Termes-d'Armagnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Termes et Armagnac.
Termes d'Armagnac
L'église de Termes-d'Armagnac.
L'église de Termes-d'Armagnac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Gers
Arrondissement Mirande
Canton Aignan
Intercommunalité Communauté de communes Terres d'Armagnac
Maire
Mandat
Danièle Renaudin
2014-2020
Code postal 32400
Code commune 32443
Démographie
Gentilé Termois, Termoise
Population
municipale
185 hab. (2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 40′ 19″ N 0° 00′ 34″ O / 43.6719444444, -0.0094444444444443° 40′ 19″ Nord 0° 00′ 34″ Ouest / 43.6719444444, -0.00944444444444  
Altitude Min. 111 m – Max. 206 m
Superficie 10,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Termes d'Armagnac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Termes d'Armagnac

Termes-d'Armagnac (Tèrmis d'Armanhac en gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située en Armagnac sur le vignoble des Côtes-de-Saint-Mont et l'Izaute y prend sa source (hydrologie).

Histoire[modifier | modifier le code]

Termes vient du latin terminis : la limite, car la forteresse est située à la frontière du comté d'Armagnac et du Béarn. Dominant la confluence de l'Adour et de l'Arros, elle revêtait une importance stratégique considérable surveillant le domaine de Gaston Phoebus, comte de Foix-Béarn.

Du château de Thibaut de Termes d'Armagnac, compagnon de Jeanne d'Arc, il ne reste que le donjon. L'armée qui avait été mise à la disposition de Jeanne de Lorraine comptait beaucoup de Gascons. En foule, ils étaient accourus à l'appel de la Pucelle. Toute la fine fleur de la noblesse de la Gascogne l'a rejointe, à tel point que les Anglais, par dérision, parlèrent de Jeanne l'Armagnacaise.

La rénovation de la Tour de Termes-d'Armagnac a été opérée par André Boingnères, maire de son village natal pendant plus de 20 ans. Cette rénovation permit l'ouverture de la Tour au public et l'organisation d'événements culturels régionaux majeurs, il laissa une empreinte indélébile à Termes-d'Armagnac.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Termes-d'Armagnac Blason Parti d'argent au lion contourné de gueules, et de gueules au léopard lionné d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1951 1976 André Boingnères    
         
2005 2014 Danièle Renaudin[1] PCF  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 185 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
437 356 448 433 482 444 468 503 451
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
461 456 394 411 418 406 543 411 415
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
395 370 307 285 280 272 274 250 228
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
213 198 192 190 215 201 197 185 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : Côtes-de-saint-mont (AOVDQS)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Termes-d'Armagnac.

La tour de Termes-d'Armagnac, classée monument historique[4], est un ancien donjon d'un château du XIIIe siècle. Haute de 36 mètres, elle abrite six étages et un escalier de 150 marches. La tour domine la vallée de l'Adour et de l'Arros avec une vue panoramique sur les collines de l'Armagnac et du Vic-Bilh. On peut, aussi,apercevoir à son sommet la chaîne des Pyrénées.

Le Musée du panache gascon est situé au sein même de la tour de Terme- d'Armagnac. Des saynètes sonorisées de mannequins de cire retracent les quelques évènements historiques ou représentent la vie régionale à travers les époques. Le musée accueille environ 6800 visiteurs par an.

Spectacles médiévaux son et lumière tous les étés, au pied de la tour, avec plus de 150 figurants (volontaires s'adresser à la mairie).

L'église Saint-Pierre est un édifice gothique du XVe siècle. Elle a conservé quelques vestiges romans. Elle est dominée par une jolie flèche en ardoise. Elle possède un maître-autel avec retable, un tabernacle, une table de communion en bois peint doré et sculpté du XVIIIe siècle ainsi qu'un cathèdre de style Louis XV.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Thibault d'Armagnac , né au château en 1405, compagnon de Jeanne d'Arc, bailli de Chartres de 1432 à 1457, et mort en 1457.

Voir aussi[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :