Tereos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tereos

Description de l'image  Tereos Logo.svg.
Création 2002
Dates clés 1821 : fondation de la sucrerie Béghin à Thumeries dans le Nord.
1831 : fondation de la sucrerie Say à Paris.
1932 : création de la distillerie coopérative d’Origny dans l’Aisne.
1951 : création de la sucrerie d’Origny.
1972 : naissance de Béghin-Say suite à la fusion entre Béghin et Say
1975 : création de la sucrerie de Connantre.
1990 : naissance des Sucreries et Distilleries de l’Aisne (SDA) suite à la fusion entre les coopératives d’Origny et de Vic-sur-Aisne.
1992 : 1er investissement à l’étranger (en République tchèque).
2000 : implantation au Brésil pour transformer la canne à sucre.
2002 : création de Tereos suite à la fusion entre Union SDA et Union BS Béghin Say.
Forme juridique Union de coopératives
Siège social Drapeau de France Origny-Sainte-Benoite (siège administratif : Lille(France)
Direction Thierry Lecomte (Président du Conseil de Surveillance)
Alexis Duval (Président du Directoire)
Activité Agro-industrie, Industrie agroalimentaire
Produits sucre et produits sucrants, alcool-éthanol, amidon
Effectif 12.000 associés coopérateurs
26.000 salariés
Site web http://www.tereos.com
Chiffre d’affaires 5 037 millions d’euros (2011/2012)[1]
Résultat net 313 millions d’euros (2011/2012)[2]

Tereos est un groupe coopératif sucrier française de dimension internationale, né en 2002 de la fusion de Beghin-Say et de l’Union des sucreries et distilleries agricoles (Union SDA).

Les activités du groupe reposent sur la transformation de trois principales matières premières végétales : la betterave à sucre, les céréales et la canne à sucre. Le groupe transforme également des pommes de terre et du manioc en produits amylacés.

Tereos est aujourd’hui le 4e producteur mondial du sucre (42 % du CA)[3], le leader en France[4] et en République tchèque[5] et le 3e au Brésil[6]. Il est également le premier producteur d'alcool-éthanol en Europe, le 3e au Brésil[7] et le 3e producteur européen de produits d’amidons (17 % du CA)[8].

Tereos rassemble 12 000 associés coopérateurs betteraviers en France et 26 000 salariés répartis au sein de 41 sites de production en Europe, Amérique du Sud, Afrique et Chine et 10 sites administratifs ou commerciaux.

Historique[modifier | modifier le code]

Raffinerie Tereos (ex-Béghin-Say) à Nantes

L'histoire de Tereos se confond avec l'histoire de la culture de la betterave en France et en Europe. Les origines du groupe coopératif remontent ainsi au début du XIXe siècle. Tereos trouve sa source dans les sucreries des familles Say (1812-1831) et Béghin (1821), pionnières du sucre de betterave en France, qui vont fusionner en 1972 pour donner naissance à Béghin-Say, ainsi que dans les coopératives sucrières du nord de la France créées au début du XXe siècle par quelques agriculteurs, qui fusionnèrent entre elles dans la seconde moitié du XXe siècle.

Les sucreries Say, Béghin, Béghin-Say, Eridania Béghin-Say, Union BS[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Béghin-Say.

Béghin-Say est issue de la fusion en 1972[9] des sociétés sucrières Say et Béghin puis de la fusion en 1992 de Béghin-Say et Eridania.

En 1812, la sucrerie de canne Say est créée à Nantes par Louis Say, frère de l'économiste Jean-Baptiste Say.

En 1821, la sucrerie de Thumeries est créée dans la ferme de Joseph Coget. Il est alors secondé par son gendre Antoine Béghin[10].

En 1831 : les raffineries de sucre de betterave Say, appelée "raffinerie de la Jamaïque", ouvre dans le 13e arrondissement de Paris.

En 1868, Thumeries est repris par le petit-fis de Joseph Coget, Ferdinand Béghin (1840-1895)[11].

En 1872, la Sucrerie Centrale de Cambrai est créée par Jules Linard qui met au point un système d’approvisionnement reliant 17 râperies installées dans un rayon de 25 km autour de l’usine implantée à Escaudœuvres (Nord).

En 1898, la société "Ferdinand Béghin" est créée par ses deux fils, Joseph (1871-1938) et Henri (1873-1944)[11]

En 1899, la société Eridania est créée à Gênes.

En 1922-1924, la Sucrerie Centrale d’Arras se construit sur le site de Boiry (Pas-de-Calais).

