Tempête Friedhelm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tempête Friedhelm
Friedhelm sur les îles britanniques, le 8 décembre 2011
Friedhelm sur les îles britanniques, le 8 décembre 2011
Localisation
Pays Drapeau de l’Irlande Irlande
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau du Danemark Danemark
Drapeau de la Suède Suède
Caractéristiques
Type Tempête synoptique hivernale
Vent maximal 266 km/h
Pression minimale 957 hPa
Date de formation
Date de dissipation


La tempête Friedhelm est une dépression météorologique majeure ayant généré un épisode de vents violents sur les îles Britanniques et les pays scandinaves entre le 7 et le 13 décembre 2011. Cette tempête synoptique, très creuse (957 hPa), a particulièrement touché l'Irlande et l'Écosse, où des bourrasques de 265 km/h ont été relevées dans les Cairngorms (à 1245 mètres d'altitude). Des rafales de 179 km/h ont été relevées sur les hauteurs des Highlands, tandis qu'en plaine, les îles de Tiree et South Uist ont été balayées par des vents pouvant atteindre jusqu'à 140 km/h, causant de multiples dégâts, des coupures d'électricité et des annulations dans les transports. Des valeurs plus « modérées » ont été relevées à Glasgow, où des vents avoisinant les 115 km/h en rafales ont été enregistrés[1]. En se décalant vers l'est, Friedhelm perd progressivement en intensité, mais provoque néanmoins de nouveaux dégâts dans le sud de la Scandinavie, particulièrement en Suède, où 14 000 foyers sont privés d'électricité[2].

Le nom Friedhelm provient d'une liste de noms utilisée depuis 1954 par l’Université Libre de Berlin (ULB) pour nommer les tempêtes synoptiques qui affectent l'Europe. Son usage s'est répandu aux autres pays du continent depuis cette époque. Depuis 2002, l’ULB utilise des noms suggérés par le public qui doit payer un certain montant servant au financement de l'observatoire météorologique de l’université.

Certains médias britanniques ont popularisé le terme d'origine scots Hurricane Bawbag (« ouragan scrotum »), qui n'est toutefois pas repris par la communauté scientifique.

Déroulement des événements[modifier | modifier le code]

L'irruption de cette dépression s'inscrit dans un contexte de régime d'ouest très dynamique, caractérisé par une succession de perturbations très actives touchant le nord de l'Europe et les îles britanniques à partir du début du mois de décembre. Le 7 décembre, le Met Office note le creusement d'un système de basse pression sur l'Atlantique nord. En raison de son potentiel explosif, il publie un communiqué et une alerte de niveau rouge (le niveau maximum) pour la Central Belt, en Écosse[3]. Conscient de la dangerosité potentielle du phénomène, le gouvernement écossais ordonne la fermeture des écoles, collèges, lycées et universités, de même que des musées, bibliothèques et de nombreuses infrastructures publiques[4]. La police recommande aux habitants de limiter leurs déplacements, et plusieurs ponts (Tay, Forth, Skye et Erskine) sont fermés au trafic de manière préventive[5]. Les médias sont mis à contribution, et sont chargés de diffuser les consignes de prudence émises par les autorités.

Mer démontée pendant la tempête Friedhelm à Gourok, Inverclyde (Écosse)

Portée par un courant-jet relativement puissant, la dépression se décale progressivement vers les terres et atteint l'Irlande, l'Écosse, le Pays de Galles et le nord de l'Angleterre dans la journée du 8 décembre, accompagnée de vents violents avoisinant les 115 à 140 km/h en plaine, et dépassant les 200 km/h sur les reliefs (265 km/h enregistrés dans les Cairngorms). De nombreux dégâts matériels sont relevés : toitures arrachées, matériel urbain endommagé, arbres déracinés; des coupures de courant affectent jusqu'à 150 000 personnes au plus fort de la tempête[6].

En Irlande, de violentes bourrasques de près de 140 km/h causent des dégâts matériels, en particulier sur les côtes nord, dans le Donegal. À Dublin, quelques dégâts sont également signalés (arbres arrachés, chute de cheminées...)[7]. Plusieurs rivières sortent de leur lit, des routes sont coupées et des coupures d'électricité sont relevées. Les chemins de fer tournent au ralenti et un pont reliant la péninsule de Fanad à Carrigart est fermé au trafic.

