Terre d'Israël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Shalom2.svg Cette page contient des caractères hébreux. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Israël (homonymie).
Early-Historical-Israel-Dan-Beersheba-Judea-Corrected.png
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite d'Eretz Israel (la Terre d'Israël), telle qu'elle est rapportée par le peuple juif au cours de son histoire jusqu'à l'avènement d'Israël ainsi que dans la tradition chrétienne. Le sujet d'Eretz Israel, en référence aux territoires revendiqués par certains mouvements nationalistes israéliens après la guerre de 1967, est traité dans l'article Grand Israël. Pour l'article Eretz Israel en tant que région géographique voir Palestine
Eretz Israel Carte illustrant la Haggada d’Amsterdam (1695).

La Terre d’Israël (hébreu : ארץ ישראל (Eretz Israel)) est une étendue géographique comprenant les anciens royaumes d’Israël et de Juda, berceau du peuple juif.

C’est dans la Bible :

  • un terme religieux, car renvoyant à une promesse divine ; il est utilisé pour la première fois dans Samuel 1 13:19.
  • un terme géographique. La définition géographique donnée par la Bible est d’ailleurs floue : dans certains textes bibliques, on parle de la Terre promise comme allant du « fleuve d’Égypte jusqu’au grand fleuve, au fleuve d’Euphrate » (de l’Égypte à l’actuel Irak)[1], d’autres se limitent à une zone comprise entre la mer et le fleuve Jourdain, correspondant peu ou prou à la région appelée Palestine ;
  • un terme politique : c’est la terre donnée aux Juifs pour s’y installer, puis à partir du roi Saül pour s’y construire un État.

Ce terme a été utilisé tant par les Juifs que les chrétiens au cours de l’histoire (pour l’étymologie de ce nom, voir Israël). Cette Eretz Israel est également appelée Terre promise par les Juifs qui rappellent ainsi la promesse qu’aurait faite Dieu à Abraham, Isaac et Jacob de donner ce pays en héritage à leur descendance. Le nom de Terre sainte est utilisé par les Chrétiens en référence à la vie de Jésus.

À la suite de plusieurs exils, la nation juive est dispersée à travers le monde antique et plus tard à travers le monde. Un lien spirituel fort invoqué dans la Déclaration d’indépendance de l’État d’Israël, la rattache néanmoins à cette terre, en particulier dans les milieux religieux.

La terre d’Israël dans les sources juives[modifier | modifier le code]

Dans la bible hébraïque[modifier | modifier le code]

La Bible mêle au long de ses 24 Livres injonctions et récits relatifs à la terre d’Israël, ainsi que de multiples définitions territoriales d’Eretz Israël. La première, accompagne la promesse de dieu faite à Abraham, dans la Genèse : « C’est à ta descendance que je donne ce pays, du fleuve d’Egypte au grand fleuve, le fleuve Euphrate »[2]. Ailleurs, la bible est moins précise : « J’établirai ton territoire de la mer des Joncs à la mer des Philistins, et du désert au fleuve »[3]. Les contours de la Terre promise sont donc partagés entre une version maximale[4] et une version minimale[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Genèse 15-18.
  2. Genèse 15:18-21
  3. Nombres 23:20-33
  4. Genèse 15:18-21, Nombres 23:20-33, Deutéronome 1:7 11:24
  5. Nombres 34:1-12, Ezéchiel 47:13-20

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]