Tellem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Village de Téli (pays Dogon - Mali), vestiges d'habitats Tellem dans la falaise.

Les Tellem (« ceux qui étaient avant nous », selon l'expression des Dogons[1]) sont un peuple qui vivait au Mali, dans la Falaise de Bandiagara, en Pays Dogon. Dans les alvéoles rocheuses de cette falaise rouge, des constructions en glaise abritent des ossements des Tellem ainsi que des vestiges témoins de leur civilisation, bien antérieure à celle des Dogons.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'arrivée des Tellem à Bandiagara - où ils auraient succédés aux Toloy - remonte au XIe siècle. Les fouilles archéologiques ont permis de retrouver de nombreux ossements mais aussi des objets comme des tissus, de la vannerie, des perles, des poteries…

Ils vivaient en troglodytes, leurs maisons construites dans la falaise. De petite taille, ils sont, à tort, souvent associés aux pygmées. Ils vivaient de la pêche, de la cueillette, de l'agriculture à la houe, de l'élevage et de la chasse à l'arc.

Dans les nécropoles, ils plaçaient les offrandes aux côtés des défunts, tantôt dans leurs vêtements (les femmes portaient un cache-sexe de fibres tressées[2]) ou parfois enveloppées dans des couvertures. Les squelettes gisant épars ; de toute évidence les dépouilles furent progressivement déplacées afin de ménager de l'espace pour de nouvelles inhumations. Afin de pouvoir établir l'identité biologique de la population tellem, ces squelettes ont été examinés. Ils appartiennent tous à un seul groupe, à caractères anthropométriques reconnaisables, dont la composition génétique n'a pas beaucoup changé pendant les 5 siècles de son existence.

Au XIVe siècle, les Dogons, venant du pays Mandé et qui fuient l'islamisation, arrivent dans les falaises. Les Tellem fuient à leur tour pour se réfugier vers le sud, au Burkina Faso. Les sécheresses, les famines et les maladies entraîneront leur disparition.

Les anciennes maisons des Tellem, sises en hauteur le long de la falaise, serviront de cimetière pour les Dogons qui hissent les corps de leurs morts à l’aide de cordes.

Culture[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rogier M. A. Bedaux, Tellem, reconnaissance archéologique d'une culture de l'Ouest africain au Moyen Age : recherches architectoniques, Journal de la Société des Africanistes, V. 42, 1972
  2. (fr) Rogier Michiel Alphons Bedaux et Rita Bolland, « Vêtements médiévaux du Mali : les cache-sexe de fibre des Tellem », Bâle, 1989, p. 15-34

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Rogier Michiel Alphons Bedaux, «Tellem and Dogon material culture», in African arts (Los Angeles), 21 (4), août 1988, p.38-45, 91.
  • (en) Laure Meyer, «With raised arms, the Tellem-Dogon prayed for rain», in African forms: art and rituals, Assouline, New York, 2001, p.39.
  • (fr) Rogier Michiel Alphons Bedaux, «Tellem, reconnaissance archéologique d'une culture de l'Ouest africain au Moyen Âge : les appuie-nuque», in Journal de la Société des africanistes, 44 (1), 1974, p.7-42: en libre accès sur le portail Persée [1].
  • (fr) Rogier Michiel Alphons Bedaux et Rita Bolland, «Tellem, reconnaissance archéologique d'une culture de l'Ouest africain au Moyen Âge: les textiles», in Journal des Africanistes, 50 (1), 1980, p.9-23: en libre accès sur Persée [2].
  • (fr) Rogier Michiel Alphons Bedaux et A. G. Lange, «Tellem, reconnaissance archéologique d'une culture de l'Ouest africain au Moyen Âge : la poterie», in Journal des Africanistes, 53 (1-2), 1983, p.5-59 : en libre accès sur Persée [3].
  • (fr) Rogier Michiel Alphons Bedaux et Rita Bolland, «Vêtements médiévaux du Mali: les cache-sexe de fibre des Tellem», in Beate Engelbrecht et Bernhard Gardi (dir.), Man does not go naked: Textilien und Handwerk aus afrikanischen und anderen Ländern, Ethnologisches Seminar der Universität und Museum für Völkerkunde, Bâle, 1989, p.15-34.
  • (fr) Rogier Michiel Alphons Bedaux, «Des Tellem aux Dogon: recherches archéologiques dans la boucle du Niger (Mali)», in Gigi Pezzoli (dir.), Dall'archeologia all'arte tradizionale africana = De l'archéologie à l'art traditionnel africain = From archaeology to traditional African art, Centro Studi Archeologia Africana, Milan, 1992, p. 83-101.
  • (fr) Rogier Michiel Alphons Bedaux, « Les textiles Tellem », in Musée national du Mali. Textiles du Mali, Musée national du Mali, Bamako, 2003, p.23-29.
  • (fr) Bernard de Grunne, « La sculpture classique Tellem : essai d'analyse stylistique », in Arts d'Afrique noire (Arnouville), n°;88, hiver 1993, p.19-30.
  • (fr) Bernhard Gardi, « Les traditions avant 1500: Tellem, Mali », in Boubou - c'est chic : les boubous du Mali et d'autres pays de l'Afrique de l'Ouest, Éditions Christoph Merian, Museum der Kulturen Basel, Bâle, 2000, p.42-45 ; 185.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :