Tavel (AOC)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

44° 00′ 43″ N 4° 42′ 02″ E / 44.01194, 4.70056 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tavel.
Tavel
Tavel vignobles.jpg
Le terroir de Tavel :
sols sableux et cailloux roulés.
Désignation(s) Tavel
Appellation(s) principale(s) tavel
Type d'appellation(s) AOC
Reconnue depuis 1936
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignoble de la vallée du Rhône
Régions viticoles
vignoble de la vallée du Rhône
côtes-du-rhône méridionales
Sous-région(s) côtes-du-rhône gardoises
Localisation Gard rhodanien
Climat tempéré méditerranéen sous influence du mistral
Ensoleillement
(moyenne annuelle)
2 700 heures/an
Sol sols sableux et cailloux roulés
Superficie plantée 933 hectares
Cépages dominants grenache N, cinsault N, syrah N, clairette B et clairette rose Rs, piquepoul blanc B, calitor N, bourboulenc B, mourvèdre et carignan N
Vins produits rosés
Production 43 370 hl
Pieds à l'hectare minimum 4 000 pieds par ha, maximum 2,5 m² par pied
Rendement moyen à l'hectare 46 à 50 hl/ha[1]

Le tavel[2], est un vin d'appellation d'origine contrôlée produit sur les communes de Tavel et de Roquemaure, dans le Gard. Les vins de Tavel sont tous des rosés. c'est la seule appellation rhodanienne à ne faire que du vin rosé[3]. Le romancier Honoré de Balzac disait que c'est un des rares rosés que l'on puisse avantageusement laisser vieillir[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Le site du village actuel fut occupé entre le VIe et le IIe millénaire avant notre ère par des chasseurs-cueilleurs installés sur les pentes du plateau de Vallongue. La colonisation romaine a permis de retrouver les vestiges d'une villa à proximité de la cave coopérative. Les archéologues ont mis au jour des pépins de raisins et des résidus de presse prouvant sa vocation viti-vinicole[5].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Prieuré de Montézargues

Au XIIe siècle, l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon y possédait l’église paroissiale Saint-Pierre, et en percevait les revenus[6].

Au milieu du XIVe siècle, le pape Innocent VI, qui avait une prédilection particulière pour les vins de la rive droite du Rhône, fit venir pour la table pontificale ceux du Prieuré de Montézargues. Ce domaine viticole, qui existe toujours est situé au cœur de l'AOC Tavel[7].

Période moderne[modifier | modifier le code]

En 1731, le sud de la viguerie d'Uzès, avec comme centre le futur canton de Roquemaure, prend le nom de la côte du Rhône. Les vins du cru, dont ceux de Tavel, sont expédiés par le port de Roquemaure dans des tonneaux marqués au fer CDR[8].

Un premier édit royal daté du 27 septembre 1729 tenta de donner une identité vinicole à cette petite région. Il fut insuffisant et modifié en 1731 en ces termes :

« Tous les tonneaux de vin destinés pour la vente et transport du cru tant de Roquemaure que des lieux et paroisses voisines et contiguës : Tavel, Lirac, Saint-Laurent-des-Arbres, Saint-Geniès-de-Comolas, Orsan, Chusclan, Codolet et autres qui sont de qualités supérieures seront marqués sur l'un des fonds, étant pleins et non autrement, d'une marque de feu qui contiendra les trois lettres C D R signifiant Côte du Rhône avec le millésime de l'année[9]. »

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Entrepôt de vins et spiritueux à Tavel au début du XXe siècle
La cave des vignerons inaugurée par le président Lebrun

En 1902, les producteurs de vins de Tavel formèrent un syndicat de propriétaires-viticulteurs. Son premier président fut M. Tourtin, du prieuré de Montézargues. Pour faire connaître et apprécier leurs vins rosés, les membres participèrent à différentes expositions nationales et internationales dont celles de Lyon, Marseille, Strasbourg et Liège[10].

