Teatro San Cassiano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 26′ 22.83″ N 12° 19′ 55.52″ E / 45.439675, 12.3320889 Le Teatro San Cassiano, fondé en 1637 à Venise, est le premier opéra public.

Historique[modifier | modifier le code]

Fondé en 1637 à Venise, le Teatro San Cassiano est, lors de son ouverture, le premier opéra public[1],[2]. Il tire son nom de la paroisse voisine de San Cassiano près du Rialto[2]. Le théâtre appartient à la famille Tron, une famille de patriciens vénitiens. Il est dirigé par un impresario et accessible à un public payant et non plus exclusivement à un public aristocratique.

Un premier bâtiment, dédié aux pièces de théâtre, avait été construit par Andrea Palladio en 1565. Sa structure en bois fut détruite par un incendie en 1629 et remplacée rapidement par le bâtiment en pierre acquis par la famille Tron. À cette époque, tous les théâtres de Venise, comme le Teatro San Salvatore (it) de la famille Vendramin, étaient des théâtres privés appartenant aux familles aristocratiques.

Les premiers opéras produits furent L'Andromeda en 1637 et La Maga Fulminata en 1638 de Benedetto Ferrari et Francesco Manelli. Ferrari était à la tête d'une compagnie installée au San Cassiano où il demeura jusqu'à son acquisition en 1639 par un nouvel impresario Francesco Caletti-Bruni, avec le soutien financier du noble vénitien Cavalli. Caletti-Bruni composa la plupart des opéras joués au San Cassiano entre 1639 et 1645. Dans les années 1650 il fut surpassé par d'autres théâtres et le nombre de ses représentations diminua. Il fut dirigé de 1657 à 1660 par Marco Faustini (en).

Vers la fin du XVIIe siècle, Venise devint, avec dix autres salles ouvertes, la capitale mondiale de l'opéra. À cette époque, le Teatro San Cassiano pouvait compter les premières de trente-sept opéras. La dernière représentation fut donnée en 1807 et il fut démoli en 1812 en raison des incendies répétitifs. La période du dramma in musica coïncida avec les premières années du San Cassiano et fut influencée par ses compositeurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Irving Kolodin, The Opera Omnibus: Four Centuries of Critical Give and Take, New York, Dutton,‎ 1976 (ISBN 0-8415-0438-5), p. 50
  2. a et b (en) William Foster Apthorp, The Opera Past and Present, New York, Charles Scribner's and Sons,‎ 1910, p. 26 Project Gutenberg

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]