Tayibe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tayibe
(he) טַיִּבָּה;(ar) الطيبة
Administration
Pays Drapeau d’Israël Israël
District District centre
Démographie
Population 18 575 hab. (2007)
Densité 1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 32° 16′ 00″ N 35° 00′ 37″ E / 32.266667, 35.01027832° 16′ 00″ Nord 35° 00′ 37″ Est / 32.266667, 35.010278  
Superficie 1 866 200 ha = 18 662 km2
Divers
Date de création 1990
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Israël

Voir la carte administrative d'Israël
City locator 14.svg
Tayibe

Géolocalisation sur la carte : Israël

Voir la carte topographique d'Israël
City locator 14.svg
Tayibe

Tayibe (arabe : الطيبة, hébreu : טַיִּבָּה) est une ville d'Israël à population arabe israélienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un village appelé Tayyibat al-Ism était sur la liste des terres allouées par le sultan Baybars à ses émirs, en 1265, environ 5 siècles après la conquête arabe de la Palestine. Le nom du village apparaît dans des documents se rapportant à la waqf de la mosquée d'Hébron. Sous les Mamelouks, les tribus nomades installés dans la région.

Au cours de la domination ottomane, en 1596, le village était sous l'administration de la nahié de Bani Sab. Avec une population de 50 ménages («khana») et 5 célibataires, tous les musulmans, qui ont payé des impôts sur le blé, l'orge, les récoltes d'été (y compris gura, melons, haricots, légumes, etc), des oliviers, des ruches et des chèvres.

Dans le «Enquête sur la Palestine occidentale» à la fin du XIXe siècle, Tayibe a été décrit comme suit: "Un grand village épars sur une pente, principalement construit en pierre, elle est alimentée par des citernes et entouré d'oliviers." [1].

Dans le recensement de 1931, Tayibe possède 2 944 habitants vivant dans 658 maisons, toutes musulmanes et y compris deux tribus bédouines à proximité[2]..

Au cours de 1948, guerre israélo-arabe, les forces israéliennes ont pris les terres de la ville, mais pas la ville elle-même. Tayibe a été transféré à Israël dans le cadre de la Convention de 1949, le cessez-le-feu avec la Jordanie. Selon David Gilmour (historien), «les habitants étaient furieux qu'Abdallah Ier de Jordanie les ait simplement remis à Israël, mais ont été soulagés de retrouver leurs terres. Toutefois, la loi de l'acquisition des Biens des Absents, qui a été adoptée en 1950, mais avec effet rétroactif, a été spécialement conçue pour prendre en charge des cas de ce genre. Bien qu'ils n'aient pas quitté leur village, les habitants ont été déclarés «absents» et leurs terres "biens abandonnés". Selon les villageois, ils ont perdu 8 000 acres(3 237,49 ha) sur leurs 11 000 acres (4 451,54 ha) de terres[3].

Tayibe obtenu le statut de conseil municipal en 1952. En 1990, il a été déclaré ville.

Géographie[modifier | modifier le code]

À l'est de la commune se situe la frontière avec la Cisjordanie, la frontière de 1949. La commune se situe à 20 km à l'ouest de Netanya et de la mer.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2001, la population est de 100 % d'Arabes (99,7 % de musulmans), sans population juive significative. En 2001 il y avait 15 100 14 500 hommes et femmes. 47,5 % de la population avait 19 ans ou moins, 17,4 % entre 20 et 29 ans, 20,3 % entre 30 et 44 ans, 9,6 % de 45 à 59, 2,0 % de 60 à 64 ans et 3,3 % de 65 ans ou plus. Le taux de croissance de la population en 2001 était de 3,2 %.

La population de Tayibe, l'un des villages arabes les plus importants et les plus développés en Israël, est composée de 20 familles élargies, toutes musulmanes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Population’s Composition during the Mamluk Period (1260 – 1516): Elimination of the Christian Majority, Rivka Lissak
  2. Hütteroth, Wolf-Dieter and Kamal Abdulfattah (1977), Historical Geography of Palestine, Transjordan and Southern Syria in the Late 16th Century. Erlanger Geographische Arbeiten, Sonderband 5. Erlangen, Germany: Vorstand der Fränkischen Geographischen Gesellschaft. p. 141
  3. Conder and Kitchener, 1881, p.166. Cited in Petersen, 2001, p.296
  4. A jump start for Palestinian architecture – Haaretz – Israel News