Terra Botanica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Terra Botanica
Angers - Logo Terra Botanica.png
Ouverture samedi 10 avril 2010
Superficie 27 ha (dont 11 ha visitable)
Pays Drapeau de la France France
Département Maine-et-Loire
Commune Angers
Propriétaire Conseil général de Maine-et-Loire
Type de parc parc à thèmes
Site Web www.terrabotanica.fr
Coordonnées
géographiques
47° 30′ 04″ N 0° 34′ 12″ O / 47.501111, -0.5747° 30′ 04″ Nord 0° 34′ 12″ Ouest / 47.501111, -0.57

  Géolocalisation sur la carte : Angers

(Voir situation sur carte : Angers)
Terra Botanica

  Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Terra Botanica

Terra Botanica est un parc à thème situé à Angers, dans le quartier des Hauts de Saint-Aubin, en Maine-et-Loire. Il est orienté vers l'univers du végétal et de sa biodiversité.

Ouvert en avril 2010, propriété du Conseil général du Maine-et-Loire, il a pour objectif de devenir la locomotive touristique du département[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le projet de Parc du végétal est évoqué pour la première fois en 1998[2]. Le Conseil général de Maine-et-Loire souhaite alors se doter d'une locomotive touristique. En février 2000, le site de l'ancien aérodrome d'Angers-Avrillé est retenu pour accueillir le parc, alors que la Vallée de l'Authion (Ponts-de-Cé) et les Ardoisières de Trélazé étaient également sur les rangs. Le projet est confié à la société Sferg-Coteba[2]. Elle rend sa copie en juillet 2000 et propose de créer un parc d'attractions : La Rivière enchantée, le grand splash ou le roller coaster sont là pour le rappeler. L'ouverture est alors envisagée en avril 2004 pour un prix d'entrée de 100 francs[2].

Un nouveau projet voit le jour en 2004, sous la houlette de Jean-Pierre Chavassieux, conseiller général, et de Christophe Béchu, fraîchement élu président du Conseil général[3]. Désormais, l'ambition du parc est de présenter une vision planétaire et universelle du végétal en prenant en compte la notion de développement durable[3]. Le parc ludique et pédagogique a remplacé le parc d'attractions. En décembre 2004, la création d'un parc du végétal est officiellement décidée. Thierry Huau, paysagiste et urbaniste, est chargé de mettre en scène le parc, en lien avec l'architecte Jean Kalt[3].

Le 22 février 2006, à l'occasion du 21e salon du végétal, Christophe Béchu, président du Conseil général, dévoile le nom officiel du parc : Terra Botanica. Cette dénomination a été choisie pour son invitation à la découverte et une évocation des sciences. C'est aussi un nom compréhensible à l'international[3].

Le chantiers commencent en février 2008. Quatre mois après le démarrage du chantier, les travaux de voiries et de construction des bâtiments et serres débutent[4]. En décembre 2008, les premiers végétaux sont plantés sur le site tandis que les attractions prennent forme[4]. Le 16 décembre 2008, Charles Berling et Stéphane Freiss entrent en studio pour tourner le film Les Grandes explorations[4].

Terra botanica : végétation en juin sur fond de brume artificielle

Le parc est inauguré le 3 avril 2010 par le maire de la ville d'Angers et président d'Angers Loire Métropole Jean-Claude Antonini, le maire d'Avrillé Marc Laffineur, du président du conseil général de Maine et Loire Christophe Béchu, et du président du conseil régional des Pays de la Loire Jacques Auxiette[5]. Il ouvre officiellement au public le 10 avril 2010. Au total, la création du parc a couté 83 millions d'euros[6].

La SAEML "Terra Botanica" assure le gestion du Parc. Son actionnariat est répartie entre Collectivités territoriales : les communes d'Angers et d'Avrillé, la communauté d'agglomération d'Angers Loire Métropole, le Conseil général du Maine-et-Loire et Angers Loire Tourisme, Angers Expo Congrès, Végépolys, le Club Destination Anjou, le Comité d'expansion économique du Maine-et-Loire, le Comité départemental du tourisme, la Caisse des Dépots et Consignations, la Caisse d'Épargne, la Chambre de commerce et d'industrie d'Angers, le Crédit agricole et le Bureau horticole régional.