En 1927, au cours du mois de novembre et à l'incitation du baron Pierre Le Roy de Boiseaumarié, Aimé Roudil, président du syndicat, et quarante producteurs de Tavel engagèrent une action en justice auprès du tribunal civil du Gard afin de définir l'aire de production[11]. Le jugement fut rendu le 28 janvier 1928 mais il fallut attendre le 17 mai 1936 pour la parution du décret au Journal officiel et sa confirmation par le décret du 19 novembre 1937[12]. Celui-ci a été modifié en 1968, 1987, 1988, 1990 et 1996.

Étymologie[modifier | modifier le code]

  • de Tavellis, 1294, Tavelli, 1384, Tavels, 1550.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Orographie[modifier | modifier le code]

La carrière de Tavel

L'orographie de Tavel est tributaire d'une partie du massif des garrigues du Gard. Celui-ci s'étend sur 20 kilomètres entre Uzès et Tavel pour une dizaine de kilomètres de largeur. Son altitude varie autour de 250 mètres d'altitude, dominant la plaine de 150 mètres[13].

Ce massif date de 110 millions d'années avant notre ère. Il s'est formé à la fin de l'ère secondaire, au cours de la période du Crétacé. La zone était couverte par une mer chaude où se forma une immense barrière de corail qui forme aujourd'hui les collines calcaires de Tavel et Lirac. La pierre de Tavel est extraite de ce calcaire dur contenant des fossiles d'ammonites[14].

La carrière d'extraction se situe sur la route de Lirac dans une dépression calcaire dominée au nord par le plateau calcaire de la Montagne et au sud par le plateau calcaire de la Forêt de Tavel-Rochefort[15].

Géologie[modifier | modifier le code]

Le terroir viticole de Tavel est composé de quatre zones distinctes. Une zone alluvionnaire générée par le Rhône qui se retrouve sur les coteaux des AOC Lirac et Tavel sous la forme d'alluvions anciennes recouvrant les basses et moyennes terrasses. Une zone sableuse datant du pliocène moyen, dont les sables se retrouvent entre Tavel et Roquemaure. Une zone de calcaires marneux déposés au cours du barrémien inférieur qui forment le massif de Villeneuve les Avignon, Les Angles et Tavel. Enfin une zone de calcaire du Barrémien supérieur à faciès urgonien qui compose le massif de Tavel-Rochefort du Gard. Ce sont essentiellement des calcaires cristallins (argileux et récifaux) et des calcaires graveleux (calcaires détritiques)[16].

Climatologie[modifier | modifier le code]

Le climat de ce terroir est soumis à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches (une brève en hiver, une très longue et accentuée en été), deux saisons pluvieuses, en automne (pluies abondantes et brutales) et au printemps. Sa spécificité est son climat méditerranéen qui constitue un atout exceptionnel :

  • Le mistral assainit le vignoble
  • La saisonnalité des pluies est très marquée
  • Les températures sont très chaudes pendant l'été.

Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare[17].

Relevés météorologiques de la région d'Avignon
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 3 6 8 12 15 18 18 14 11 6 3 9,6
Température moyenne (°C) 6 7,5 11 13 17,5 21 24 24 19,5 15,5 8,5 7,5 14,7
Température maximale moyenne (°C) 10 12 16 18 23 27 30 30 25 20 13 10 19,75
dont pluie (mm) 36,5 23,3 24,9 47,5 45,6 25,4 20,9 29,1 65,8 59,6 52,8 34 465,4
Source : Données climatologiques d'Avignon 2000-2007


Selon Météo-France, le nombre par an de jours de pluies supérieures à 2,5 litres par mètre carré est de 45 et la quantité d'eau, pluie et neige confondues, est de 660 litres par mètre carré. Les températures moyennes oscillent entre 0 et 30° selon la saison. Le record de température depuis l'existence de la station de l'INRA est de 40,5 °C lors de la canicule européenne de 2003 le 5 août (et 39,8 °C le 18 août 2009) et -12,8 °C le 5 janvier 1985. Les relevés météorologiques ont lieu à l'Agroparc d'Avignon.