En 1930-1950, la Sucrerie Centrale d’Arras est reprise par Béghin.

En 1951, la distillerie de Morains est créée.

En 1963, Say acquiert la sucrerie de Chevrières dans l'Oise. En 1967, la société Béghin, présidé par le fils d'Henri Béghin, Ferdinand, prend le contrôle de la société Say[10]. En 1972, Béghin prend le contrôle de la sucrerie d'Escaudœuvres. Béghin fusionne avec Say pour constituer Béghin-Say[10]. En 1975, la sucrerie de Connantre est construite.

En 1986, la distillerie de Morains devient une filiale de Béghin-Say, prise de participation majoritaire de Béghin-Say par Ferruzzi.

En 1991, une coentreprises en Hongrie est fondée avec l'État hongrois à Hatvan, Szerencs et Szolnok.

En 1992, le groupe Eridania Béghin-Say se constitue suite à l'achat de Béghin-Say par Eridania, une filiale du groupe italien Montedison. En 2000, l'entreprise s'implante au Brésil à partir de la société Guarani, qui saura côté à la bourse de São Paulo en 2007[12]. En 2001, le groupe Eridania Béghin-Say se scinde, les agriculteurs betteraviers des usines Béghin-Say se constituent en coopérative sous le nom Union BS.

Les coopératives sucrières de Picardie, de Brie, et de Beauce : les origines de Tereos[modifier | modifier le code]

En 1928, la distillerie coopérative d'Artenay et de la distillerie coopérative de Provins sont créées. En 1929, la distillerie coopérative de Vic-sur-Aisne est créé.

En 1932, la distillerie coopérative d’Origny-Sainte-Benoite est créée, la majorité des coopératives agricoles betteravières s’oriente à l’époque vers la production d’alcool, déjà utilisé comme carburant.

En 1951, la sucrerie d'Origny et de la sucrerie de Vic-sur-Aisne sont construites.

En 1990, les coopératives d'Origny-Sainte-Benoite et de Vic-sur-Aisne fusionnent pour créer les Sucreries et distilleries de l'Aisne (SDA).

En 1991, SDA acquiert la sucrerie de Berneuil-sur-Aisne. En 1992, SDA s'implante en République tchèque par l'acquisition de la société TTD (Thurn Taxis Dobrovice)[13], c'est la première expérience internationale du groupe.

En 1993, SDA acquiert la sucrerie de Maizy. Le premier investissement est réalisé dans la transformation des céréales avec la création d’une unité d’éthanol de blé à Orignyau sein de Bio-Ethanol Nord Picardie (BENP).

En 1994, les Sucreries et Distilleries de l'Aisne et la Distillerie coopérative de la Brie fusionnent.

En 1996, l'activité glucose démarre avec la création de Syral aux côtés de Jungbunzlauer (industriel autrichien spécialisé dans les produits de fermentation) dans l’amidonnerie de maïs de Marckolsheim[14]. Un rapprochement est réalisé entre les Sucreries et Distilleries de l'Aisne et la sucrerie-distillerie d'Artenay, la sucrerie de Bucy-le-Long est reprise. Les Sucreries de Vauciennes et Villenoy sont acquises.

En 1997, la SODES (alcool de synthèse) est vendue.

En 1999, les Sucreries et Distilleries de l’Aisne et de la Sucrerie Distillerie d’Artenay fusionnent pour créer l'Union SDA.

En 2000, le premier investissement dans la transformation de la canne par Union SDA est réalisé avec l'implantation du groupe au Brésil en s'associant à Cosan, premier groupe sucrier brésilien.

En 2001, Union SDA s'implante à la Réunion en développant ses activités de transformation de la canne avec le rachat des activités sucrières de Groupe Bourbon. Union SDA devient alors actionnaire majoritaire de la Sucrerie de Bois Rouge (51%) et de la société de conditionnement Eurocanne (51%), et prend une participation significative dans la distillerie de Savanna (44%) et dans la société Loiret Haëntjens (39%)[15].

La création de Tereos et l'expansion internationale du groupe[modifier | modifier le code]

En 2002, la reprise des actifs de Béghin-Say par les deux coopératives Union SDA et Union BS donne naissance au groupe coopératif Tereos[16].

En 2003, les filiales hongroises sont vendues à Nordzucker. En 2004, Union SDA et Union BS deviennent Tereos, qui acquiert la SODES.