En octobre 2013, la ville d'Angers et l'agglomération par la voie de Joël Bigot (PS) demande un audit financier sur le parc. Selon ses dires, celui-ci perd de l'argent. Son directeur l'affirme rentable[7] et précise « le compte d'exploitation 2013 sera équilibré ». Cette polémique pourrait trouver sa source dans la course à la mairie d'Angers. Terra Botanica est un projet du président du Conseil général Christophe Béchu (UMP), candidat déclaré à la mairie d'Angers[8]. Cependant, mi-décembre 2013, le président du parc accepte de conduire un audit financier suite à une saison 2013 décevante, avec -8% de fréquentation, amenant Terra Botanica « loin de son point d’équilibre » financier[9]. Pour l'année 2013, le parc à accueilli 230.000 visiteurs, dont 170.000 entrées payantes[10].

Début septembre 2014, Ouest-France révèle une fréquentation 2014 autour de 130.000 entrées payantes, loin du point d'équilibre à 230.000. Ces chiffres sont jugés catastrophiques par le quotidien[11]. Christian Gillet, président du Conseil Général de Maine-et-Loire, parle d'une « crise de croissance », et annonce une dotation exceptionnelle d'1,5 millions d'euros[12], somme qui couvre le déficit du parc [13]. Le parc frôle alors le dépôt de bilan, 4 ans après son lancement. Le Conseil Général se sépare du directeur du parc en septembre 2012 [http://www.angersmag.info/Nicolas-Moulin-quitte-Terra-Botanica-pour-l-ile-Maurice_a5679.html] et se donne trois ans pour redresser les finances et la fréquentation[14].

Localisation[modifier | modifier le code]

Le parc est situé dans le département de Maine-et-Loire à l'emplacement du golf des Capucins et sur une partie de l'ancien aérodrome d'Angers-Avrillé. Il fait partie du projet d'urbanisme des Hauts de Saint-Aubin au nord d'Angers. Terra Botanica domine les Basses vallées angevines, un site classé Natura 2000 pour sa faune et sa flore.

Par voies routières, Terra Botanica est à 2h30 de Paris, 1h00 de Nantes, 1h40 de Rennes, 1h00 du Mans et 1h20 de Tours. Il est directement accessible par le contournement nord d'Angers (A11 sortie n°16) et est desservi par la station Terra Botanica du tramway d'Angers.

Le parc s'étend sur une superficie de 27 hectares[15] sur la commune d'Angers incluant les parkings, les voies d'accès et les lieux de maintenance. Il est composé de 60 000 m² de jardins et paysages[15], 25 000 m² d'espaces aquatiques[15], 15 000 m² de cheminements et 10 000 m² de bâtiments et de serres.

Le Parc[modifier | modifier le code]

Onze hectares sur vingt-sept sont proposés à la visite. Terra Botanica est composé d'attractions et d'animations comme des cinémas/spectacles, des jeux, des parcours botaniques et découvertes. Le parc est divisé en quatre univers qui représentent les différents aspects du végétal[16].

Un espace central, appelé le Cœur permet de relier les différents univers ensemble et d'accueillir les visiteurs. On y trouve également un café et le restaurant Véri Fraich, géré par le chef étoilé Pascal Favre d'Anne.

Le Cœur[modifier | modifier le code]

Terra Botanica

Infrastructures :

  • Billetterie
  • Bâtiment d'accueil des visiteurs
  • Boutique souvenir en rapport avec le végétal
  • Le café Terra Botanica
  • Le restaurant VeriFraich qui propose des hamburgers composés avec des produits locaux
  • Le centre d'affaire (espace de congrès et de séminaire pour les entreprises)

Le Végétal Convoité[modifier | modifier le code]

Plan d'eau

L'espace exprime le végétal par sa notion de richesse. Le végétal convoité évoque les grandes traversée pour la recherches de nouvelles terres et des découvertes réalisés par les pionniers du genre.

L'attraction Les grandes explorations[16] se compose de deux partie. Un spectacle de type ARIUM évoquant la traversée de l'Atlantique au XVIIIe siècle par Alexander Von Humboldt, joué par Charles Berling, et le botaniste Aimé Bonpland, joué par Stéphane Freiss. Puis de la traversée d'une immense serre tropical où est installé le campement des explorateurs.

