, comme le Mérinos, et à double vocation (viande et laine) comme la Corriedale et le Romney Marsh. Les têtes de bétail existantes peuvent-être estimées à environ 800 000, avec une nette prédominance de la Corriedale. Les animaux bénéficient d'une liberté sans limite au cœur des plaines du Nord-Est de la province, ce qui explique sans doute l'excellente qualité de leur viande. Hormis l'agneau, la viande n'est cependant pas la spécialité de la province, comme elle peut l'être dans d'autres régions de l'Argentine.

Pêche[modifier | modifier le code]

Les espèces de fruit de mer et de poisson particulièrement pêchées en Terre de Feu sont respectivement la centolla (une variété locale de crabe), et la sardine fueguina.

Exploitation forestière[modifier | modifier le code]

L'activité n'est significative que dans le secteur Sud de la province Fueguina, particulièrement boisé, notamment autour de Tolhuin.

Industrie et tourisme[modifier | modifier le code]

Une loi de promotion industrielle votée en 1972 a accordé des bénéfices spéciaux aux résidents et à tous les industriels qui désirent s'établir dans la province : réduction d'impôts douaniers, exonération d'impôts nationaux et réduction sur les vols aériens. Avec ces bénéfices, près de 110 industries se sont installées et ont généré une grande quantité d'emplois ainsi qu'une augmentation remarquable de la population. La présence d'agences de tourisme est également importante tant à Río Grande qu'à Ushuaïa, gérant l'accueil de visiteurs du monde entier.

Ressources minières[modifier | modifier le code]

Le pétrole et le gaz constituent une partie non négligeable des revenus financiers de la Terre de Feu. Les travaux d'exploration effectués par les grandes compagnies pétrolières présentent telles que Repsol-YPF et Total assurent l'existence de 12,4 millions de m3 de réserves prouvées de pétrole, à la fois onshore et offshore. À travers le gazoduc General San Martin (GGSM), qui traverse le détroit de Magellan, plusieurs millions de m³ de gaz naturel sont transportés par jour vers les centres de consommation argentins. En 2000, dans le Nord de la Terre du Feu, le Consortium Cuenca Marina Austral I a officiellement inauguré une usine d'extraction de gaz de pétrole liquéfié (GPL) à Cañadón Alfa.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]