Terre-neuvas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Terre-neuva)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les navires utilisés par les terre-neuvas et quelquefois aussi appelé terre-neuvas, voir Terre-neuvier.
La pêche de la morue à Terre-Neuve en 1858

Les terre-neuvas sont les pêcheurs qui, du XVIe siècle au XXe siècle, partaient chaque année des côtes européennes pour pêcher la morue sur les grands bancs de Terre-Neuve, au large du Canada. Ces pêcheurs étaient majoritairement français mais également basques espagnols, portugais et anglais. Cette pêche a pris fin à cause de la raréfaction du poisson à la fin du XXe siècle due à la surpêche.

Par extension, le nom de terre-neuvas est aussi donné aux pêcheurs qui ont pratiqué une pêche similaire sur les bancs d'Islande (en Bretagne, ces derniers sont appelés « islandais »).

Cette pêche représenta une activité économique importante pour les populations du littoral français. Saint-Malo et Fécamp devinrent d'importants ports de terre-Neuvas. Lancée dès le milieu du XVIe siècle[1], elle connut son apogée entre 1820 et 1840, avec plus de 10 000 pêcheurs français partant chaque année sur les bancs de Terre-Neuve et le long de la côte française de Terre-Neuve, ce chiffre descendant à 10 000 à la fin du XIXe siècle[pas clair][2]. La pêche intensive avec des moyens modernes conduisit à une quasi-disparition de la ressource en morue et à une interdiction de pêche par les autorités canadiennes.

Cette pêche entraina la colonisation et le développement de l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon, situé à proximité immédiate des bancs, dont le port de Saint-Pierre servait de port de relâche et d'approvisionnement aux navires de pêche.

Type de pêche[modifier | modifier le code]

Vaisseau de pêche sur la côte française de Terre-Neuve en 1820.

On distinguait deux types de pêche à la morue Terre-Neuve :

  • La pêche à la morue verte dite aussi « pêche errante »[2] : elle se pratiquait au large sur les bancs. Les navires partaient pour une saison de pêche de 6 à 7 mois avec des équipages de 20 à 30 hommes. La technique de pêche évolua au fil du temps. Au début, les pécheurs tiraient des lignes le long du pont du navire, puis au début du XVIIIe siècle, ils tendirent des lignes à partir de chaloupes, remplacées vers 1873 par des doris, bateaux à fond plat plus manœuvrables et plus facilement empilables sur le pont. Une fois le bateau arrivé sur les bancs, les doris étaient mis à la mer avec deux hommes d'équipage et pêchaient toute la journée à la ligne dérivante ; les hameçons étaient la plupart du temps amorcés avec des bulots, qui étaient pêchés et décoquillés à l'arrivée sur les bancs. Une fois le produit de la pêche remonté à bord du terre-neuvier, le traitement de la morue était organisé et rapide, chaque tâche étant répartie : les « piqueurs » vidaient, « les décolleurs » lui coupaient la tête et les tripes, et les « trancheurs » fendaient la morue en deux et lui enlevaient l'arête dorsale. Le poisson était ensuite envoyés en cale où les « saleurs » le salaient et l'empilaient. Le métier de terre-neuvas était un métier très éprouvant pour les hommes, travaillant à découvert sur le pont dans des conditions météo très difficiles, dans le froid et l'humidité. La mortalité et les pertes de navires étaient importantes en raison d'accidents à bord, des pertes de doris dans la brume, de tempêtes ou de rencontres avec des icebergs... Après la guerre, la pêche évolua vers la pêche au chalut avec le remplacement des voiliers par des chalutiers à moteur. Le dernier voilier terre-neuvier, le René Guillon, s'arrêta en 1951. La fin des années 1960 vit l'arrivée des bateaux-usines avec une mécanisation de la préparation du poisson en cale.
La pêche de la morue à Terre-Neuve en 1858 : habitations et ateliers
  • La pêche à la morue sèche[2]. Elle se pratiquait le long des côtes de Terre-Neuve à l'abri des vents et des courants. Les navires partaient d'Europe avec une centaine d'hommes, et mouillaient dans un havre de la côte de Terre-Neuve. Les marins construisaient à terre des installations sommaires pour stocker et préparer le poisson mais également y vivre. Ils partaient ensuite à la pêche en chaloupe et au filet, le poisson ramené a terre chaque soir était préparé, salé et laissé sécher à l'air sur les grèves d'où son nom. Séché ainsi, le poisson pouvait se conserver beaucoup plus longtemps et donc une fois de retour en France, être exporté, principalement vers le bassin méditerranéen. Cette pêche était également moins éprouvante pour les hommes qui vivaient à terre entre les journées de pêche. Les Français, principalement les Bretons, occupaient la côte nord-est de Terre-Neuve, la côte française de Terre-Neuve les Basques, les Anglais et les Portugais se partageant le reste du littoral. Les droits de pêche français sur la côte de Terre-Neuve cessèrent en 1904.
Equipage de Terre-Neuvas: le "Marcella", en 1938, à Saint-Pierre-et-Miquelon

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'association Mémoire et Patrimoine des Terre-Neuvas possède un rôle d'équipage datant de 1554 de Plouer-sur-Rance pour la pêche à Terre-Neuve.
  2. a, b et c "L'épopée des Terre-Neuvas", Le Pays Malouin, 28 août 2009.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]