Le mistral

Le vent principal est le mistral, dont la vitesse peut aller au-delà des 110 km/h. Il souffle entre 120 et 160 jours par an, avec une vitesse de 90 km/h par rafale en moyenne[18]. Le tableau suivant indique les différentes vitesse du mistral enregistrées par les stations d'Orange et Carpentras-Serres dans le sud de la vallée du Rhône et à sa fréquence au cours de l'année 2006. La normale correspond à la moyenne des 53 dernières années pour les relevés météorologiques d'Orange et à celle des 42 dernières pour Carpentras[19].

« = » : idem à la normale ; « + » : supérieur à la normale ; « - » : inférieur à la normale.

Mistral. Jan. Fev. Mars. Avril. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Dec.
Vitesse maximale relevée sur le mois 96 km/h 97 km/h 112 km/h 97 km/h 94 km/h 100 km/h 90 km/h 90 km/h 90 km/h 87 km/h 91 km/h 118 km/h
Tendance : jours
avec une vitesse >
16 m/s (58 km/h)
-- +++ --- ++++ ++++ = = ++++ + --- = ++

Vignoble[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Cette appellation se trouve sur la commune de Tavel, dans le Gard. Un seul domaine, sur la commune de Roquemaure, y est rattaché.

Encépagement[modifier | modifier le code]

Les cépages admis dans l'AOC sont : grenache N, grenache B, cinsault N, syrah N, clairette B et clairette rose Rs, piquepoul blanc B, calitor N, bourboulenc B, mourvèdre et carignan N.

Terroir et vin[modifier | modifier le code]

Galets, sable et argile rouge du terroir de Tavel
Galets roulés et cailloutis calcaires du terroir de Taval

Dans ce terroir composé d'argile rouge, de galets quartziques, de sables fluviatiques, de galets encroûtés, de cailloutis calcaires et de marnes grises, les vins acquièrent une personnalité différente tout en gardant une typicité liée aux cépages et au climat.

La robe rosée de ces vins peut se décliner du saumoné au rose soutenu des akènes de cynorrhodon. Leur nez, aux nuances complexes de fruits rouges, évolue vers des notes moelleuses de fruits à noyaux et d’amandes, tandis que leur bouche ample et d’une belle rondeur révèle une grande puissance aromatique soutenue par des touches épicées.

Méthodes culturales[modifier | modifier le code]

Pour respecter leur cahier des charges, les producteurs de l'AOC doivent avoir une densité de plantation de 3 500 pieds par hectare, avec un espacement de 2,5 mètres au maximum entre les rangées de vigne. La taille de la vigne doit être courte en gobelet ou cordon afin que le rendement soit de 48 hectolitres à l'hectare.

Vinification et élevage[modifier | modifier le code]

Vinification en rosé
Article détaillé : Vin rosé.

Les vins sont uniquement vinifiés en rosé. Cette vinification est majoritairement réalisée par saignée, le jus de goutte s'écoulant sous le poids de la vendange, elle se poursuit par un assemblage dans lequel le grenache noir reste majoritaire. Le cinsault apporte ici toute son expression ainsi que les autres cépages dont la syrah et le mourvèdre[20].

