Teloché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Teloché
La chapelle Notre-Dame-de-l’Épine.
La chapelle Notre-Dame-de-l’Épine.
Blason de Teloché
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Le Mans
Canton Écommoy
Intercommunalité Communauté de communes de l'Orée de Bercé Bélinois
Maire
Mandat
Gérard Lambert
2014-2020
Code postal 72220
Code commune 72350
Démographie
Gentilé Telochéen
Population
municipale
3 020 hab. (2011)
Densité 133 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 53′ 17″ N 0° 16′ 10″ E / 47.8881, 0.2694 ()47° 53′ 17″ Nord 0° 16′ 10″ Est / 47.8881, 0.2694 ()  
Altitude Min. 57 m – Max. 101 m
Superficie 22,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
Teloché

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
Teloché

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Teloché

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Teloché
Liens
Site web www.mairiedeteloche.fr

Teloché est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 3 020 habitants[Note 1] (les Télochéens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Teloché est situé dans le pays belinois, à 16 km au sud du centre du Mans.

Le sol y est propice à de nombreuses cultures dont le chanvre qui, pendant longtemps, fut une manne pour la région.

Communes limitrophes de Teloché[1]
Mulsanne Ruaudin Brette-les-Pins
Mulsanne,
Laigné-en-Belin
Teloché[1] Brette-les-Pins,
Saint-Mars-d'Outillé
Laigné-en-Belin Écommoy Saint-Mars-d'Outillé

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon Albert Dauzat et Charles Rostaing, le toponyme est attesté sous la forme Talipiacus pour l'an 832 et ils en attribuent l'origine à l'anthroponyme gaulois Taluppius[2]. Le nom deviendra Thelochium (XVIe siècle)[réf. nécessaire], puis Theloché (XVIIIe siècle), avant que ne se fige son orthographe actuelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines du bourg de Teloché remonte à l'époque gallo-romaine[réf. nécessaire].

La commune de Teloché produisait du chanvre. Il est encore possible d'y observer de nombreux fours à chanvre. La production du chanvre a périclité après la guerre avec l'apparition des matières synthétiques, pour connaître un renouveau depuis peu, notamment en raison de ses qualités isolantes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Téloché

tiercé; en bande : au premier d'azur à l'étoile d'argent, au deuxième d'or au casque gaulois de sinople, au troisième de gueules au lion léopardé d'or posé en bande[3].

Le casque évoque les origines celtiques de Téloché, les autres éléments étant un rappel des deux principales seigneuries sises, jadis, sur le ban de la commune : l’étoile d’argent sur fond d’azur est empruntée aux armoiries du Rancher, et le lion se retrouve sur celles du Posset.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1898   - Dronne    
         
mars 1994 mars 2001 Georges-Yves Simon    
mars 2001 mars 2008 France Ménager    
mars 2008 juin 2011[4] Roger Houdus SE retraité cadre EDF
juin 2011[5] mars 2014 Françoise Gaignon SE Secrétaire comptable
mars 2014 en cours Gérard Lambert[6] DVG Retraité
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de vingt-trois membres dont le maire et six adjoints[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 020 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 238 1 301 1 260 1 419 1 522 1 564 1 523 1 539 1 560
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 506 1 521 1 575 1 567 1 669 1 603 1 616 1 723 1 767
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 784 1 696 1 668 1 545 1 600 1 629 1 686 1 664 1 703
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 744 1 793 2 043 2 355 2 521 2 654 2 990 3 039 3 016
2011 - - - - - - - -
3 020 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul.
  • Notre-Dame-de-l'Épine : la petite chapelle pastorale de Notre-Dame-de-l'Épine a été érigée au XVe siècle sur le lieu même où la Vierge Marie fit une apparition au-dessus d'un buisson d'aubépine et prédit la fin de la guerre et de l'épidémie de peste qui ravageaient la région. L'édifice présente des peintures murales datant du XVe siècle. Pendant très longtemps la chapelle fut un lieu de pèlerinage.
  • Le Rancher : la seigneurie qui existait déjà au temps des croisades fut transmise en 1874 à la Congrégation des Frères des Écoles chrétiennes qui réalisa d’importants travaux et érigea un noviciat ainsi qu'un juvénat où, pendant près d’un siècle, furent instruits et formés de nombreux religieux. En 1888, la Congrégation construisit une nouvelle chapelle, de style néo-gothique, coiffée d’un clocheton, pour remplacer l’ancienne. En 1914, et pour toute la durée du conflit, les frères mirent à disposition des autorités une partie des locaux afin d’établir un hôpital pour accueillir les blessés et les convalescents. Aujourd'hui, le Rancher est une maison de retraite pour religieux et, depuis 1973, un collège[10].
  • Les fours à chanvre : ils sont généralement de forme arrondie. Il en existe de rares exceptions de forme parallélépipédique. Celui qui est présenté sur la photo ci-dessous est double (deux fours accolés).
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Activité, label et manifestations[modifier | modifier le code]

Label[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie (deux fleurs) au concours des villes et villages fleuris[11].

Sports[modifier | modifier le code]

L'Association sportive Mulsanne-Teloché (ASMT) est un club de football issu du rapprochement du club de Mulsanne (commune limitrophe) et de celui de Teloché. Le club de Mulsanne étant en difficulté financière, il eut pour seule chance de salut de fusionner avec celui de Teloché. Cela a permis au club de se développer. L'équipe séniors A put se placer dans les cinq premières places de DSR (Division supérieure régionale) en mars 2008. En 2012-2013, le club fait évoluer deux équipes de football en ligue du Maine et une troisième équipe en division de district[12]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Louis-Élisabeth de La Vergne de Tressan, romancier du XVIIIe siècle connu pour ses adaptations de romans de chevalerie du Moyen Âge, propriétaire du château du Rancher.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[13].
  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  3. « GASO, la banque du blason - Teloché » (consulté le 16 novembre 2012)
  4. « Ouest-france.fr - Après sa démission, Roger Houdus s'explique - Teloché » (consulté le 14 juin 2011)
  5. « Ouest-france.fr - Quelques changements au sein de l'équipe municipale - Teloché » (consulté le 10 décembre 2011)
  6. « De nouveaux maires et adjoints élus dès ce vendredi soir », Le Maine libre,‎ 28 mars 2014 (consulté le 30 mars 2014).
  7. « Teloché (72220) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 21 mai 2014)
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  10. L'un des propriétaires du château fut Louis-Élisabeth de La Vergne de Tressan (1705-1783), académicien connu pour ses adaptations de romans chevaleresques du Moyen Âge.
  11. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le 16 novembre 2012)
  12. « Site officiel de la Fédération française de football – AS Mulsanne-Teloché » (consulté le 16 novembre 2012)
  13. Site de l'IGN.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frère Gabriel Émonnet, Teloché en pays belinois.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]