Autres attractions :

  • Les comptoirs du monde
  • De caps et d'épices
  • Le bonimenteur
  • Les relais botaniques
  • Les docks des 5 continents
  • La cale de Radoub
  • Impression d'Asie
  • Reflets d'Amériques

Le Végétal Généreux[modifier | modifier le code]

Rose
L'attraction Odyssée Botanique

Le généreux évoque les relation de l'homme avec le végétal. Cette partie présente le végétal par l'exploitation que l'homme en fait pour se loger, se nourrir, se soigné ou encore enrichir sa vie. Les décors sont centré sur les échoppes traditionnelles et les jardins potagers.

L'attraction L'Odyssée Botanique propose un voyage en barque (évoquant les gabares angevines qui remontait la Maine) pour découvrir les fleurs de l'Anjou et l'histoire commerciale des plantes, notamment la crise de la Tulipe[17]. L'attraction Le théâtre des plantes[16] invite le public à un spectacle cinématographique multi-sensoriel évoquant l'histoire de la rose, de la tulipe et de l'hortensia, avec la participation de Vanessa Demouy.

Autres attractions :

  • Les échoppes
  • Le potager
  • L'allée des grand-mère
  • Le parcours du roi René
  • Paroles de chêne
  • le verger
  • Le théâtre de verdure
  • La place du marché (Nouveauté 2013)

Le Végétal Apprivoisé[modifier | modifier le code]

Fougères arborescentes
Rizière

L'espace du végétal apprivoisé montre les capacités d'adaptation et d'évolution du végétal en réaction aux activités que l'homme exerce dessus ou en réaction à l'environnement dans lequel se trouve la plante. Il présente les milieux naturels et cultivés que l'homme à dessiné au fil du temps. Les métiers d'horticulteurs et de paysagistes sont présentés comme moteur de l'exploitation du potentiel végétal.

L'attraction À l'épreuve des extrêmes[16] est composé d'un spectacle cinématographie et d'un parcours à l'intérieur de différentes serres représentant les différentes conditions atmosphérique pour comprendre comment les plantes s'adaptent à leur environnement.

Autres attractions :

  • Portraits de jardiniers
  • La serre abandonnée
  • Les pratiques horticoles
  • Les cabanes perchées
  • Terres de contrastes
  • La ruée vers l'ambre (Nouveauté 2014)
  • Terres d'Orient
  • Innover, c'est gagner !
  • Le carré vert
  • La sélection
  • les terrasses de Méditerranée

Le Végétal Mystérieux[modifier | modifier le code]

Évocation de paysage du Paléozoïque

L'espace du végétal mystérieux présente les côtés secrets du végétal. Il exprime les découvertes réalisé au fil du temps sur la géologie, le climat ou la recherche scientifique sur le végétal. Le visiteur peut découvrir les différents aspect de la photosynthèse et de l'ADN des plantes ainsi que la biodiversité et le rôle du végétal dans la chaîne alimentaire.

L'attraction Voyage au centre de la plante[16] est un film diffusé dans un cinéma 4-D retraçant le parcours d'une goutte d'eau, de sa formation dans un nuage jusqu'aux feuilles d'un magnolia en passant par les racines. Depuis 2012 un deuxième film Bambou Express est projeté en alternance avec le premier. En 2014, Bambou Express est remplacé par le film Amazonie.

L'attraction La balade des cimes[16] est un parcours en monorail (de type pedal car) en forme de coque de noix pour découvrir la cime des arbres.

Autres attractions :

  • Dis, comment ça pousse ?
  • Les paléobotanistes
  • Les racines de la vie
  • Le parcours de la forêt
  • L'ogre végétal
  • Bain de couleurs
  • Le labyrinthe des sens

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Avant l'ouverture officiel du parc, une visite du chantier organisées par le Conseil général de Maine-et-Loire le 4 octobre 2009 attire 10 804 personnes[18].

Au 2 juillet 2010, 100 000 visiteurs avaient acheté leur billet pour découvrir Terra Botanica[19].

La fréquentation du parc est établie sur la base d'une fréquentation minimale de rentabilité de 250 000 visiteurs[20]. Le parc en attend 400 000 à terme[15].

