Tayasal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

16° 55′ 49.43″ N 89° 53′ 30.24″ O / 16.9303972, -89.8917333

Vue aérienne de Flores, ville guatémaltèque construite sur les ruines de la capitale itzá Tayasal.

Tayasal est un site précolombien itzá de l'époque postclassique situé dans les Basses-terres mayas du sud, sur l'île du lac Petén Itzá qui est actuellement occupée par la ville guatémaltèque de Flores.

Tayasal fut la capitale des Itzá, depuis sa fondation vers 1221 jusqu'à sa destruction en 1697, sous le nom de « Noh Petén » (qui signifie « Grande île ») ou « Tah Itzá » (« Lieu des Itzá »), qui est probablement à l'origine du nom hispanisé Tayasal[1].

Bien que dès 1525 Hernán Cortés ait visité ce site, les Espagnols ne parvinrent à en prendre le contrôle qu'en 1697[2], soit plus de 170 ans après la chute des premiers royaumes mayas dans les Hautes-terres de l'actuel Guatemala. Le fait que Tayasal fut donc, avec Zacpeten et quelques autres cités de la région du lac Petén Itzá comme Quexil et Yalain, un des derniers États indépendants mayas à être soumis par les Espagnols, s'explique notamment en raison de sa position stratégique, au milieu du lac, qui l'a protégée des attaques surprise et a obligé les Espagnols à construire un navire et à le transporter jusqu'au lac pour la conquérir[2], ainsi que de l'isolement géographique de la région du Petén, au milieu de la forêt tropicale. Les Itzás de Tayasal repoussèrent donc facilement les expéditions espagnoles de 1622-1624 avant de céder face à un effort plus soutenu entre 1685 et 1697.

La cité a ensuite été presque complètement détruite et reconstruite par les colons espagnols, qui ont renommé le site Flores (actuelle capitale du département du Petén, au Guatemala).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. James D. Nations, The Maya tropical forest: people, parks, & ancient cities, University of Texas Press,‎ 2006 (ISBN 0292713185), page 213.
  2. a et b Lynn V. Foster, Handbook to life in the ancient Maya world, Oxford University Press,‎ 2005 (ISBN 0195183630), page 154.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]