Tegenaria domestica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tégénaire domestique

Tegenaria domestica

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Tegenaria domestica

Classification
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Chelicerata
Classe Arachnida
Ordre Araneae
Sous-ordre Araneomorphae
Famille Agelenidae
Genre Tegenaria

Nom binominal

Tegenaria domestica
(Clerck, 1757)

Synonymes

  • Araneus domesticus Clerck, 1757
  • Aranea derhamii Scopoli, 1763
  • Aranea longipes Fuesslin, 1775
  • Aranea flava Martini & Goeze, in Lister, 1778
  • Aranea tomentosa Martini & Goeze, in Lister, 1778
  • Aranea annulata Martini & Goeze, in Lister, 1778
  • Aranea civilis Walckenaer, 1802
  • Arachne familiaris Audouin, 1826
  • Tegenaria scalaris Krynicki, 1837
  • Tegenaria cretica Lucas, 1853
  • Drassina ochracea Grube, 1861
  • Tegenaria dubia Blackwall, 1864
  • Tegenaria testacea Simon, 1870
  • Tegenaria fontium Simon, 1875
  • Tegenaria modesta Keyserling, 1878
  • Tegenaria detestabilis O. P.-Cambridge, 1877
  • Coelotes calcaratus Keyserling, 1887
  • Coelotes plumarius Bishop & Crosby, 1926
  • Mevianops fragilis Mello-Leitão, 1941
  • Coelotes amygdaliformis Zhu & Wang, 1991

Tegenaria domestica, la Tégénaire domestique est une espèce d'araignées aranéomorphes de la famille des Agelenidae.

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce est cosmopolite par introductions.

Habitat[modifier | modifier le code]

La tégénaire domestique vit dans les zones sombres des maisons (elle se rencontre souvent dans les pièces les plus communes telles que la chambre ou la salle à manger, contrairement à d'autres espèces que l'on trouve plus dans les garages, caves et greniers).

Description[modifier | modifier le code]

La tégénaire domestique est une grande tégénaire. Les grosses femelles atteignent 12 mm, pour 50 mm pattes comprises. C'est peut-être l'araignée que nous fréquentons le plus, même si on ne la voit pas toujours.

Prédateurs et proies[modifier | modifier le code]

La tégénaire domestique a peu de prédateurs naturels : seule la tégénaire géante (Tegenaria gigantea) ose s'attaquer à elle et parfois d'autres espèces de tégénaires. Elle se nourrit de tout arthropode plus petit qu'elle, mais n'ose pas s'attaquer à un animal d'au moins sa taille.

Mœurs[modifier | modifier le code]

La tégénaire domestique est solitaire et nocturne. Elle vit sur des toiles en formes d'entonnoirs qu'elle refait chaque nuit. Il lui arrive parfois de sortir de sa toile pour chasser si elle est affamée, mais en général elle chasse les proies qui se trouvent sur sa toile, la faisant ainsi sortir de sa toile pour la mordre puis la porter à sa cachette pour lui injecter des enzymes (qui servent à ramollir la proie, car les araignées ne peuvent pas mâcher) et la dévorer. Lorsqu'un mâle cherche à s'accoupler, il touche la toile de la femelle à l'aide d'une de ses pattes en faisant un rythme régulier ; indiquant ainsi à la femelle qu'il n'est pas une proie. Si la femelle sort, il prend la fuite, mais si elle ne sort pas, il rentre et lui injecte du sperme à l'aide de ses pédipalpes (les sortes de petites pattes à l'avant).

Après l'accouplement, il y a trois possibilités :
  • la femelle attaque le mâle (le plus souvent) ;
  • le mâle part de la toile sans se faire attaquer (assez rare) ;
  • la femelle accepte le mâle et ils vivent en couple (extrêmement rare).
Après quelques jours de gestation, la femelle pond des centaines d'œufs qu'elle protégera. Lors de l'éclosion, les petits mangent leur mère. Une femelle peut vivre 5 ans.

[réf. nécessaire]

La tégénaire domestique et l'humain[modifier | modifier le code]

Les humains tuent les tégénaires domestiques par peur. Pourtant, elles ne sont pas dangereuses :
  • elles ne nous attaqueront que si on leur fait vraiment du mal (en la touchant légèrement elle cherchera à fuir plutôt qu'à attaquer) ;
  • leurs chélicères (crochets venimeux) ne sont pas adaptés pour attaquer les humains et ne transpercent donc pas toujours la peau ;
  • si les chélicères transpercent la peau, il n'y a qu'une chance sur deux qu'il y ait injection de venin ;
  • s'il y a injection de venin, il faut savoir que le bouton est gros mais peu douloureux, pas dangereux et part en quelques jours.

[réf. nécessaire]

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Clerck, 1757 : Svenska spindlar, uti sina hufvud-slågter indelte samt under några och sextio särskildte arter beskrefne och med illuminerade figurer uplyste. Stockholmiae, p. 1-154.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]