Tentative d'assassinat du président Ronald Reagan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tentative d'assassinat du président Ronald Reagan.

La tentative d'assassinat du président Ronald Reagan s'est produite le 30 mars 1981, soixante-neuf jours après le début de la présidence du président des États-Unis Ronald Reagan. Lors d'une allocution à l'Hôtel Hilton à Washington, le président et trois autres personnes, le porte-parole de la Maison Blanche James Brady, l'officier de police Thomas Delahanty (en), le garde du corps Tim McCarthy (en) sont blessés par John Warnock Hinckley Jr..

Le président Reagan est atteint par balle à la poitrine et au flanc droit : il subit une perforation du poumon et des hémorragies internes, mais une prise en charge médicale rapide lui permet de récupérer rapidement. Aucune invocation formelle de la succession présidentielle (en) n'a eu réellement lieu.

En fin de compte, personne n'a été tué le jour de l'attaque mais James Brady est resté paralysé et handicapé à vie. Il mourut le 4 août 2014 des suites des blessures subies lors de cet attentat[1].

En juin 1982, Hinckley est déclaré non coupable pour cause d'aliénation mentale (troubles psychiques ou neuropsychiques ayant entravé ou aboli son discernement) et interné dans un établissement psychiatrique. Le décès en août 2014 de James Brady, pourrait conduire à une qualification d'homicide contre John Hinckley Junior. De part ce changement ce dernier pourrai être rejugé et connaître un verdict différent.

Notes et références[modifier | modifier le code]