Teillé (Loire-Atlantique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Teillé.
Teillé
Image illustrative de l'article Teillé (Loire-Atlantique)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Ancenis
Canton Riaillé
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Ancenis
Maire
Mandat
André Guihard
2014-2020
Code postal 44440
Code commune 44202
Démographie
Gentilé Teilléens
Population
municipale
1 743 hab. (2011)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 27′ 45″ N 1° 16′ 42″ O / 47.4625, -1.2783333333347° 27′ 45″ Nord 1° 16′ 42″ Ouest / 47.4625, -1.27833333333  
Altitude Min. 17 m – Max. 64 m
Superficie 28,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Teillé

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Teillé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Teillé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Teillé
Liens
Site web http://www.pays-ancenis.fr/

Teillé est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire). Elle fait partie du canton de Riaillé.

La commune fait partie de la Bretagne historique et du Pays nantais.

Ses habitants sont les Teilléens et les Teilléennes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom actuel de Teillé provient soit du latin tilliaqum qui désigne un lieu planté de tilleuls ou de taillis soit du patronyme Teillacus[1].

Teillé possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Teilhaé (écriture ELG, prononcé [tɛ.jə ])[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Teillé est située à 10 km au nord-ouest d'Ancenis.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Teillé est une commune rurale multipolarisée, notamment par l'aire urbaine d'Ancenis, et qui fait partie de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Riaillé Riaillé Pannecé Rose des vents
Mouzeil N Pannecé
O    Teillé    E
S
Mouzeil Mésanger Mésanger

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Relief[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur une superficie de 28,55 km2. Son altitude minimale est de 17 mètres et sa maximale de 64 mètres. Son altitude moyenne est de 41 mètres[3].

Le territoire communal est relativement plat, accentué par quelques collines.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Teillé est traversée par la rivière Le Donneau laquelle est retenue au sud du bourg. Le ruisseau du Pont Neuf dans le Donneau à la sortie de la retenue[4].

Climat[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la zone d’influence du tempéré océanique. L'influence de ce climat est largement facilitée par l'estuaire de la Loire et l'absence de relief notable[5]. Les hivers sont doux (min -5 °C / max 10 °C) et pluvieux et les étés relativement beaux et doux également (min 17 °C / max 35 °C). Les pluies sont fréquentes mais peu intenses. Les précipitations annuelles sont d'environ 820 mm[6] et peuvent fortement varier d'une année à l'autre. Les chutes de neige y sont exceptionnelles.

La station météo la plus proche est celle de Nantes, dont les relevés sur la période 1961-1990 sont les suivants :

Relevé météorologique de Teillé
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 2,8 4 5,9 9 11,9 13,9 13,5 11,8 8,9 5,1 3 7,7
Température moyenne (°C) 5,4 6,2 8,1 10,4 13,6 16,9 19,1 18,7 16,8 13,1 8,6 6 11,9
Température maximale moyenne (°C) 8,4 9,6 12,2 14,9 18,2 21,9 24,4 24 21,8 17,3 12 9 16,1
Précipitations (mm) 86,6 70,2 69,1 49,9 64,1 45 46,4 44,8 62,2 79,2 86,9 84,1 788,5
Source : Climatologie mensuelle de 2007 - Nantes, France


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune est composée d'un bourg principal et d'autres lieux-dits, hameaux et écarts tel que le Bois Bautier, la Guignardière, la Guibretière, les Linières, la Roche du Val ou la Gapaillère[4].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La D9 traverse Teillé du nord au sud. La D14 part du milieu du bourg vers le sud-est.

Une gare ferroviaire dessert Teillé.

L'aéroport le plus proche se trouve à Nantes (42 km).

Logements[modifier | modifier le code]

Il y a en tout 497 logements à Teillé. Parmi ceux-ci 92,5 % sont des résidences principales, 6,4 % des résidences secondaires et 1 % sont vacants[7].

73,3 % sont propriétaire contre 23,7 % de locataires. 3 % de la population sont logés gratuitement[7].

La majeure partie des habitations sont des maisons individuelles (98,7 %). Enfin le parc immobilier se compose de 0,9 % de studios, 9,1 % de 2 pièces, 25,4 % de 3 pièces, 24,8 % de 4 pièces et 31,5 % de 5 pièces ou plus[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

La découverte de monnaies gauloises et de poteries romaines attestent une occupation ancienne de la région[1].

La paroisse de Teillé semble exister depuis le XIIIe siècle[1].