En Écosse, région plus durement touchée, de nombreuses perturbations dans les transports sont relevées : ScotRail se voit contraint d'assurer un service restreint, tandis que de nombreuses infrastructures routières sont purement et simplement coupées, notamment entre Édimbourg et Aberdeen et Perth et Dundee[8]. Les aéroports de Glasgow et d'Edimbourg voient leur trafic perturbé, le premier étant contraint d'annuler 97 vols, et le second, 21 vols[9]. En mer, où des creux importants sont enregistrés, les ferries assurant la liaison avec les Hébrides extérieures restent au port. Des incidents sont signalés de part et d'autre du territoire : rues coupées suite à des chutes d'arbres ou de toitures à Campbeltown, Falkirk et Stirling, incendie d'une éolienne à Ardrossan[10], décorations de noël arrachées à Aberdeen, montée des eaux de la Clyde à Glasgow, causant une submersion partielle des quais[11]. Le nord de l'Angleterre est également sérieusement touché, et des inondations sont relevées en Cumbrie et dans le nord du Yorkshire[12].

Au Pays de Galles, de puissantes rafales de vent balaient la péninsule de Llŷn, où des pointes à 130 km/h sont relevées. À Swansea, des valeurs de l'ordre de 110 km/h sont enregistrées[13].

Le 9 décembre, la tempête se déplace vers les pays scandinaves. En Suède, où les services météorologiques ont émis une alerte de niveau deux[14] (orange), sur une échelle qui en compte trois, de violentes précipitations associées à de puissantes rafales de vent causent des inondations à Göteborg. Le pont d'Älvsborg et le tunnel de Göta sont fermés à la circulation[15], et près de 14 000 foyers sont privés d'électricité[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Violente tempête en Ecosse : jusqu'à 266 km/h », sur Meteo-Consult.fr
  2. a et b (en) « Motorists trapped in flooded Gothenburg », The Local,‎ 10 décembre 2011 (lire en ligne)
  3. (en) « Red alert as weather warning issued for Lothians », The Scotsman,‎ 7 décembre 2011 (lire en ligne)
  4. (en) « Scottish Government asks schools to close for severe gales », The Courier (consulté le 10 déc. 2011)
  5. (en) P. A., « 100mph winds disrupt schools and transport », The Independent,‎ 8 décembre 2011 (lire en ligne)
  6. (en) « Scotland storm: Work to restore power to homes », BBC News,‎ 8 décembre 2011 (consulté le 9 décembre 2011)
  7. (en) Cormac Murphey, « Ireland battered by 130kmh winds », Herald.ie,‎ 8 décembre 2011 (lire en ligne)
  8. (en) « The Big Storm: Winds reach 165mph, schools shut and transport in chaos as Scotland takes a battering », The Daily Record (consulté en 2011-12-09)
  9. (en) « Scotland Shut Down By Snow And 165mph Gusts », Sky News, BSkyB,‎ 8 décembre 2011 (consulté le 8 décembre 2011)
  10. (en) « In pictures: Scotland battered by winter storm », BBC News,‎ 2011-12-04 (consulté en 2011-12-09)
  11. (en) Ewan Palmer, « UK Weather Warning: Chaos Fears as 151mph Winds Batter Scotland, Northern England », International Business Times, New York, The International Business Times Inc.,‎ 8 décembre 2011 (lire en ligne)
  12. (en) « Three rescused from floodwaters and bridge collapses in Yorkshire Dales », Northen Echo (consulté le 11 décembre 2011)
  13. (en) « Wales battered by strong wind and rain as storm hits », BBC News,‎ 8 décembre 2011 (consulté le 10 décembre 2011)
  14. (en) « Warnings as winterstorm heads towards Sweden », The Local,‎ 8 décembre 2011 (lire en ligne)
  15. (en) « Strong winds close Älvsborg Bridge », Göteborgdaily,‎ 9 décembre 2011 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]