Termignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Termignon
Vue du village de Termignon
Vue du village de Termignon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Saint-Jean-de-Maurienne
Canton Lanslebourg-Mont-Cenis
Intercommunalité Communauté de communes Haute Maurienne-Vanoise
Maire
Mandat
Rémi Zanatta
2014-2020
Code postal 73500
Code commune 73290
Démographie
Gentilé termignonais
Population
municipale
413 hab. (2011)
Densité 2,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 42″ N 6° 49′ 04″ E / 45.2783333333, 6.8177777777845° 16′ 42″ Nord 6° 49′ 04″ Est / 45.2783333333, 6.81777777778  
Altitude Min. 1 277 m – Max. 3 855 m
Superficie 180,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Termignon

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Termignon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Termignon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Termignon
Liens
Site web www.termignon-la-vanoise.com

Termignon ou Termignon-la-Vanoise est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La commune de Termignon est située en partie dans le Parc National de la Vanoise, en Haute-Maurienne-Vanoise (plus de 15 000 hectares de son territoire est situé dans la zone centrale du parc[1]).

La commune de Termignon est une des plus grandes commune de France avec 18 000 hectares de territoire[réf. nécessaire].

Termignon fait partie de la station de "Val Cenis Vanoise" qui compte 130 km de pistes de ski.

Pour découvrir ce territoire exceptionnel dans le cœur du Parc National de la Vanoise, la commune de Termignon a mis en service une navette gratuite depuis le centre du village, jusqu'au parking de Bellecombe. Le parking de Bellecombe est le départ de toutes les randonnées possibles : GR 5, tour des glaciers de la Vanoise, col de la Vanoise, six refuges sur la commune avec une charte environnementale, le choix d'un comportement éco-responsable.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Termignon
Pralognan-la-Vanoise Champagny-en-Vanoise, Tignes Val-d'Isère
Aussois Termignon Lanslevillard, Lanslebourg-Mont-Cenis, Bessans
Sollières-Sardières

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Rivière l'Arc.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Ski Bus de Haute-Maurienne : Ligne gratuite pour rejoindre les stations de la vallée.

Avion:

  • Aéroport de Lyon-Saint Éxupery (2h00) puis bus en hiver via Modane.
  • Aéroport de Chambéry - Aix-les-Bains (1h15).
  • Aéroport de Annecy - Meythet (1h45).
  • Aéroport de Genève - Cointrin (2h00).
  • Aéroport de Grenoble - Isère (2h10).

Train :

Route :

  • Autoroute A43 entre Lyon et l'Italie via le tunnel du Fréjus sortir au Freney. Puis D1006 (anciennement N6) de Modane, prendre direction Haute-Maurienne-Vanoise (Lanslebourg) sur 17 km jusqu'à Termignon.
  • Depuis Chambéry prendre direction Turin / Maurienne, Saint-Jean-de-Maurienne et Modane. De Modane prendre direction Haute-Maurienne-Vanoise (Lanslebourg) sur 17 km jusqu'à Termignon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée de Terminione, lors de la mention de l'église, en 1127, d'après Besson (Ecclesia de Terminione)[2],[3],[4], plus tard on trouve Ecclesia de Termeinum en 1184[2],[5] et Termeinon au début XIIe siècle[6]. Un certain Audemarus de Termignono est également mentionné dans le cartulaire de l'abbaye d'Oulx en 1233[7],[2], Curatus Termignionis au XIVe siècle[8], Mistralia Termegnionis en 1450[9].

Il s'agit d'un type toponymique en -ONE (autrement noté en latin -onem[10]), suffixe gaulois ou latin de signification générale et assez vague. Le premier élément Termini- représente le nom de personne latin Terminius[11],[12]. Le sens global est vraisemblablement « propriété de Terminius ».
Il s'agirait d'un nom dérivé du terme "terminus" désignant la fin de la vallée de la Maurienne, la partie en amont étant pendant longtemps ayant été un district géographique administré par le versant piémontais[13]. D'autres avancent qu'il pourrait s'agir également du nom de personne Termignon[14],[2], pris absolument selon un processus parfois observé dans la toponymie.


L'historien Gaudenzio Claretta (1835-1900) parle d'un "Termignon", chevalier en 1537[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un relais de la ligne Paris—Milan du télégraphe Chappe est construit à Termignon, sur la Turra[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Rémi Zanatta ... ...

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 413 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
1 011 1 220 1 167 1 470 1 254 1 160 1 130 1 090 1 062
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 020 974 928 873 821 784 772 758 752
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
608 557 497 475 351 453 370 546 341
1982 1990 1999 2006 2008 2011 - - -
344 367 426 428 428 413 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2004[17].)
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • 1839 - décès du docteur Balthazard Claraz : médecin honoraire des papes Pie VII et Grégoire XVI et de la cour de Rome. Chevalier de l'ordre pontifical de Saint Grégoire le Grand. Officier de santé des troupes Impériales à l'hospice du Mont Cenis en 1812.
  • Valentin Claraz né à Termignon le 30 novembre 1799, fils aîné du docteur Balthazard Claraz. Fut nommé par le pape Grégoire XVI. Chevalier de l'ordre pontifical de Saint-Sylvestre. En 1883 il est maire de Barby c'est dans cette commune qu'il meurt le 15 avril 1890.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre -Dame de l'Assomption, de style baroque[18].
  • La chapelle Notre-Dame de la Visitation, appelée à l'origine Notre-Dame du Poivre car elle se trouvait sur la route des épices entre Lyon et Milan[19].
  • La chapelle Saint-André du XVIIIe siècle au bord de l'Arc.
  • La chapelle Saint-Roch, près de l'église Notre-Dame de l'Assomption, construite à la place de la chapelle Saint-Sébastien, qui était près du cimetière des pestiférés.
  • Le monument aux Morts et sa statue, "La Pleureuse", œuvre de Luc Jaggi-Couvert, sculpteur genevois d'origine termignonnaise (1887-1976)[20]. C'est un des monuments aux morts pacifistes élevés en France après la Première Guerre mondiale pour protester contre la guerre.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La ville de Termignon a donné son nom au bleu de Termignon, un fromage à pâte persillée fabriqué avec du lait cru de vache.