La famille de La Guibourgère, qui a donné son nom à un château vers 1460 (le nom de Raoul de la Guibourgère), devint importante dans l'histoire de Teillé dès le XVe siècle. À l'époque, la seigneurie de la Guibourgère relevait directement de la châtellenie de Saint-Mars-la-Jaille et indirectement de la baronnie d'Ancenis[1].

Dans une correspondance datées de mai 1631, Louis XIII unit les seigneuries de la Guibourgère, la Ragotière, Mésanger, le Tremblay et le Teil (correspondant aux paroisses de Teillé, Mésanger, Trans, Pannecé et Riaillé) sous l'unique châtellenie de la Guibourgère et autorisa son possesseur à avoir une haute justice et un château fortifié[1].

De 1917 à 1950, une mine de charbon est ouverte à La Guibretière[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élection présidentielle de 2007

Lors du premier tour 25,33 % des voix étaient remportées par Nicolas Sarkozy et 23,12 % par François Bayrou et 22,02 % par Ségolène Royal. Lors du second tour 52,37 % des voix furent remportées par Nicolas Sarkozy contre 47,63 % pour Ségolène Royal. Le taux de participation fut de 88,65 % (moyenne nationale de 83,97 %) et 4,33 % des votes exprimés étaient blanc ou nul (moyenne nationale de 4,20 %).

Élections législatives de 2007

Teillé fait partie de la cinquième circonscription de la Loire-Atlantique (qui comprend les Cantons de Ancenis, Carquefou, La Chapelle-sur-Erdre, Ligné, Nantes VIII, Riaillé, Saint-Mars-la-Jaille, Varades).

Lors du second tour Michel Ménard a été élu.

Élections municipales de 2008

Le nombre d'inscrits était de 1 153 personnes. Le taux de participation a été de 74,93 % ; les bulletins blancs ou nuls ont représenté 1,62 % des votes exprimés.

Le maire sortant était Claude Dabo. Le nouveau maire est André Guihard.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé de conseillers élus pour 6 ans, au nombre de 19, puisque la population de Teillé était en 2008 comprise entre 1 500 et 2 500 habitants.

Maires successifs[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1799 1808 Jean David    
1808 1816 Mathurin Delanoue    
1816 1825 Jean Gaignard    
1825 1833 Alexandre-Prosper Camus de Pontcarré de La Guibourgère    
1833 1848 Julien Leveau    
1848 1855 Julien Ménard    
1855 1868 Félix Rouxeau    
1868 1872 Étienne Rousseau    
1872 1881 Alexis Gautier    
1881 1884 Édouard Marie Alexis Camus de la Guibourgère    
1884 1908 Félix Ménard    
1908 1929 Jean-Baptiste Lemercier    
1929 1947 Alexandre Ériau    
1947 1971 Jean-Baptiste Roussel    
1971 1989 Louis Guihard    
1989 mars 2008 Claude Dabo[Note 1]    
mars 2008 en cours André Guihard[Note 2] Divers droite retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 743 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 005 1 055 1 184 1 510 1 490 1 473 1 530 1 592 1 628
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 665 1 669 1 693 1 736 1 741 1 803 1 694 1 710 1 710
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 654 1 624 1 500 1 455 1 314 1 267 1 206 1 292 1 191
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 251 1 267 1 193 1 203 1 271 1 299 1 620 1 706 1 743
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[10])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,6 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) tout en étant toutefois supérieur au taux départemental (20,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,1 %) est supérieur au taux national (51,9 %).

Pyramide des âges à Teillé en 2009 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
1,3 
5,7 
75 à 89 ans
10,8 
12,0 
60 à 74 ans
12,8 
16,7 
45 à 59 ans
17,2 
24,6 
30 à 44 ans
19,3 
16,1 
15 à 29 ans
16,6 
24,6 
0 à 14 ans
22,0 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Société[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il y a deux écoles primaires à Teillé : l'école primaire privée Saint-Pierre et l'école primaire Jacques Demy[13].

En ce qui concerne l'enseignement secondaire, les collèges se trouvent à Riaillé, chef-lieu de canton, et les lycées à Ancenis.

En 2006, la population scolarisée comprenait, par tranche d'âge, 76,2 % des enfants de 2 à 5 ans, 100 % des enfants de 6 à 14 ans, 100 % de ceux ayant entre 15 et 17 ans, 29 % des adultes de 18 à 24 ans, 1,5 % des 25 à 29 ans et 0,3 % des plus de 30 ans[14].