Au terme de la première saison en 2010, le parc affiche une fréquentation de 260 000 visiteurs. La moitié de la fréquentation repose sur la population du département. 20 % des visiteurs viennent des quatre autres départements des Pays-de-la-Loire et 30 % n'habitent pas la région[21].

À la fin de la saison 2011, Terra Botanica annonce avoir accueilli 301 049 visiteurs, dont 60 % venant d'autres départements. Le chiffre d'affaires annoncé au terme de la saison est de six millions d'euros[22].

Fin septembre 2012, la direction du site annonce une fréquentation de 270 000 visiteurs, 10 % de moins que l'année dernière. Le mauvais temps du début de saison est invoqué pour expliquer cette baisse[23]. Au final, le parc aura accueilli officiellement 259 887 visiteurs[24].

Le 7 juillet 2013 le millionième visiteur est accueilli sur le parc[25]. Cependant, la baisse de fréquentation se poursuit, avec -8% d'entrée sur l'année 2013[9].

Début septembre 2014, la fréquentation du parc devrait atteindre 130 000 visiteurs au maximum selon Ouest-France, chiffre « catastrophique » selon le quotidien[26].

Emplois[modifier | modifier le code]

Le parc emploie en 2013 une centaine de salariés en saison et une équipe permanente de 30 salariés[27].

Slogan[modifier | modifier le code]

Le slogan de Terra Botanica associe le thème du parc à sa localisation : « Vivez en Anjou la grande aventure du végétal »[15].

La campagne d'affichage de la saison 2010 positionne Terra Botanica comme « Le parc de la grande aventure du végétal »[28].

En 2012, le parc se dote d'un nouveau slogan invitant les visiteurs à « l'évasion grandeur nature ».

En 2013, le parc se dote d'un nouveau slogan « Terra Botanica, les mondes du végétal »[27].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. a, b et c (fr) Claude Saulais, «Ludique, paysager et culturel : tel sera (peut-être) le parc du végétal», Le Courrier de l'Ouest, 25 juillet 2000, p. 3
  3. a, b, c et d (fr), «le parc du végétal fleurira en 2009», Maine et Loire le magazine du Conseil général, février 2006, p. 15
  4. a, b et c (fr) «Terra Botanica, un an déjà», Dossier de presse salon du végétal, 21 février 2009, p. 2
  5. angers.villactu.fr
  6. [PDF] terrabotanica.fr
  7. Ouest-France: Angers. Les finances de Terra botanica dans le rouge
  8. angersmag.info : Terra Botanica : l'heure des comptes ?
  9. a et b Audit à Terra Botanica, l’agglo et la ville réagissent.
  10. Terra Botanica dans le dur publié le 05 septembre 2014 par Angers.Villactu.fr
  11. Terra Botanica. La fréquentation de l'été est catastrophique, Ouest-France, 05/09/2014, Angers
  12. "Terra Botanica n'est pas un fiasco", AngersMag.info, 05/09/2014
  13. Terra Botanica. Christian Gillet demande des comptes au Parc Ouest-France, 05/09/2014, Angers
  14. Ouest-France - Terra Botanica. « La situation est grave », selon le conseil général
  15. a, b, c, d et e (fr) Terra Botanica sur Angers.villactu.fr
  16. a, b, c, d, e et f (fr) [PDF] Dossier de presse - Page 5
  17. (fr) [PDF] Dossier de presse - Page 4
  18. (fr) Mathieu Doucet, «Terra Botanica : beau succès pour les portes ouvertes» sur toutangers.canalblog.com, 5 octobre 2009.
  19. (fr) Mathieu Doucet, «Déjà 100 000 visiteurs pour Terra Botanica» sur toutangers.canalblog.com, 28 juin 2010
  20. "L'aventure commence pour Terra Botanica", 20minutes.fr
  21. [PDF] terrabotanica.fr, 18 novembre 2010
  22. Terra Botanica franchit la barre des 300 000 visiteurs sur ouest-france.fr
  23. Terra Botanica : 30 000 visiteurs en moins cette année
  24. anjou-tourisme.com: Dossier de presse 2014
  25. [2]
  26. Terra Botanica. La fréquentation de l'été est catastrophique
  27. a et b [3]
  28. (fr) toutangers.canalblog.com