Tawakkul Karman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tawakkul Karman en 2011.

Tawakkul Karman, ou Tawakel[1], (arabe : توكل كرمان), est une activiste yémenite/turque de défense des droits de la femme née le 7 février 1979 à Ta'izz au Yémen, fondatrice en 2005 du groupe Femmes journalistes sans chaînes[1], et une personnalité politique, membre du parti islamique Al-Islah[2], prix Nobel de la paix en 2011, conjointement avec les Libériennes Ellen Johnson Sirleaf et Leymah Gbowee. Primée à 32 ans, elle est l’une des plus jeunes prix Nobel de l’histoire.

Femmes journalistes sans chaînes[modifier | modifier le code]

Tawakkul Karman crée le groupe de défense des droits humains Femmes journalistes sans chaînes en 2005, pour défendre en premier lieu la liberté de pensée et d'expression[1]. Elle reçoit des menaces et des offres de corruption des autorités par téléphone et par courrier, car elle dénonce l'interdiction par le ministère de l'Information de la création d'un journal et d'une radio[1]. De 2007 à 2010, elle participe ou appelle régulièrement à des manifestations ou des sit-ins sur la place de la Liberté à Sanaa, devant le bâtiment du gouvernement[1].

Révolution de 2011[modifier | modifier le code]

Pendant les manifestations de 2011, Tawakkul Karman organise des rassemblements d'étudiants à Sanaa pour protester contre Ali Abdullah Saleh et son gouvernement. Elle est arrêtée, puis remise en liberté conditionnelle le 24 janvier. Elle dirige un nouveau rassemblement le 29 janvier, où elle appelle à un « jour de colère » pour le 3 février[2] inspiré de celui de la révolution égyptienne, elle-même provoquée par la révolution tunisienne. Elle est à nouveau arrêtée le 17 mars au cours d'une manifestation[3].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) Nadia Al-Sakkaf, « Renowned activist and press freedom advocate Tawakul Karman to the Yemen Times: "A day will come when all human rights violators pay for what they did to Yemen" », Women Journalists Without Chains,‎ 17 juin 2010 (consulté le 30 janvier 2011)
  2. a et b (en) « New protests erupt in Yemen », Al Jazeera,‎ 29 janv. 2011 (consulté le 30 janv. 2011)
  3. (en) Tom Finn, « Yemen arrests anti-government activist », The Guardian, London,‎ 23 January 2011 (lire en ligne)