Teofilo Patini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Teofilo Patini

Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait de Teofilo Patini.

Naissance
Castel di Sangro
Décès 16 novembre 1906
Naples
Nationalité Italien Drapeau de l'Italie
Activités peinture
Maîtres Giuseppe Mancinelli, Giovanni Salomone, Biagio Molinari, Filippo Palizzi

Teofilo Patini (Castel di Sangro, - Naples est un peintre italien actif au XIXe et au début du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de philosophie à l'université de Naples, Teofilo s'inscrit en juillet 1856 aux cours de peinture de l'Académie des beaux-arts de Naples (it). Il a pour maîtres Giuseppe Mancinelli, Giovanni Salomone et Biagio Molinari et se lie bientôt au groupe de peintres dirigé par Filippo Palizzi dont il est fervent élève.

Teofilo fait des voyages d'études à Florence (1868) et à Rome (1870) pour retourner ensuite à Castel di Sangro en 1873. En 1882, il fonde l'École des arts et métiers à L'Aquila.

À sa mort, le 16 novembre 1906, il est enterré dans le cimetière de Poggioreale (it) à Naples, dans le secteur dédié aux artistes; récemment, la ville de Castel di Sangro a demandé à la ville de Naples de pouvoir transférer la dépouille à Castel di Sangro, où l'on a réalisé une tombe digne de son nom. Le stade de l'équipe de football de Castel di Sangro est baptisé Teofilo Patini en l'honneur du peintre. Diverses écoles portent aussi son nom, telles que le lycée scientifique de Castel di Sangro et une école secondaire de L'Aquila.

À Castel di Sangro, on a récemment érigé une statue commémorative sur la place Patini centrale.

Genre et but de ses œuvres[modifier | modifier le code]

Socialiste pur et dur, il a peint des tableaux illustrant la vie paysanne des Abruzzes de la fin du XIXe siècle et du début du [XXe siècle, mettant en relief la condition de pauvreté de la région et la capacité de résistance et de sacrifice de la population.

Trois de ses œuvres, notamment, ont une forte connotation politique et sont ainsi considérées comme une « trilogie sociale » : Bêche et lait (it), L'héritier et Bêtes de somme (it).

Il fit aussi des représentations d'images sacrées dans des peintures et des fresques.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

L'importance de son œuvre apparaît à partir des années 1970. Voici ses œuvres les plus importantes :

  • La Première Leçon d'équitation (2 versions) ;
  • La Chaîne ;
  • Les Trois Petites Orphelines ;
  • L'Héritier (2 versions) ;
  • Bêche et Lait (2 versions) ;
  • Bêtes de somme (it) ;
  • L'Aquila (fresque) ;
  • Pulsations et Battements de cœur (Pulsazioni e palpiti ;
  • Ventre et Cœur ;
  • L'Ange gardien ;
  • I Bravi ;
  • La Sainte Face ;
  • Les Notables de mon village (I Notabili del mio paese) ;
  • Le joueur de fifre (Il pifferaio).

L'une de ses dernières œuvres est la fresque de l'amphithéâtre de l'université de Naples.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Augusto Antonino Vicentini, Il quadro di S. Carlo Borromeo dipinto dal Cavalier Teofilo Patini, Inaugurato il 4 novembre 1888 nel Duomo di Aquila, Discorso pubblicato dalla congregazione dei Milanesi, Aquila, Tip. Vecchioni, 1888.
  • Orazio D'Angelo, « L' arte nuova di Teofilo Patini », Aquila, Tip. di A. Perfilia, 1905, extrait du journal Le Notizie, no 25.
  • Beniamino Costantini, « L' arte di Teofilo Patini », Teramo, A. De Carolis, 1910, extrait de Rivista abruzzese di scienze, lettere ed arti, 1910, fasc. I-II, janvier-février 1910.
  • Vincenzo Marchesani, Il dolore nell'arte di Teofilo patini, Aquila, Tip. F. Cellamare, 1927.
  • Ettore Moschino, Teofilo Patini nella Mostra aquilana, Aquila, Off. graf. Vecchioni, 1935.
  • Virgilio Serafini, Il pittore dei poveri, Teofilo Patini, Teramo, Ars et Labor, 1949.
  • Raffaele Aurini, Dizionario bibliografico della Gente d'Abruzzo, vol. I, Teramo, Ars et Labor, 1952, ad vocem ; et dans la nouvelle édition sous la direction de Fausto Eugeni, de Luigi Ponziani et de Marcello Sgattoni, Colledara, Andromeda editrice, 2002, vol. IV, ad vocem.
  • Mostra retrospettiva delle opere di Teofilo Patini, sur l'initiative de la municipalité de L'Aquila et de la Fondazione premio nazionale di pittura "F.P.Michetti" ; sous la direction de la Sopraintendenza ai Monumenti e Gallerie dell'Abruzzo e Molise, L'Aquila, Municipalité de L'Aquila, 1954.
  • Cosimo Savastano, L' arte di Teofilo Patini, Sulmona, Rotary Club, 1971.
  • Cosimo Savastano, Teofilo Patini e la sua gente , L'Aquila, Japadre, 1982.
  • Cosimo Savastano, Teofilo Patini e Rocca Pia, Bestie da soma, \S.l., s.n., impression en 1983! (Castel di Sangro, Alfa).
  • Cosimo Savastano, Tre orfani di Teofilo Patini, Castel di Sangro, 1986.
  • Mostra di Teofilo Patini, L'Aquila-Naples 1989-1990, sous la direction de Ferdinando Bologna, L'Aquila, Comitato per le celebrazioni patiniane, 1989.
  • Patini, momenti d'arte e di vita, mostra omaggio a Teofilo Patini, Centro studi G. Salvemini, Centro studi Patini, Isernia-Castel di Sangro, sous la direction de Cosimo Savastano, Castel di Sangro, Comitato per le celebrazioni patiniane, 1991.
  • Enrichetta Santilli, Il Santuario della Madonna della Libera in Pratola Peligna. Guida storico artistica, Pratola Peligna, Tipografia Vivarelli, 1995.
  • Enrichetta Santilli, Calendario d'Arte della Madonna della Libera-Anno 2004, Pratola Peligna, Comitato della Madonna della Libera, 2003, p. 1-12.

Sources[modifier | modifier le code]