Structure des exploitations[modifier | modifier le code]

Dans les années 1930, hors quatre importantes propriétés portant le nom de châteaux, tous les autres vignobles de la commune étaient de faible surface et morcelés. Les 132 déclarations de récoltes de 1936, illustrent cet état de fait[21] :

Déclarants

hectares

44

moins de 1

35

entre 1 et 2

17

entre 2 et 3

16

entre 3 et 4

5

entre 4 et 5

4

entre 5 et 6

1

7

5

8

4

15

1

25

Cave des vignerons de Tavel
Domaine de la Mondorée

Type de vins et gastronomie[modifier | modifier le code]

Demi bouteille de Tavel
Verres de dégustation de tavel
Panzanella, mets à accompagner d'un tavel

Un certain nombre de chefs ont popularisé des mets qu'accompagnent parfaitement le tavel, dont Richard Daulay, de Bordeaux, avec sa gigolette de volaille façon poule au pot, royale de topinambour et truffe, ou son délice de fromage blanc et pamplemousse rose, feuille de chocolat craquant ; Guy Julien, du restaurant la Beaugravière à Mondragon avec son velouté de potiron et truffe ; Alban Mestre, de Genève, avec son tartare de féra du lac Léman aux agrumes et ciboulette sur une gelée de tavel accompagné d'un chutney de groseilles tandis que l'Auberge de Tavel propose un pigeon en jus de vin de Tavel et petits pois au pamplemousse[22].

À ces recettes de grands chefs, Sylvie Trubert, du caveau Saint-Vincent, ajoute quelques idées d'accompagnement au quotidien dont les toasts de tapenade, les moules à la sétoise, le jambalaya aux crevettes, la soupe au pistou, l'aigo boulido, la salade niçoise, les tielles sétoises, l'anchoïade, le crespeu, la brandade de morue, l'aïoli, la bourride, la bouillabaisse, la daube, l'osso bucco, les pieds paquets, les sushis, les makis, les nems, les tians, les farçis, la ratatouille, la bohémienne, les fromages de chèvres, le clafoutis, la pompe de Noël[23].

Millésimes[modifier | modifier le code]

Ils correspondent à ceux du vignoble de la vallée du Rhône. Ils sont notés : année exceptionnelle Article de qualité, grande année Bon article, bonne année ***, année moyenne **, année médiocre *.

Millésimes 2000
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Caractéristiques Article de qualité *** *** Bon article Article de qualité Bon article Bon article *** Bon article Bon article
Millésimes 1990
1999 1998 1997 1996 1995 1994 1993 1992 1991 1990
Caractéristiques *** *** ** *** Bon article ** ** ** *** Article de qualité
Millésimes 1980
1989 1988 1987 1986 1985 1984 1983 1982 1981 1980
Caractéristiques Article de qualité Article de qualité Bon article *** Article de qualité ** Bon article *** Bon article Article de qualité
Millésimes 1970
1979 1978 1977 1976 1975 1974 1973 19722 1971 1970
Caractéristiques Bon article Article de qualité Bon article ** *** Bon article *** ** ** Article de qualité
Millésimes 1960
1969 1968 1967 1966 1965 1964 1963 1962 1961 1960
Caractéristiques ** * Article de qualité Article de qualité *** *** ** ** *** Article de qualité
Millésimes 1950
1959 1958 1957 1956 1955 1954 1953 1952 1951 1950
Caractéristiques Bon article Bon article Article de qualité Bon article Bon article *** Bon article Article de qualité ** Article de qualité
Millésimes 1940
1949 1948 1947 1946 1945 1944 1943 1942 1941 1940
Caractéristiques Article de qualité Article de qualité Article de qualité Bon article Article de qualité ** Article de qualité Bon article ** **
Millésimes 1930
1939 1938 1937 1936 1935 1934 1933 1932 1931 1930
Caractéristiques * Bon article Bon article *** ** Article de qualité Article de qualité ** ** **
Millésimes 1920
1929 1928 1927 1926 1925 1924 1923 1922 1921 1920
Caractéristiques Article de qualité Article de qualité ** Bon article ** Bon article Bon article ** Bon article Bon article
Sources : Yves Renouil (sous la direction), Dictionnaire du vin, Éd. Féret et fils, Bordeaux, 1962 ; Alexis Lichine, Encyclopédie des vins et alcools de tous les pays, Éd. Robert Laffont-Bouquins, Paris, 1984, Les millésimes de la vallée du Rhône & Les grands millésimes de la vallée du Rhône

Soit sur 90 ans, 24 années exceptionnelles, 26 grandes années, 16 bonnes années, 22 années moyennes et 2 années médiocres.

