Tavelure (optique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tavelure.
Un exemple de tavelures obtenues avec un laser vert.
Tavelures obtenues en sortie d'une fibre optique multimode.

Les tavelures ou chatoiement (speckle en anglais) est l'ensemble des petites taches rapidement fluctuantes qui apparaissent dans la texture instantanée d'une image et qui lui donnent un aspect granuleux. Elles sont dues soit à la diffusion des ondes d'un faisceau de lumière cohérente spatialement (issue d'un laser par exemple) par une cible présentant des irrégularités à l'échelle de la longueur d'onde, soit à la propagation d'un faisceau cohérent dans une atmosphère caractérisée par des variations aléatoires d'indice de réfraction.

Le terme tavelure est utilisé pour des sources ponctuelles, comme des étoiles, et décrit l'aspect des images obtenues en instantané. Chatoiement est plus général.

Historique[modifier | modifier le code]

Le phénomène de tavelure a été pour la première fois observé vers 1920 par Von Laue à l'aide d'un système utilisant une lampe à filament de carbone comme source et un prisme pour l'épuration spectrale[1]

Principe[modifier | modifier le code]

Le phénomène est dû aux interférences entre les rayons diffusés par chaque point de la cible ou de l'atmosphère. La taille moyenne des petites taches observées est liée au système optique qui permet de regarder la cible (par exemple une lentille de projection ou l'œil) et non pas à la nature de celle-ci. En optique diffractive (ou optique de Fourier) on dit que la taille des taches est liée au support de la réponse impulsionnelle du système de projection.

Applications[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Interférométrie.

Ce type de phénomène trouve des applications notamment en astronomie où la diffusion est due à la turbulence atmosphérique.

Cette technique est aussi utilisée dans les laboratoires de recherche qui travaillent sur les déformations liées aux matériaux. On parle alors d’interférométrie des tavelures à dédoublement latéral ou Cisaillographie[2] (shearography en anglais).

Sources[modifier | modifier le code]

  • Optique. Eugen Hecht, traduction-adaptation de Sébastien Matte la Faveur et Jean-Louis Meyzonnette, Pearson, Paris, 2005
  • José-Philippe Pérez, Optique : Fondements et applications, [détail des éditions]
  • Expériences d'optique à l'agrégation. R. Duffait. 2e édition, Bréal, Rosny, 1997.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dynamic Laser Speckle and Applications sur Google Livres
  2. (fr) « Cisaillographie (Shearography) », Limess Messtechnik und Software GmbH (consulté le 2009-03-23)

Sur les autres projets Wikimedia :