En 2006, Tereos fusionne avec le groupe coopératif SDHF (Sucreries Distilleries des Hauts de France). Une nouvelle distillerie de sucre de betterave est inauguré à Origny, c'est plus grande distillerie de betteraves au monde[17].

En 2006, Tereos s'implante au Mozambique en reprenant une des quatre sucreries du pays, celle de Marromeu[18].

En 2007, Tereos cède sa participation de 6 % qu'il détenait dans Cosan, le premier producteur de sucre du Brésil, afin de financer sa croissance externe. En mai 2007, Tereos acquiert, via sa filiale Syral, des cinq amidonneries-glucoseries en Europe occidentale de Talfiie (Tate & Lyle Food & Industrial Ingredients Europe), filiale du groupe anglais Tate & Lyle spécialisée dans la production d'amidon (notamment pour le papier et le carton) et d'alcool alimentaire et industriel notamment la production de bioéthanol[19]. Tereos construit une unité d’éthanol de blé à Lillebonne, près du port céréalier de Rouen[20]. La production de Lillebonne a depuis été élargie aux productions alimentaires (gluten et dextrose)[21].

En 2008, Tereos ferme trois sucreries à Abbeville dans la Somme, à Marconnelle dans le Nord et à Vic-sur-Aisne dans l'Aisne. Tereos signe un accord commercial et industriel avec la coopérative espagnole Acor[22].

En 2010, Tereos Internacional est créé. Les activités cotées à la bourse de Sao Paulo sont élargies, qui en plus de la canne au Brésil, intègrent désormais les activités canne de l’Océan indien et les activités de transformation des céréales[23]. Un partenariat stratégique est signé entre Petrobras, groupe pétrolier brésilien et la filiale de Tereos au Brésil, Guarani[24]. Tereos acquiert des usines Vertente et Mandu au Brésil, ainsi que les actifs du groupe Quartier Français à La Réunion[25]. Tereos signe un partenariat stratégique avec 10 coopératives céréalières donnant lieu à la création de Tereos Agro-Industrie[26].

En 2011, Tereos lance d’un plan d’investissement pour le développement de la production et de la cogénération au Brésil avec le soutien de la Banque Nationale d’Investissement du Brésil (BNDES)[27]. Tereos entre sur le marché brésilien de l’amidon avec une prise de participation majoritaire de la société Halotek[28] et acquiert la féculerie d'Haussimont en Marn), afin de renforcer la filière amidonnerie (à partir de la pomme de terre et du blé)[29].

En 2012, Tereos s'implante en Chine dans le cadre d’un partenariat avec Wilmar, 1er groupe agroalimentaire asiatique[30],[31],[32]. Tereos s'implante en Roumanie avec l'acquisition de la société Ludus[33].

En décembre 2013, Tereos a lancé une coopération avec Michelin pour développer des pneumatiques issus de végétaux et non plus du pétrole[34].

Activités[modifier | modifier le code]

Tereos transforme des matières premières agricoles en sucre, alcool et amidon. Il est le premier groupe sucrier français et le 4e mondial. Son activité historique est la transformation de la betterave sucrière. Puis la coopérative se lance dans la transformation des céréales en 1993 pour la production d’éthanol et en 1996 dans les produits sucrants (isoglucoses). En 2000, Tereos s’implante au Brésil pour la transformation de la canne à sucre.

Tereos est le 4e producteur mondial de sucre[35] notamment grâce à ses filiales sur les cinq continents.

Les produits[modifier | modifier le code]

Sucre et produits sucrants[modifier | modifier le code]

Le sucre de betterave ou de canne (42%) et les produits sucrants issus des céréales (isoglucoses 11%) représentent 53% du chiffre d’affaires de Tereos. Tereos produit 3,6 millions de tonnes de sucre[36] qu’il commercialise en Europe et à l’international. Les industriels représentent environ 80% de ses ventes de sucre. Les principaux clients sont l’industrie agro-alimentaire, l’industrie chimique et pharmaceutique et l’industrie de la fermentation, la grande distribution et la restauration[37].

Tereos commercialise le sucre auprès du grand public sous 5 marques :

Alcool[modifier | modifier le code]

Issue de la betterave, des céréales et de la canne, la production d’alcool et d’éthanol est une activité traditionnelle des groupes sucriers, réalisée depuis ses origines, et elle représente 19% du chiffre d’affaires de Tereos. La production d’alcools traditionnels est destinée aux secteurs des spiritueux, de la parfumerie, de la cosmétique et de la pharmacie. L’éthanol est utilisé principalement pour la carburation[38].