Liste des producteurs[modifier | modifier le code]

Domaine le Malaven
Domaines Roc de l'Olivet et Moulin-la-Viguerie
Domaines Saint-Ferréol
Prieuré de Montézargues
  • Les vignerons de Tavel
  • Château d'Acqueria
  • Château Correnson
  • Domaine de Manissy
  • Château de Trinquevedel
  • Domaine Amido
  • Domaine Beaumont
  • Domaine Canto Perdrix
  • Domaine des Carabiniers
  • Domaine Corne Loup
  • Domaine de Lanzac
  • Domaine la Genestrière
  • Domaine Lafond
  • Domaine Maby
  • Domaine le Malaven
  • Domaine de la Mordorée
  • Domaine Moulin-la-Viguerie
  • Domaine des Muretins
  • Domaine la Rocalière
  • Domaine Roc de l'Olivet
  • Domaine de Tourtouil
  • Domaines Saint-Ferréol
  • Domaine le vieux Moulin
  • Domaine Éric Grassone - Li Bestiari
  • Le Mas Desclaux
  • Prieuré de Montézargues
  • Seigneur de Vaucroze

Caveau Saint-Vincent[modifier | modifier le code]

Le caveau Saint-Vincent
Les tavels du caveau Saint-Vincent

Dans le village, le Caveau Saint-Vincent a été le premier caveau généraliste créé en Côtes du Rhône gardoises en 1985. Sa responsable, Sylvie Tribert, y a regroupé la production des vingt-sept caves vigneronnes de Tavel et commercialise une soixantaine de vins différents de la gamme des AOC de la vallée du Rhône méridionale dont des lirac, châteauneuf-du-pape, gigondas, vacqueyras, côtes-du-rhône, muscat de Beaumes-de-Venise, cartagène et marc de Tavel. Le caveau organise des dégustations pour groupes et des visites du vignoble[24].

Leçon de dégustation au caveau Saint-Vincent par Sylvie Tribert

Caveaux de dégustation[modifier | modifier le code]

La robe rosée du tavel peut se décliner du saumoné au rose soutenu
Caveau de dégustation à Tavel
Dégustation d'un AOC Tavel
Caveau de dégustation avec accueil de qualité

L'œnotourisme recouvre de nombreuses activités de découverte : dégustation des vins, visite de caves, rencontre avec les propriétaires, découverte des métiers et techniques de la vigne, connaissance des cépages, des terroirs, des appellations, de la gastronomie locale. À cet aspect festif s'ajoutent les activités sportives et de loisirs : promenades et randonnées dans les vignobles.

Pour les touristes, une charte de qualité des caveaux de dégustation a été mise en place dans la vallée du Rhône pour l'ensemble des vignobles par Inter Rhône[25]. Elle propose trois catégories différentes d'accueil en fonction des prestations offertes par les caves[26].

La première - dite accueil de qualité - définit les conditions de cet accueil. Un panneau à l'entrée doit signaler que celui-ci est adhérent à la charte. Ce qui exige que ses abords soient en parfait état et entretenus et qu'il dispose d'un parking proche. L'intérieur du caveau doit disposer d'un sanitaire et d'un point d'eau, les visiteurs peuvent s'asseoir et ils ont de plus l'assurance que locaux et ensemble du matériel utilisé sont d'une propreté irréprochable (sols, table de dégustation, crachoirs, verres)[25].

L'achat de vin à l'issue de la dégustation n'est jamais obligatoire. Celle-ci s'est faite dans des verres de qualité (minimum INAO). Les vins ont été servis à température idéale et les enfants se sont vu proposer des jus de fruits ou des jus de raisin. Outre l'affichage de ses horaires et des permanences, le caveau dispose de fiches techniques sur les vins, affiche les prix et offre des brochures touristiques sur l'appellation[25].