Domaine skiable[modifier | modifier le code]

Termignon la Vanoise
Une vue aérienne de la station serait la bienvenue.
Administration
Pays France
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 42″ Nord 6° 49′ 04″ Est / 45.2783, 6.8178  
Massif Alpes Grées

Termignon-la-Vanoise est aussi un domaine skiable de renom, relié depuis 2008[21] par le Télésiège débrayable de la Turra aux domaines de Lanslebourg-Mont-Cenis et Lanslevillard (Val Cenis).

Front de neige[modifier | modifier le code]

Situé à proximité directe de l'Arc [22], il est composé du Télésiège débrayable 4 places de la Girarde[23]. On y trouve également les caisses de forfaits [réf. nécessaire] ainsi que l'École du ski français. Ce front de neige, le premier en arrivant depuis Modane est très attractif pour les locaux voulant skier à la journée sur le domaine skiable de Val Cenis Vanoise.

L'on y trouve un véritable espace débutant composé d'un Tapis roulant ainsi que deux téléskis nommés Tannes et Marmottons[24] qui desservent deux pistes vertes et une piste bleue. Le deuxième devrait être remplacé courant automne 2013[25].

Secteur d'altitude[modifier | modifier le code]

Le secteur d'altitude est accessible via la chaîne des appareils Girarde et Roches Blanches[26]. Quoiqu'un peu longue, elle est néanmoins très adaptée au niveau de la fréquentation de la station. Au sommet du télésiège fixe Roches Blanches, il est possible d'atteindre le front de neige de Lanslebourg-Mont-Cenis via la piste bleue Flambeau enneigée artificiellement[27], puis soit en empruntant le Télésiège débrayable de la Turra à la descente[28] soit en descendant la longue piste bleue Traverse. Autrement, il est possible de skier sur le plateau de Sollières-Sardières à plus de 2000 mètres d'altitude grâce aux deux téléskis Grand Coin et Lac qui desservent à eux deux 2 pistes bleues et 3 pistes rouges. Ils sont néanmoins classés difficiles par la SEM du Mont-Cenis qui exploite le domaine de Val Cenis Vanoise.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. DDT Savoie 2014, p. Type de zone : Parc national de la Vanoise : « Parc national de la Vanoise (Zone Centrale) au 1er janvier 2011 : 15 523,39 ha ».
  2. a, b, c, d et e Chanoine Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2), p. 463, Article « Termignon ».
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ 1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 672b
  4. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, p. 679, N°11466 (lire en ligne) [1]
  5. Ernest Nègre, op. cit.
  6. ibidem
  7. ibidem
  8. Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, Adolphe Gros, page 463.
  9. Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, Adolphe Gros, page 463.
  10. ibidem
  11. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  12. Ernest Nègre, op. cit.
  13. J.Blache, 1963,Revue de géographie alpine l'ancienne voie du Mont-Cenis, p 171
  14. Ernest Nègre, op. cit.
  15. Alain Peynichou, « Écrire dans l’air », Cochons et cochonnailles : la quête du saint gras, L’Alpe no 42, Automne 2008, p 72
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  18. http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=73290_1
  19. http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=73290_2
  20. Page officielle de Termignon
  21. Ministère des Transports et de l'Équipement (France), « extraction_FIRM.xls » sur STRMTG. Consulté le 18 août 2013
  22. Communauté d'OpenStreetMap, « Termignon » sur OpenStreetMap. Consulté le 20 août 2013
  23. remontees, « Reportage TSD4 Girarde - Termignon-la-Vanoise » sur Montagne-Câble. Consulté le 20 août 2013
  24. remontees, « Termignon-la-Vanoise » sur Montagne-Câble. Consulté le 24 août 2013
  25. valcelouis, « Construction TKE1 des Terres Grasses et TKE1 des Marmottons (2013) » sur Remontées-mécaniques.net Consulté le 24 août 2013
  26. remontees, « Reportage TSF4 Roches Blanches - Termignon-la-Vanoise » sur Montagne-Câble. Consulté le 21 août 2013
  27. Office du tourisme Val Cenis Vanoise, « Plan des pistes Val Cenis Vanoise » sur val-cenis.haute-maurienne-vanoise.com/. Consulté le 27 août 2013
  28. http://www.remontees-mecaniques.net/bdd/reportage-2312.html « TSD6 de la Turra »] sur Remontées-mécaniques.net Consulté le 10 janvier 2009.