Amidons[modifier | modifier le code]

Extrait du maïs, du blé, de la pomme de terre et du manioc, les amidons représentent pour Tereos une large gamme de produits : amidon natif, amidon modifié, produits sucrants (sirop de glucose, maltodextrine, dextrose, isoglucose, polyol). Les amylacées sont utilisés en alimentation humaine (sauce, confiserie, produits laitiers…), papeterie, cosmétiques ou encore pharmacie[39].

Énergie électrique[modifier | modifier le code]

Par son résidu fibreux appelé bagasse, la canne à sucre produit aussi de l’énergie électrique par un principe de cogénération. L’énergie produite est ainsi commercialisée sur le réseau électrique[40]. Tereos développe également l’installation d’unités de méthanisation des vinasses sur certaines sucreries et distilleries de betteraves pour produire du biogaz[41].

Co-produits[modifier | modifier le code]

Tereos développe également des « coproduits » issu de la valorisation des céréales et betteraves extraites dans ses usines. Ces coproduits peuvent être utilisés pour l’alimentation animale (pulpes, drêches, bétaïne), la fertilisation (vinasses de fertilisation et écumes pour l’amendement), et les industries de fermentation (sirops de basse pureté pour la production d’alcools traditionnels ou de bioéthanol)[42].

Filières et implantations[modifier | modifier le code]

Tereos possède 41 sites de production en Europe, Amérique du Sud, Afrique, Chine[43].

Transformation de la betterave[modifier | modifier le code]

La betterave représente en 2011-2012 43% du chiffre d’affaires[44]. La transformation de la betterave permet principalement la production de sucre pour les industriels et le grand public, d’alcool pour les spiritueux, de bioéthanol pour la carburation et de pulpes pour l’alimentation animale. Tereos compte 12 sucreries de betterave produisant 1,8 million de tonnes de sucre, 8 distilleries produisant 600 000 m3 d’alcool et d’éthanol et 1 raffinerie.

12 sucreries :

  • 9 en France (Artenay, Attin, Boiry, Bucy-le-long, Chevrières, Connantre, Escaudoeuvres, Lillers, Origny)
  • 2 en République tchèque (České Meziříčí, Dobrovice)
  • 1 en Roumanie (Ludus)

8 distilleries :

1 raffinerie en Espagne (Olmedo)

Transformation de la canne à sucre[modifier | modifier le code]

La transformation de la canne à sucre représente la troisième source de revenu de Tereos avec une part du chiffre d’affaires s’élevant à 23 %[45]. Le groupe possède 11 usines au Brésil, à l’île de la Réunion, au Mozambique et en Tanzanie. Dans ses 7 usines au Brésil dans l’état São Paulo, Tereos, via sa filiale Guarani[46], transforme 20 millions de tonne de canne en 1,8 million de tonne de sucre, 650 000 m3 d’éthanol et 850 GWh d’énergie électrique. Aujourd’hui Guarani est le numéro 3 dans la transformation de la canne au Brésil. Le groupe compte 2 usines à l’île de la Réunion via sa filiale Tereos Océan Indien, 1 au Mozambique et 1 en Tanzanie[47]. 370 000 tonnes de sucre sont produites chaque année[48].

11 sucreries et 7 distilleries :

  • 7 sucreries / distilleries / cogénération (énergie électrique) au Brésil : Andrade (Pitangueiras), Cruz Alta (Olímpia), Severinia, Mandu (Guaíra), São José (Colina), Tanabi, Vertente (Guaraci)
  • 2 sucreries / cogénération (énergie électrique) sur l’île de la Réunion (Le Gol à Saint-Louis, Bois Rouge à Saint-André)
  • 1 sucrerie au Mozambique (Sena à Marromeu)
  • Participation minoritaire dans 1 sucrerie en Tanzanie (Moshi)

Transformation des céréales, pomme de terre et manioc[modifier | modifier le code]

La transformation de céréales représente en 2011-2012 34% du chiffre d’affaires du groupe[49]. Avec 11 usines en France, Belgique, Italie, Royaume-Uni, Brésil et Chine, Tereos est le n°3 de l’industrie amidonnière européenne, fortement représenté par sa filiale Tereos Syral disposant de 9 unités de productions[50]. En 2011, le groupe a racheté la société Halotek au Brésil pour transformer le manioc[51] et s’est associé avec Wilmar en Chine pour y développer les productions amylacées[52]. Fin 2012, 3,9 millions de tonnes de blé, de maïs, de pomme de terre et de manioc confondus, ont été transformés en 1,9 million de tonnes de produits amylacés : amidon, glucose et dérivés, et en 500 000 m3 d’alcool et d’éthanol[53].

