Terence Hanbury White

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir White.

Terence Hanbury White

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Photographie de romancier populaire T. H. White sur sa fiction arthurienne.

Nom de naissance Terence Hanbury White
Autres noms T. H. White[1],[2]
James Aston[3],[4],[5]
Activités Romancier
Naissance 29 mai 1906[1]
Bombay, Inde[1],[6]
Décès 17 janvier 1964 (à 57 ans)[1],[2]
Le Pirée, Grèce[1][2]
Langue d'écriture Anglais britannique
Genres Roman, poésie
Distinctions Prix Hugo

Œuvres principales

Compléments

Terence Hanbury White (né en 1906 à Bombay (Inde) et mort en 1964 au Pirée[1],[6]) est un auteur anglais de fantasy célèbre pour un de ses romans adapté en dessin animé par Walt Disney sous le nom de Merlin l'Enchanteur (1963).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un policier indien alcoolique, Garrick Hansbury White, et d'une mère froide, Constance White[2],[8], il gardera de son enfance une sensibilité à fleur de peau ainsi qu'un état de névrosé[6]. Afin de vaincre ses frayeurs et son sentiment permanent du danger, il apprend à piloter les avions, conduire des bolides, sauter en parachute, pêcher le saumon[9]. Étudiant brillant à Cambridge dans les années 1930[1],[6],[10], il se retira néanmoins en Irlande[11], fuyant ses semblables et se consacrant à ses passions : les chiens, les oiseaux, les paysages, mais également le Moyen Âge, l'histoire naturelle et les fées.

J. K. Rowling décrit White comme « l'ancêtre spirituel de Harry Potter[12],[13],[14] ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

Son cycle romanesque, La Quête du Roi Arthur (The Once and Future King) - dénonce par le biais de la fantasy les régimes fasciste et nazi. Elle comprend :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) J. Moulder & M. Schaefer., « Terence Hanbury White (1906-1964) », sur England Have My Bones,‎ 1996 (consulté le 12 décembre 2013)
  2. a, b, c et d (en) « T.H. WHITE DEAD; NOVELIST WAS 57 », sur The New York Times,‎ 1964 (consulté le 12 décembre 2013)
  3. (en) « WHITE, T. H. (James ASTON). First Lesson. New York: Alfred A. Knopf, 1933. », sur Yesterday’s Gallery (consulté le 12 décembre 2013)
  4. (en) « They Winter Abroad Hardcover – January 1, 1932 », sur Amazon,‎ 1932 (consulté le 12 décembre 2013)
  5. (en) J. Moulder and M. Schaefer., « They Winter Abroad », sur England Have My Bones,‎ 1996 (consulté le 12 décembre 2013)
  6. a, b, c et d (en) Frank Northen Magill, « T. H. White », sur Cyclopedia of World Authors, Fourth Revised Edition.,‎ 1997 (consulté le 12 décembre 2013)
  7. (en) Michael Llewellyn Smith, Athens: A Cultural and Literary History, Signal Books,‎ 2004, 257 p. (ISBN 1902669819, lire en ligne), p. 100
  8. (en) Patricia Craig, Lives and Letters, The Times Literary Supplement,‎ 1989, p. 362
  9. (en) T. H. White, The Book of Merlyn, Fontana/Collins,‎ 1978 (ISBN 0-00-615725-4, lire en ligne), The Story of the Book
  10. (en) « Fellows 1900 - 99 », sur Queen's College Cambridge (consulté le 12 décembre 2013)
  11. (en) Walter Allen, « Lucky In Art Unlucky In Life », sur The New York Times,‎ 1968 (consulté le 12 décembre 2013)
  12. (en) « JK (Joanne Kathleen) Rowling », sur Guardian News,‎ 2008 (consulté le 12 décembre 2013)
  13. (en) « White is an influence on JK Rowling », sur Evi Technologies Ltd,‎ 2007 (consulté le 12 décembre 2013)
  14. « Who did T. H. White influence? », sur Evi Technologies Ltd,‎ 2007 (consulté le 12 décembre 2013)