Sur l'ensemble de la population non scolarisée, 13,6 % sont titulaires d'un CEP, 3,6 % du BEPC ou brevet des collèges, 29,7 % du CAP ou du BEP, 16,5 % du BAC ou un équivalent, 11,4 % d'un BAC +2 et 3,6 % d'un diplôme de niveau supérieur. 21,5 % de cette population n'a pas de diplôme[14].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La plus grande fête organisée sur cette commune est la fête du Pain et du Boudin qui se tient au plan d'eau le dernier dimanche d'août depuis 1980 et qui rassemble jusqu'à 15 000 visiteurs.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Teillé possède une église dédiée à Saint-Pierre.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le revenu moyen des ménages, pour l'année 2004, fut de 11 567 €/an, ce qui est inférieur à la moyenne nationale qui était de 15 027 €/an la même année.

Emploi[modifier | modifier le code]

La ville comptait en 2006, une population active de 962 personnes. Les chômeurs représentaient 2,7 %[15]). La population active occupée représentait quant à elle 77,5 % de ce total. Parmi ces derniers 265 étaient des salariés[15].

Répartition des emplois par domaine d'activité

  Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Teillé 10 % 4,7 % 4,7 % 13,3 % 27,3 % 40 %
Moyenne nationale 2,4 % 6,4 % 12,1 % 22,1 % 29,9 % 27,1 %
Sources des données : JdN[16]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Le nombre de créations d'entreprises pour l'année 2004 est de 4, ce qui place la commune au 9 695e rang au niveau national. La commune a atteint un nombre d'établissements total de 38 qui se répartissent de la façon suivante : industries agricoles et alimentaires (1, soit 2,6 % du total), industries des biens de consommation (3, soit 7,9 % du total), industries des biens d'équipement (1, soit 2,6 % du total), construction (11, soit 28,9 % du total), commerce (9, soit 23,7 % du total), transport (1, soit 2,6 % du total), services aux entreprises (7, soit 18,4 % du total), services aux particuliers (2, soit 5,3 % du total), éducation, santé, action sociale (3, soit 7,9 % du total)[17].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Monuments civils[modifier | modifier le code]

L'ancien château de Boismaquiau dont il ne subsiste que des vestiges. Il fut la demeure de la famille Le Cornulier jusqu'à la Révolution[1]. Le château était entouré de douves avec pont-levis. Certaines dépendances sont encore présentes[1].

Le château de la Guibourgère (1610 - 1830 - 1930), propriété privée située sur la route menant à Riaillé, date du XVIIe siècle[1]. Ses façades et les toitures du château ainsi que les toitures de la chapelle sont protégées depuis leurs inscription par arrêté le 17 mai 1982[1]. Il fut la propriété des familles La Guibourgère (XVe siècle), puis de la famille Camus de Pontcarré (XVIIIe siècle)[1].

La maison noble du Tremblay, qui abrita la Duchesse Anne de Bretagne, et celle de La Piverdière[1].

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre, datant de 1866-1894, fut édifiée sur l'initiative de l'abbé Pierre Doussin pour remplacer un sanctuaire datant du début du XVIIe siècle[1]. Le clocher, le dallage et les autels avec colonnes en marbre datent de 1894 et de 1897. Les trois vitraux du chœur ont été offerts à l'église .par la famille Camus de La Guibourgère[1].

Les croix du Pont-Neuf (1641), située route de La Milsandière ; et Monsieur datant du XIXe siècle[1].

Le presbytère (XVIe siècle - 1783) qui fut restauré au XVIIe siècle par des architectes nantais[1].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Bernard Lambert, leader syndicaliste du monde agricole dans les années 1960 et 1970

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 1995 et 2001.
  2. Réélu en 2014.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p « Étymologie et histoire de Teillé », sur infobretagne.com (consulté le 15 mars 2009)
  2. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  3. La commune sur Annuaire Mairie
  4. a et b Géoportail, hydrographie, consulté le 7 septembre 2009.
  5. climat de la Loire-Atlantique
  6. nantes.fr Climat
  7. a, b et c « Marché immobilier », JdN (consulté le 7 septembre 2009)
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  10. « Teillé 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  11. « Résultats du recensement de la population - Teillé - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  12. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  13. CNED-Au cœur des écoles
  14. a et b « Recensement de la population française de mars 1999, fiche profil (Formation : scolarisation et diplômes) », sur recensement.insee.fr (consulté le 8 septembre 2009)
  15. a et b « Recensement de la population française de 2006, fiche profil métropole (population active par sexe, âge et type d'activité) », sur Insee,‎ 2006 (consulté le 8 septembre 2009)
  16. Données d'après le JdN
  17. « Données économiques d'après l'Insee », sur journaldunet.com (consulté le 8 septembre 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]