11 amidonneries :

6 distilleries :

  • 3 en France (Origny-Sainte-Benoîte, Nesle, Lillebonne)
  • 1 en Belgique (Aalst)
  • 1 au Royaume-Uni (Selby)
  • 1 en Italie (Saluzzo)

Un groupe coopératif[modifier | modifier le code]

Tereos est une union de coopératives agricoles qui rassemble 12 000 associés betteraviers. Le groupe est dirigé collégialement par un Conseil de Surveillance, qui représente l’ensemble des coopératives et valide la stratégie du Groupe, et un Directoire, qui pilote les activités, propose les orientations et assure leur mise en œuvre. Les administrateurs de toutes les coopératives associées à Tereos, le Conseil de Surveillance et le Comité exécutif se réunissent deux fois par an.

Présidents du Directoire

  • 1984-2012 : Philippe Duval
  • Depuis 2012 : Alexis Duval

Présidents du Conseil de Surveillance

  • 1977-2002 : Hubert Leriche
  • Depuis 2002 : Thierry Lecomte

Données financières[modifier | modifier le code]

Lors de l'exercice 2011/2012, Tereos réalise 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour un résultat net de 313 millions €[54].

Au 31/12/2011[55] Au 31/12/2012[56]
Chiffre d’affaires (en milliers €) 4 409 063 5 036 897
EBITDA (en milliers €) 752 000 904 000
Résultat net part du Groupe (en milliers €) 236 730 312 618
Nombre de salariés permanents et saisonniers 26 500 26 000
Associés coopérateurs 12 000 12 000
Nombre de sites industriels 37 40