La seconde - dite accueil de service - précise que le caveau est ouvert cinq jours sur sept toute l'année et six jours sur sept de juin à septembre. La dégustation se fait dans des verres cristallins voire en cristal. Accessible aux personnes à mobilité réduite, il est chauffé l'hiver et frais l'été, de plus il dispose d'un éclairage satisfaisant (néons interdits). Sa décoration est en relation avec la vigne et le vin, une carte de l'appellation est affichée. Il dispose d'un site internet et fournit à sa clientèle des informations sur la gastronomie et les produits agroalimentaires locaux, les lieux touristiques et les autres caveaux adhérant à la charte. Des plus les fiches techniques sur les vins proposés sont disponibles en anglais[27].

La troisième - dite accueil d'excellence - propose d'autres services dont la mise en relation avec d'autres caveaux, la réservation de restaurants ou d'hébergements. Le caveau assure l'expédition en France pour un minimum de vingt-quatre bouteilles. Il dispose d'un site Internet en version anglaise et le personnel d'accueil parle au moins l'anglais[28].

Commercialisation[modifier | modifier le code]

L'AOC Tavel est commercialisée à 68 % sur le territoire français et exporté à 38 %.

Les différents secteurs de commercialisation de l'AOC Tavel en France
Catégorie  % en volume
GMS (grandes et moyennes surfaces) 50 %
Vente directe (foires et caveaux) 29 %
CHR (cafés, hôtels, restaurants) 11 %
Grossistes et négociants 8 %
VPC (vente par correspondance) 2 %

Pour l'exportation les principaux pays sont :

Pays % en volume % en valeur
Drapeau de la Belgique Belgique 22 00,0
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 16 00,0
Drapeau des États-Unis États-Unis 16 00,0
Pays scandinaves (Drapeau du Danemark Danemark Drapeau de la Suède Suède Drapeau de la Norvège Norvège) 14 00,0
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 10 00,0
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 7 00,0
Drapeau du Japon Japon 1 00,0
Drapeau du Luxembourg Luxembourg 1 00,0

La rose de Tavel[modifier | modifier le code]

Une rose a été baptisée rose de Tavel[29]. Elle est devenue la « véritable ambassadrice du premier rosé de France. Cette rose sert en effet d'outil de communication pour les vins de l'appellation et pour la commune de Tavel ».

Commanderie de Tavel[modifier | modifier le code]

Commanderie de Tavel.

Ce fut en 1968 que se reconstitua la commanderie de Tavel que les statuts publiés en juillet 1969 plaçaient sous le patronage des anciennes confréries Saint-Vincent ayant existé dans ce secteur de la côte du Rhône avant la Révolution[30].

Cette commanderie est dirigée par un grand conseil de vingt-cinq membres dont onze vignerons. Tous doivent être dégustateur diplômé. La confrérie se compose de soixante chevaliers, et de cent cinquante membres d'honneur tant enh France qu'à l'étranger (Belgique, Suède, États-Unis). L'obtention du titre de chevalier n'est en rien honorifique puisque chaque impétrant doit justifier de six semaines de stage à l'école de dégustation de Tavel[30].

Autre originalité qui distingue la commanderie de Tavel des autres confréries bacchiques de la vallée du Rhône, elle possède un vignoble. Celui-ci est vendangé le dernier samedi de septembre par les commandeurs et le récolte vinifiée chez un vigneron de la commanderie. Cette Cuvée de la Commanderie produit 5 000 bouteilles réservées essentiellement aux restaurateurs et commercialisées par lots de 250 lors des fêtes de la Saint-Vincent à Tavel[30].

