Telescopus fallax

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Telescopus fallax

Description de cette image, également commentée ci-après

Telescopus fallax

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Serpentes
Infra-ordre Alethinophidia
Famille Colubridae
Sous-famille Colubrinae
Genre Telescopus

Nom binominal

Telescopus fallax
(Fleischmann, 1831)

Synonymes

  • Coluber vivax Fitzinger, 1826
  • Tarbophis fallax Fleischmann, 1831
  • Trigonophis iberus Eichwald, 1831
  • Tarbophis vivax var. syriaca Boettger, 1880

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Telescopus fallax est une espèce de serpents de la famille des Colubridae[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre dans le Nord-Est de l'Italie, en Grèce, en Albanie, dans les régions côtières de Croatie, en Bosnie-Herzégovine, au Monténégro, dans le Sud de la Bulgarie, en Turquie, à Malte, à Chypre, en Israël, en Syrie, en Iran, en Irak, dans le Caucase russe, en Arménie, en Géorgie et en Azerbaïdjan[1].

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (20 février 2014)[2] :

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de cette espèce, fallax, vient du latin fallax, « trompeur », en référence au fait que malgré son œil de vipère et ses crochets venimeux il s'agit bien d'une couleuvre[3].

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Barbour & Amaral, 1927 : Studies on African Ophidia. Bulletin of the Antivenin Institute of America, vol. 1, no 1, p. 25-27.
  • Boettger, 1880 : Die Reptilien und Amphibien von Syrien, Palaestina und Cypern. Bericht über Senckenbergische Naturforschende Gesellschaft, vol. 1880, p. 132-219 (texte intégral).
  • Eichwald, 1831 : Zoologia specialis, quam expositis animalibus tum vivis, tum fossilibus potissimuni rossiae in universum, et poloniae in specie, in usum lectionum publicarum in Universitate Caesarea Vilnensi. Zawadski, Vilnae, vol. 3, p. 1-404 (texte intégral).
  • Fleischmann, 1831 : Dalmatiae nova serpentum genera. Heyder, Erlangen, p. 1-35.
  • Gruber, 1974 : Zur Taxonomie und Ökologie der Reptilien von der Insel Antikythira. Salamandra, vol. 10, no 1, p. 31-46.
  • Stepanek, 1944 : Zur Herpetologie Griechenlands. Věstník Československé Zoologické Společnosti v Praze, vol. 9, p. 123-147.
  • Wettstein, 1952 : Dreizehn neue Reptilienrassen von den Ägäischen Inseln. Anzeiger der Mathematisch-Naturwissenschaftliche Klasse, Österreichische Akademie der Wissenschaften, Wien, vol. 89, p. 251—256.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Reptarium Reptile Database, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Reptarium Reptile Database, consulté le 20 février 2014
  3. Jean Lescure et Bernard Le Garff, L'étymologie des noms d'amphibiens et de reptiles d'Europe, Belin, coll. « Éveil nature »,‎ 2006, 207 p. (ISBN 2-7011-4142-7)