Teddy Pilette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pilette.

Teddy Pilette

{{{alternative}}}

Teddy Pilette en 1975 à Spa

Date de naissance 26 juillet 1942 (72 ans)
Lieu de naissance Drapeau : Belgique Bruxelles, Bruxelles-Capitale, Belgique
Nationalité Drapeau : Belgique belge
Années d'activité 1974, 1977
Qualité Pilote automobile
Équipe Motor Racing Developments Ltd
Stanley BRM
Nombre de courses 4 (1 départ)
Pole positions 0
Podiums 0
Victoires 0

Théodore Pilette, dit Teddy Pilette, né le 26 juillet 1942 à Bruxelles, est un pilote automobile belge. Il est le petit-fils de Théodore Pilette, qui s'est notamment classé 5e des 500 miles d'Indianapolis 1913 et le fils d'André Pilette, pilote entre 1951 et 1964. Teddy Pilette a connu la réussite en voitures de sport, mais pas en Formule 1.

Biographie[modifier | modifier le code]

La 250 GTE Pininfarina à Salzbourg, conduite par Teddy Pilette

Teddy Pilette débute sa carrière en sport mécanique par le karting. Il se fait remarquer par Jim Russell et intègre son école de pilotage. Cette expérience lui permettra de jouer dans les films Grand Prix et Le Mans. Il s'engage ensuite en Formule Junior et signe avec l'écurie Abarth Corse en Sport où, en 1963, il remporte avec Hans Herrmann les 500 km du Nürburgring, un mois après une victoire en DARM sur le circuit de Solitude avec son Abarth-Simca 1300 GT. En 1965, il gagne le championnat belge de voitures de sport, puis il finit troisième des 24 Heures de Spa la saison suivante. En 1967, Pilette signe avec l'écurie belge Racing Team VDS pour laquelle il gagne une course à Jarama en 1969 et surtout en 1970 les Coupes de l'ACIF à Montlhéry puis avec Gustave Gosselin les 500 kilomètres de Vila Real en 1970 sur une Lola T70 MkIIIb. Entre temps il a remporté les Coupes de Benelux et le Trophée de la mer du Nord en 1968 sur Alfa Romeo T33/2 avec VSD. Il retrouve la monoplace à partir de 1971 en terminant deuxième sur le Nurburgring à bord d'une McLaren M8C sur 300 kilomètres, puis en s'engageant en Formule 5000. Il en remporte le championnat britannique en 1973 (en fait organisé avec des circuits européens) sur une Chevron B24 et une Mc Laren M18, à moteur Chevrolet du team VSD[1], et il récidive en 1975, cette fois avec une Lola T400-Chevrolet, toujours pour le Racing Team VSD[2].

En 1974, après deux Grands Prix hors-championnat avec des Chevron B24 et B28, Pilette accède enfin à la Formule 1 pour son Grand Prix national. Au volant de la Brabham BT42, il se qualifie à la 27e place sur les 31 disponibles, à 4 secondes du poleman Clay Regazzoni. Sa course est moyenne : il termine 17e et dernier sous le drapeau à damiers, à 4 tours du vainqueur Emerson Fittipaldi.

Il revient en force en Formule Tasmane où il remporte l'épreuve de Surfers Paradise. En 1977, il réapparaît en Formule 1 au volant d'une BRM P207 de l'équipe Stanley BRM, écurie de fond de grille. Il participe à 4 épreuves (Allemagne, Autriche, Pays-Bas et Italie) mais rate à trois reprises sa qualification et doit déclarer forfait sur l'Osterreichring, sa voiture étant indisponible. La même année, il participe aux 500 miles d'Indianapolis 1977, mais ne parvient pas à se qualifier. En 1978, il abandonne la F1, après une saison vierge en championnat britannique Aurora AFX, mais il se console en remportant enfin les 24 heures de Spa (17 participations entre 1964 et 1987), au volant d'une Ford Capri. En 1982 il est encore dixième des 1 000 kilomètres de Spa, avec une Porsche 935.

Il participe à huit reprises aux 24 Heures du Mans entre 1968 et 1987 (délai de neuf ans entre ses deux dernières courses), obtenant une 8e place en 1972 (avec Derek Bell et Richard Bond), et une 12e en 1975 (avec Jean-Claude Andruet et Hugues de Fierlant), avec des Ferrari 365 GT.

En 1992, il crée la Pilette Speed Tradition Formula Ford team et construit en 1994 la Pilette F3 qui dispute le championnat allemand de Formule 3 avec Paolo Coloni au volant. Rapidement dépassée, la monoplace est mise au rebut. Aujourd'hui, Teddy Pilette continue à piloter des VEC et s'occupe de l'école de pilotage fondée par son père.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Points inscrits Classement
1974 Motor Racing Developments Ltd BT42 Cosworth V8 Goodyear 1 0 n.c.
1977 Stanley BRM P207 BRM V12 Goodyear 0 0 n.c.

Victoires en F5000[modifier | modifier le code]

  • 1973: Outon Park et Brands Hatch;
  • 1975: Mallory Park 1 et2, Thruxton et Snetterton.

Distinction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]