Contrairement au calendrier liturgique celle-ci ne se déroule pas le 22 janvier, mais fin avril / début mai, ce qui correspond au cycle des fêtes de la Saint-Marc, autre saint tutélaire de la vigne et du vin[30].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auguste Moison, Tavel, la renaissance d'un cru, Éd. Henri Péladan, Uzès, 1974.
  • Pierre Le Roy de Boiseaumarié, Histoire de l'appellation Côtes du Rhône, Éd. Reflets Méditerranées, Avignon, 1978.
  • Pierre Charnay, Vignobles et vins des Côtes-du-Rhône, Éd. Aubanel, Avignon, 1985.
  • Robert W. Mayberry, Wines of the Rhône Valley, a guide to origins, Rowman & Littlefield Publishers, Totawa, New Jersey, U.S.A. , 1987.
  • Guy Jacquemont et Patrick Galant, Le Grand Livre des Côtes-du-Rhône, Éd. du Chêne, Paris, 1988.
  • Charles Pomerol, sous la direction de, Terroirs et vins de France. Itinéraires œnologiques et géologiques, Éd. du BRGM, Orléans, 1990.
  • Jacques Maby, Côtes-du-Rhône et Costières gardoises, cohérence spatiale et humaine d’un vignoble d’appellation, Thèse de doctorat, Université d’Aix-en-Provence, 1994.
  • Jacques Maby, La trame du vignoble, géographie d’une réussite viticole en vallée du Rhône, Éd. A. Barthélemy, Avignon, 1995.
  • Robert Bailly, Confréries vigneronnes et ordres bachiques en Provence, Édisud, Aix-en-Provence, 1988, (ISBN 2857443439)
  • Jean-Pierre Saltarelli, Vallée du Rhône : de l’appellation à la notion de cru, Vins magazine, n° 41, décembre 2001, janvier-février 2002.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 20 octobre2009
  2. Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine
  3. Tavel sur le site vins-rhone.com
  4. Robert Joseph, French Wine. London: Dorling Kindersley, 2005, p. 261.
  5. Histoire de Tavel sur le site tavel.tm.fr
  6. Guy Barruol, Michèle Bois, Yann Codou, Marie-Pierre Estienne, Élizabeth Sauze, « Liste des établissements religieux relevant de l’abbaye Saint-André du Xe au XIIIe siècle », in Guy Barruol, Roseline Bacon et Alain Gérard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interrégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 2-906162-54-X), p 231
  7. Jean-Pierre Saltarelli, Il vino al tempo dei papi d'Avignone, Il Tematico, n° 17, octobre 1998, Trévise.
  8. Auguste Moison, op. cit., p. 25.
  9. Arrêt de 1737 et prescription sur la côte du Rhône
  10. Auguste Moison, op. cit., p. 29.
  11. Auguste Moison, op. cit., p. 44.
  12. Auguste Moison, op. cit., p. 23.
  13. La garrigue dans le Gard
  14. Le terroir de Tavel
  15. La carrière de Tavel
  16. Composantes géologiques du terroir viticole de Tavel
  17. La climatologie du Vaucluse.
  18. Jean Vialar, Les vents régionaux et locaux, 1948 ; réédité par Météo-France en 2003.
  19. Source : Services techniques d'Inter Rhône à Avignon Données météorologiques concernant l'année 2006 [PDF]
  20. Pierre Charnay, op. cit., p. 176.
  21. Auguste Moison, op. cit., p. 49.
  22. Tavel et gastronomie
  23. Recettes de cuisine du Caveau Saint-Vincent
  24. Jean-Pierre Saltarelli, Vallée du Rhône : de l’appellation à la notion de cru, op. cit., p. 69.
  25. a, b et c Les exigences de la charte de qualité d'Inter Rhône
  26. Charte de qualité des caveaux de dégustation de la vallée du Rhône
  27. Les exigences de la charte de qualité d'Inter Rhône : Accueil de service
  28. Les exigences de la charte de qualité d'Inter Rhône : Accueil d'excellence
  29. La rose de Tavel
  30. a, b, c et d Robert Bailly, op. cit., p. 77.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]