Principaux concurrents[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.tereos.com/upload/pdf/BD_Tereos_RA2012_planches.pdf
  2. http://www.tereos.com/upload/pdf/BD_Tereos_RA2012_planches.pdf
  3. http://www.tereos.com/upload/pdf/BD_Tereos_RA2012_planches.pdf
  4. http://www.tereos.com/fr-fr/activites/filieres/betteraves.html
  5. http://www.tereos.com/upload/pdf/Communiqu___Kojet__n_022012.pdf
  6. http://www.tereos.com/upload/pdf/BD_Tereos_RA2012_planches.pdf
  7. http://www.tereos.com/rapport-annuel-2011/Tereos_rapport_annuel_2011.pdf
  8. http://www.processalimentaire.com/A-la-une/Tereos-au-3eme-rang-de-l-amidonnerie-glucoserie-europeenne-6776
  9. Chronique du XXe siècle P.1089
  10. a, b et c « Ferdinand Béghin », sur geni.com (consulté le 21 janvier 2012)
  11. a et b « Béghin », sur thierryprouvost.com (consulté le 21 janvier 2012)
  12. http://www.leblogfinance.com/2007/07/sucre-tereos-in.html
  13. http://www.usinenouvelle.com/article/agroalimentaireunion-sda-poursuit-son-ascensiondevenu-en-quelques-annees-le-troisieme-sucrier-francais-et-le-premier-en-republique-tcheque-le-groupe-cooperatif-union-sda-fait-son-entree-sur-l.N84363
  14. http://www.usinenouvelle.com/article/agroalimentaireunion-sda-poursuit-son-ascensiondevenu-en-quelques-annees-le-troisieme-sucrier-francais-et-le-premier-en-republique-tcheque-le-groupe-cooperatif-union-sda-fait-son-entree-sur-l.N84363
  15. http://reunion.orange.fr/news/archives/le-groupe-bourbon,505098.html
  16. http://www.lavoixeco.com/actualite/la_une/A_la_Une/2011/05/27/article_tous-les-sillons-betteraviers-de-la-regi.shtml
  17. http://www.enerzine.com/6/1263+Tereos-inaugure-sa-nouvelle-distillerie-de-betterave+.html
  18. http://www.sucre-ethique.org/Un-sucrier-francais-partenaire-de.html
  19. http://www.agrapresse.fr/tereos-reprend-cinq-usines-au-groupe-tate-lyle-art220404-27.html
  20. http://www.blogagroalimentaire.com/lunite-de-production-de-bioethanol-tereos-ble-a-lillebonne
  21. http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/bioethanol-de-ble-tereos-avance-dans-la-reconversion-de-lillebonne-tereos-53041.html
  22. http://www.lesechos.fr/28/11/2008/LesEchos/20310-91-ECH_tereos-s-allie-au-sucrier-espagnol-acor.html
  23. http://www.agrapresse.fr/tereos-rassemble-ses-activites-de-diversification-au-sein-de-tereos-internacional-art268001-26.html
  24. http://www.lavoixeco.com/actualite/Secteurs_activites/Energie_et_Environnement/2010/05/01/article_au-bresil-partenariat-tereos-petrobras-pour-la.shtml
  25. http://www.lefigaro.fr/societes/2010/06/01/04015-20100601ARTFIG00542-tereos-poursuit-son-expansion-au-bresil-et-a-la-reunion.php
  26. http://www.agrapresse.fr/tereos-rassemble-ses-activites-de-diversification-au-sein-de-tereos-internacional-art268001-26.html
  27. http://www.agraalimentation.fr/tereos-ambitionne-de-r-aliser-50-de-son-chiffre-d-affaires-hors-europe-art324900-15.html
  28. http://www.lesechos.fr/12/09/2011/LesEchos/21014-119-ECH_tereos-entre-sur-le-marche-bresilien-de-l-amidon.htm
  29. http://www.lesechos.fr/29/12/2011/lesechos.fr/0201817246119_tereos-prend-le-controle-de-la-feculerie-d-haussimont.htm
  30. http://www.lavoixdunord.fr/economie/le-groupe-sucrier-tereos-s-apprete-a-poser-le-pied-en-chine-ia283b286n259868
  31. http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/agro-industrie-tereos-investit-dans-une-amidonnerie-en-chine-71504.html
  32. http://www.lesechos.fr/26/01/2012/lesechos.fr/0201865019240_apres-le-bresil--tereos-prend-pied-en-chine.htm
  33. http://www.lavoixdunord.fr/region/tereos-acquiert-la-sucrerie-de-ludus-en-roumanie-ia0b0n760742
  34. Site de BFM TV, le 09/12/13
  35. http://www.tereos.com/upload/pdf/Tereos_rapport_annuel_2011.pdf
  36. http://indices.usinenouvelle.com/produits-agricoles/forte-progression-pour-tereos.4150
  37. www.tereos.com/upload/pdf/BD_Tereos_RA2012_planches.pdf
  38. www.tereos.com/upload/pdf/BD_Tereos_RA2012_planches.pdf
  39. http://www.lesechos.fr/11/05/2012/LesEchos/21183-092-ECH_tereos-syral-va-traiter-100-000-tonnes-d-amidon-a-marckolsheim.htm
  40. http://www.arer.org/La-bagasse.html
  41. http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/filiere-de-la-betterave-a-sucre-tereos-demarre-sa-campagne-77757.html
  42. http://www.alcool-bioethanol.net/pages/alcools/alcools-coproduits.php
  43. http://www.tereos.com/fr-fr/groupe/profil/implantations.html
  44. www.tereos.com/upload/pdf/BD_Tereos_RA2012_planches.pdf
  45. www.tereos.com/upload/pdf/BD_Tereos_RA2012_planches.pdf
  46. http://www.lefigaro.fr/societes/2010/06/01/04015-20100601ARTFIG00542-tereos-poursuit-son-expansion-au-bresil-et-a-la-reunion.php
  47. http://www.usinenouvelle.com/article/tereos-s-empare-de-la-reunion.N124063
  48. www.tereos.com/upload/pdf/BD_Tereos_RA2012_planches.pdf
  49. www.tereos.com/upload/pdf/BD_Tereos_RA2012_planches.pdf
  50. http://www.lesechos.fr/11/05/2012/LesEchos/21183-092-ECH_tereos-syral-va-traiter-100-000-tonnes-d-amidon-a-marckolsheim.htm
  51. http://www.fusacq.com/buzz/tereos-acquiert-le-bresilien-halotek-a13939.html
  52. http://www.usinenouvelle.com/article/tereos-s-attaque-a-la-chine.N167432
  53. www.tereos.com/upload/pdf/BD_Tereos_RA2012_planches.pdf
  54. http://www.tereos.com/fr-fr/finance/chiffres-cles1.html
  55. http://www.tereos.com/rapport-annuel-2011/Tereos_rapport_annuel_2011.pdf
  56. http://www.tereos.com/upload/pdf/BD_Tereos_RA2012_planches.pdf

Lien externe[modifier | modifier le code]